Écouter sa faim pour prévenir l’obésité

Écouter sa faim pour prévenir l’obésité

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants qui ne peuvent s’empêcher de manger à la vue d’un aliment prendraient plus de poids que ceux qui mangent seulement s’ils ont faim.
Agence Science-Presse

12 août 2015 | L’expression « avoir les yeux plus grands que le ventre » pourrait bien expliquer le surpoids de certains enfants, selon une étude réalisée en Norvège. Les chercheurs ont en effet remarqué que les tout-petits qui ne peuvent s’empêcher de manger à la vue d’un aliment prendraient du poids plus rapidement que ceux qui mangent seulement parce qu’ils ont faim.

De nombreux enfants obèses n’arriveraient pas à sentir quand ils n’ont plus faim et continueraient à manger même quand ils ont le ventre plein, déplorent les chercheurs. Au bout du compte, ces enfants mangeraient plus que les autres, ce qui leur ferait prendre du poids plus rapidement. Par ailleurs, à mesure que leur poids augmente, ces tout-petits auraient besoin de plus d’énergie et mangeraient davantage. Ce serait alors plus difficile pour eux de perdre cette habitude.

Selon les auteurs de l’étude, une mauvaise relation à la nourriture chez les enfants serait une cause plus importante de prise de poids que le temps passé devant un écran ou le manque d’activité physique. C’est pourquoi il est essentiel de favoriser une bonne relation avec les aliments chez les enfants dès leur plus jeune âge, estiment les chercheurs.

Les enfants doivent se sentir en contrôle et pouvoir décider eux-mêmes de la quantité de nourriture qu’ils consomment, rappellent les scientifiques. Les tout-petits qui sont poussés à finir leur assiette apprennent à manger pour plaire à leurs parents et ne sont donc plus à l’écoute de leur appétit. Cependant, si un enfant semble avoir de la difficulté à reconnaître qu’il n’a plus faim, ses parents pourraient l’aider à être plus attentif aux signaux que son corps lui envoie.

Cette étude a été réalisée auprès de 2 442 enfants de 4, 6 et 8 ans. Les scientifiques ont évalué entre autres les comportements alimentaires des enfants de même que leur niveau d’activité physique et le temps passé devant un écran.


Sources : Eurekalert et Journal of Pediatric Psychology

Partager

À lire aussi