Justice: le désir d’égalité moins marqué chez les tout-petits

Justice: le désir d’égalité moins marqué chez les tout-petits

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


La façon dont les enfants réagissent à une situation injuste dépendrait de leur âge, révèle une étude réalisée par des chercheurs suisses et français.

14 novembre 2016 | La façon dont les enfants réagissent à une situation injuste dépendrait de leur âge, révèle une étude réalisée par des chercheurs suisses et français auprès de 173 enfants. Le désir d’égalité apparaîtrait en effet seulement après l’entrée à l’école.

Selon les résultats de cette étude, les tout-petits âgés de 3 ans à 4 ans favoriseraient en général les individus qui exercent un pouvoir sur les autres. Les enfants de 5 ans ne démontreraient pas de préférence particulière alors que les jeunes de 8 ans montreraient de l’empathie pour les individus qui sont soumis à l’autorité d’une autre personne.

Dans le cadre de cette expérience, les enfants étudiés recevaient deux morceaux de chocolat : un gros et un petit. Les chercheurs leur demandaient ensuite de les distribuer entre deux marionnettes, l’une qui décidait tout et l’autre qui devait obéir. Les auteurs de l’étude ont ainsi observé que la majorité des enfants de 3 ans à 4 ans offraient le gros morceau à la marionnette qui avait un pouvoir de décision alors que presque tous les enfants de 8 ans le donnaient plutôt à la marionnette qui devait obéir. Les enfants de 5 ans étaient partagés également entre les deux marionnettes.

Dans une deuxième expérience, les enfants devaient prendre une pièce de monnaie soit à un enfant riche qui décide tout, soit à un enfant riche qui obéit, afin de la redonner à un enfant pauvre. L’expérience est arrivée aux mêmes résultats.

Par ailleurs, plus les enfants étaient vieux, plus ils étaient nombreux à justifier leur choix par leur désir de corriger la malchance de la marionnette qui devait obéir à l’autre. Selon certains experts, les enfants de 8 ans associeraient le comportement de la marionnette qui décide tout à des émotions négatives comme la tristesse et la culpabilité. Au contraire, les tout-petits y verraient plutôt un signe de succès. D’autres études ont également démontré que vers l’âge de 8 ans, les enfants cessent d’utiliser des comportements agressifs pour obtenir ce qu’ils veulent et se tournent vers des gestes plus acceptables socialement.

Il faut toutefois demeurer prudent dans l’interprétation de ces résultats puisqu’il s’agit d’une expérience de laboratoire et que les enfants ne pouvaient donc pas être influencés par le contexte social. Leur réaction pourrait ainsi être différente dans un groupe de service de garde ou à l’école. Malgré tout, ces résultats suggèrent qu’il est important d’encourager les habiletés sociales très tôt pendant la petite enfance. Cette étude pourrait également aider à développer des stratégies pour prévenir l’intimidation, croient certains experts.


Sources : The Atlantic et Developmental Psychology

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Kathleen Spencer

Partager

À lire aussi