Préparations hypoallergènes: pas de réduction du risque d'allergie

Préparations hypoallergènes: pas de réduction du risque d'allergie

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les préparations pour nourrissons hypoallergènes ne préviendraient pas les allergies chez les enfants à risque, tranchent des chercheurs britanniques.

14 mars 2016 | Les préparations pour nourrissons présentées comme hypoallergènes ne seraient pas plus efficaces pour prévenir les allergies chez les enfants à risque que les préparations ordinaires, tranchent des chercheurs britanniques.

Les scientifiques sont arrivés à cette conclusion après avoir analysé 37 études cliniques réalisées sur plus de 19 000 bébés, dont la majorité avait déjà un parent, un frère ou une sœur souffrant d’allergie. Les résultats de l’analyse indiquent que les bébés nourris avec des préparations dites hypoallergéniques étaient aussi nombreux à souffrir d’asthme, de respiration sifflante ou d’allergie alimentaire que ceux nourris avec une préparation ordinaire.

Dans les préparations pour nourrissons dites hypoallergènes, les protéines sont brisées en plus petits fragments, ce qui les rendrait moins allergènes selon les fabricants. Cependant, les études sur lesquelles sont basées ces affirmations sont souvent financées par les compagnies elles-mêmes, soulignent les chercheurs. Dans certains cas, des résultats démontrant l’inefficacité des préparations dites hypoallergènes n’auraient même pas été publiés, ajoutent-ils.

Plusieurs organismes en Amérique du Nord et en Europe suggèrent toutefois l’utilisation de ces préparations pour les enfants à risque qui ne sont pas allaités. Puisqu’il n’y a pas de preuve scientifique solide, ces recommandations devraient être revues, estiment les auteurs de cette analyse.

D’ailleurs, en réponse à la parution de cette analyse, l’Australie ne recommande plus l’utilisation de préparations dites hypoallergènes. Ces changements sont importants puisqu’ils permettront aux parents de faire des économies, avance un médecin australien. En effet, la version dite hypoallergène coûte généralement plus cher que la version ordinaire. Reconnaître l’inefficacité de ces produits incitera aussi les fabricants à faire davantage de recherche pour développer des préparations pour nourrissons vraiment efficaces pour prévenir les allergies chez les enfants qui ne sont pas allaités.


Sources : Eurekalert, British Medical Journal, British Medical Journal et British Medical Journal

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Freer Law

Partager

À lire aussi