Surpoids chez les enfants: le sel montré du doigt

Surpoids chez les enfants: le sel montré du doigt

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants qui consomment trop de sel dans leur alimentation risqueraient davantage de développer des problèmes de poids.

10 mars 2016 | Les enfants qui consomment beaucoup de sel dans leur alimentation risqueraient davantage de développer des problèmes de poids, indique une étude australienne.

Des chercheurs ont en effet constaté que chaque gramme supplémentaire de sel consommé par un enfant était associé à une hausse de 23 % du risque de surpoids et de 15 % du risque d’obésité abdominale (tour de taille). Cette association n’était toutefois pas reliée au nombre de calories consommées par les enfants.

Par ailleurs, selon cette même étude, les enfants australiens consommeraient beaucoup trop de sel. Les chercheurs ont en effet estimé que la consommation moyenne de ces enfants tournait autour de 6 grammes par jour. Ainsi, chez 70 % des enfants étudiés, la consommation quotidienne de sel dépassait la quantité maximale recommandée par les organismes de santé en Australie. Au Canada, on recommande aux enfants de 4 à 8 ans de consommer 3 grammes de sel par jour et de ne pas dépasser 4,75 grammes.

Selon une vaste enquête sur l’alimentation des Canadiens, la consommation de sel de 77 % des enfants de 1 an à 3 ans et de 93 % des enfants de 4 à 8 ans dépasse l’apport quotidien maximal tolérable.

Cette étude indique donc que les enfants consomment beaucoup trop de sel et qu’il est essentiel d’intervenir. Les auteurs rappellent d’ailleurs qu’une consommation importante de sel augmente aussi les risques de problèmes cardiaques et de pression sanguine.

Le sel se retrouverait entre autres dans des aliments comme le pain, le fromage, le jambon et les saucisses. Il serait aussi utilisé pour améliorer le goût d’aliments déjà riches en gras, expliquent les chercheurs. De plus, les aliments salés favoriseraient la consommation de boissons sucrées, qui sont elles-mêmes associées à l’obésité.

Pour arriver à ces résultats, les auteurs de l’étude ont analysé le niveau de sodium se trouvant dans l’urine de 666 enfants âgés de 4 à 12 ans, ce qui leur a permis d’estimer la consommation de sel. Les chercheurs ont également calculé l’indice de masse corporelle de ces enfants et estimé leur taux d’obésité abdominale.


Sources : Canoe.ca, Deakin University, British Journal of Nutrition, Canadiens en santé et Santé Canada

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/tatyana_tomsickova

Partager

À lire aussi