Manger des fruits et légumes ne réduirait pas la consommation d’aliments riches en gras et en sucre

Manger des fruits et légumes ne réduirait pas la consommation d’aliments riches en gras et en sucre

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’adoption de saines habitudes alimentaires ne mènerait pas automatiquement à une moins grande consommation d’aliments riches en gras, en sucre et en sel, révèle une étude américaine réalisée auprès de familles à faible revenu.

13 janvier 2016 | L’adoption de saines habitudes alimentaires ne mènerait pas automatiquement à une moins grande consommation d’aliments riches en gras, en sucre et en sel, révèle une étude américaine réalisée auprès de familles à faible revenu.

Des chercheurs ont analysé les habitudes alimentaires de 357 enfants âgés de 2 à 5 ans. Ils ont ainsi remarqué que les tout-petits qui consommaient des fruits et légumes et du lait plusieurs fois par jour étaient tout aussi susceptibles de manger des aliments riches en gras, en sucre et en sel que les enfants qui mangeaient rarement des aliments sains.

Adopter des habitudes alimentaires saines ne serait donc pas un moyen de diminuer la consommation d’aliments dits mauvais pour la santé, concluent les chercheurs. Selon eux, en plus d’encourager la consommation d’aliments santé, il serait ainsi important d’informer les parents et les enfants des risques associés à la consommation d’aliments sucrés, salés et gras.

Selon les résultats obtenus, environ 50 % des enfants étudiés mangeaient 2 fruits ou plus quotidiennement et plus d’un tiers des tout-petits consommaient des légumes plusieurs fois par jour. La majorité des enfants buvaient du lait au moins une fois par jour.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont demandé à des parents d’indiquer ce qu’avaient mangé leurs enfants au cours de la semaine précédente. La nourriture considérée comme santé incluait les fruits, les légumes et le lait alors que les aliments dits mauvais pour la santé comprenaient les boissons sucrées, les grignotines salées, les sucreries et la restauration rapide.


Sources : Eurekalert et Maternal and Child Health Journal


Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/gpointstudio

Partager

À lire aussi