Pneumonies: les virus plus souvent en cause que les bactéries

Pneumonies: les virus plus souvent en cause que les bactéries

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les virus causeraient la majorité des pneumonies chez les enfants, affirment des experts dans une récente enquête des CDC aux États-Unis.
Agence Science-Presse

6 mars 2015 | Les virus causeraient la majorité des pneumonies chez les enfants, selon une étude menée par les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) aux États-Unis.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont fait passer des tests à des enfants qui présentaient des signes de pneumonie. Ils ont ainsi pu détecter des virus dans 73 % de ces cas et des bactéries dans seulement 15 % des cas.

Les microbes responsables des pneumonies ne seraient plus les mêmes aujourd’hui qu’il y a 30 ans, constatent les scientifiques à la lumière de leurs résultats. En fait, les pneumonies bactériennes auraient presque disparu grâce à des vaccins comme celui contre le pneumocoque ou contre la bactérie Haemophilus influenzae de type b.

Les chercheurs remettent donc en question les traitements employés pour soigner les pneumonies. Actuellement, les médecins prescrivent presque toujours des antibiotiques aux enfants qui en souffrent. Cette étude laisse plutôt supposer que les antibiotiques devraient être moins utilisés puisqu’ils ne sont pas efficaces contre les virus.

De plus, les auteurs de l’étude soulignent qu’il est nécessaire de développer de nouveaux traitements contre la pneumonie afin de réduire la sévérité des symptômes, en particulier chez les tout-petits qui sont plus durement touchés par cette infection. Les scientifiques ont d’ailleurs noté que la moitié des enfants hospitalisés pour une pneumonie avaient moins de 2 ans.

Cette étude a été menée sur 2638 enfants de moins de 18 ans. Tous les enfants présentaient à leur arrivée à l’hôpital des symptômes de pneumonie. Le diagnostic a été confirmé chez 2222 d’entre eux par radiographie et un prélèvement a alors été effectué afin de déterminer le microorganisme en cause.


Sources : Eurekalert, News Medical et New England Journal of Medicine

Partager

À lire aussi