En manchettes: congés pour les parents, lire encore la même histoire et myopie chez les enfants

En manchettes: congés pour les parents, lire encore la même histoire et myopie chez les enfants
Nouveaux congés pour une meilleure conciliation famille-travail, bienfaits de lire plusieurs fois la même histoire et myopie et écrans


VIE DE FAMILLE

De nouveaux congés pour faciliter la conciliation famille-travail

Vous trouvez difficile de concilier votre vie professionnelle avec tout ce qu’implique la vie de parent, comme les maladies, les rendez-vous médicaux et les vacances des enfants? La Loi sur les normes du travail a été modifiée pour vous donner un peu plus de souplesse.

Voici les nouvelles règles qui touchent plus particulièrement les familles :

  • Trois semaines de vacances après trois ans (au lieu de cinq ans) de services continus auprès du même employeur.
  • Les deux premières journées d’absence par an pour cause de maladie ou d’autres raisons familiales (ex. : rendez-vous avec un professionnel lié au domaine de l’enfance ou de la santé) seront maintenant payées, pourboire inclus si c’est le cas. Le concept de famille a aussi été élargi aux neveux, nièces, petits-enfants et familles d’accueil.
  • Cinq jours, dont deux rémunérés, lors d’une naissance ou d’une adoption, même si vous travaillez pour votre employeur depuis moins de 60 jours.
  • Cinq jours, dont deux payés, dans le cas du décès d’un conjoint, d’un enfant, d’un parent et d’un frère ou d’une soeur.
  • Si vos heures de travail varient, votre employeur doit vous informer de votre horaire au moins cinq jours à l’avance. De plus, vous pouvez refuser de faire plus de deux heures supplémentaires (avant c’était quatre heures).

Note : Certains salariés sont exclus de la Loi sur les normes du travail, notamment ceux assujettis au code canadien du travail (ex. : employés du gouvernement fédéral, des stations de radio ou de télévision et des entreprises de télécommunication).

Sources : Éducaloi et Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail

Mise à jour : 11 janvier 2019

LECTURE

Toujours relire la même histoire, des bienfaits!

Votre enfant vous demande de lire le même livre chaque soir, tellement que vous le connaissez tous les deux par coeur? Cette répétition lui permet de faire des apprentissages.

La répétition est nécessaire pour un tout-petit, car plus il est jeune, moins il retient les notions rapidement. Ainsi, chaque lecture de son livre favori permet à l’enfant de découvrir de nouveaux aspects de l’histoire, surtout si la personne qui la lit échange avec lui en se concentrant chaque fois sur des éléments différents, comme les images, les personnages, les couleurs… La répétition permet aussi à l’enfant de comprendre petit à petit de l’information complexe et de poser des questions différentes d’une lecture à l’autre.

Grâce à ces lectures répétées, l’enfant apprend également de nouveaux mots, surtout s’il a entre 3 et 5 ans. Il faut savoir que les livres d’histoires pour enfants, même s’ils paraissent très simples, contiendraient 50 % plus de mots peu utilisés au quotidien (ex. : girafe) qu’une émission de télévision ou une conversation entre étudiants universitaires. Assimiler ce vocabulaire demande du temps à votre tout-petit et donc, de la répétition!

Par ailleurs, la lecture avant le dodo augmente davantage les apprentissages de l’enfant, car les tout-petits se souviennent particulièrement bien des activités qu’ils font avant de dormir.

Source : Psychologies

SANTÉ

Hausse des cas de myopie : les écrans en cause

La myopie toucherait deux fois plus de petits Nord-Américains qu’il y a 20 ans. Les optométristes parlent même d’une épidémie de myopie. Les écrans seraient en partie responsables de cette forte augmentation, indique Dr Langis Michaud, optométriste.

Même si la génétique joue un rôle important dans l’apparition de la myopie, l’environnement dans lequel l’enfant évolue serait aussi déterminant. Les optométristes ont d’ailleurs remarqué une progression plus rapide des cas de problèmes visuels depuis l’arrivée du téléphone intelligent en 2007. De plus, la myopie apparaît maintenant de plus en plus tôt, soit vers 8 ou 9 ans au lieu de 10 ou 11 ans.

Cela s’expliquerait par le fait qu’une personne qui regarde un téléphone le tient à 20 cm de ses yeux plutôt qu’à 45 à 50 cm, soit la distance recommandée pour la lecture. Cette courte distance de lecture est associée à un risque de myopie 8 fois plus grand, particulièrement si les deux parents de l’enfant sont myopes. La lumière bleue émise par les écrans des tablettes et des ordinateurs est aussi néfaste pour la vue.

Selon de précédentes études, la lumière extérieure aurait un effet protecteur contre la myopie. De fait, les enfants qui vont à l’extérieur de 40 à 90 minutes par jour sont moins myopes en général que ceux qui restent à l’intérieur. En plus de réduire le temps passé sur les écrans, encourager les enfants à jouer dehors, hiver comme été, pourrait donc diminuer le risque de myopie. De plus, pour ceux qui sont déjà myopes, cela réduirait la progression de ce trouble de la vision.

La myopie est à prendre au sérieux, car elle augmente le risque de déchirure de la rétine, de glaucome et de cataractes. Une personne fortement myope a plus de 50 % de risque de terminer sa vie avec une vision réduite de plus de 60 %.

Pour en savoir plus, consultez la fiche Jouer dehors pour éviter la myopie.

Sources : La Conversation et Association des optométristes du Québec

 

10 janvier 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/Huntstock, Liderina et Rauluminate

Partager

À lire aussi