Enfant difficile à table: est-ce vraiment un caprice?

Enfant difficile à table: est-ce vraiment un caprice?
Une prédisposition génétique pourrait en partie expliquer pourquoi certains enfants sont plus difficiles à table, indique une étude américaine

24 octobre 2017 | Les enfants qui boudent certains aliments sont-ils réellement capricieux? Ou bien se pourrait-il qu’il existe une prédisposition génétique aux aversions alimentaires? Des chercheurs américains se sont penchés sur ces questions.

Bien qu’il soit normal qu’un enfant n’aime pas tous les aliments, des variations sur deux gènes seraient associées aux comportements difficiles à table. L’un de ces gènes serait associé au fait d’avoir une diète peu variée et l’autre, au fait de s’entêter à l’heure des repas.

Par ailleurs, ces deux gènes seraient aussi liés à la perception des saveurs amères. Il serait donc naturel que les tout-petits qui sont génétiquement plus sensibles à l’amertume aient davantage tendance à être difficiles, en refusant par exemple de manger du brocoli ou des choux de Bruxelles.

Les auteurs de l’étude précisent toutefois que les réactions de l’entourage (parents et éducateurs en garderie) durant les repas ont aussi un rôle à jouer sur le comportement des enfants à table.

Il est d’ailleurs déconseillé de forcer un enfant à manger un aliment qu’il n’aime pas ou à l’obliger à en goûter de nouveaux. Si on insiste trop, le tout-petit risque de développer une relation malsaine avec la nourriture, qui peut le pousser à manger trop ou pas assez, ou encore à se nourrir pour obtenir l’affection de ses parents.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont mené un sondage auprès des parents de 153 enfants âgés de 2 à 5 ans afin de connaître leurs antécédents d’allaitement et de comportements difficiles à table. Les auteurs de l’étude ont aussi, grâce à un échantillon de salive, analysé l’ADN des enfants.

 

Pour en savoir plus, consultez nos fiches :

 

Sources : EurekAlert, National Post et Naître et Grandir


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/PeopleImages

Partager

À lire aussi