Les directives en matière de comportements sédentaires: irréalistes?

Les directives en matière de comportements sédentaires: irréalistes?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Plusieurs parents trouvent irréalistes les Directives canadiennes en matière de comportements sédentaires pour la petite enfance, et se sentent coupables de ne pas réussir à les appliquer, rapporte une étude.

20 juin 2014 | Plusieurs parents trouvent irréalistes les Directives canadiennes en matière de comportements sédentaires pour la petite enfance, et se sentent coupables de ne pas réussir à les appliquer avec leurs enfants, surtout pour le temps-écran, rapporte une étude.

Les auteurs de cette petite étude qualitative réalisée en Alberta ont fait des entrevues avec une trentaine de parents répartis dans plusieurs groupes de discussion afin de connaître leurs perceptions sur les Directives canadiennes en matière de comportements sédentaires pour la petite enfance publiées en mars 2012.

Les principales perceptions des parents

  • Certains parents s’interrogent sur la valeur des activités sédentaires comme la lecture et le bricolage : ne sont-elles pas essentielles au développement de leurs enfants?
  • Plusieurs parents avouent que la télévision ou les autres écrans représentent une véritable « gardienne électronique » qui leur permet d’accomplir des tâches quotidiennes pendant que leurs enfants sont calmes et en sécurité.
  • Certains parents sont d’avis que la télévision et les autres écrans ont une valeur pédagogique, et contribuent au développement cognitif de leur enfant.
  • Étant donné l’omniprésence de ces technologies (télévision, iPod, téléphones intelligents), limiter le temps-écran est souvent difficile, lorsque les enfants font des crises, disent certains parents.
  • Plusieurs parents ont souligné que les contraintes climatiques, l’hiver en particulier, représentaient souvent un défi pour la pratique de l’activité physique à l’extérieur.
  • De nombreux parents n’étaient pas au courant de la directive pour les 0-2 ans (aucun écran) et ils auraient aimé en être avisés plus tôt, par un pédiatre ou une instance de santé.
Les Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire pour la petite enfance
  • Les personnes qui s’occupent des enfants devraient limiter à 1 heure à la fois les périodes passées en position assise, par exemple être assis ou allongé dans une poussette, une chaise haute ou un siège d’auto, regarder la télévision ou jouer de façon non active à l’ordinateur, sur une console de jeux vidéo ou sur un téléphone.
  • Le temps passé devant un écran n’est pas recommandé aux enfants de moins de 2 ans.
  • Le temps passé devant un écran ne devrait pas dépasser 1 heure par jour pour les enfants âgés de 2 à 4 ans.

Les recommandations des chercheurs

  • Il serait souhaitable de clarifier la distinction entre les activités sédentaires liées à un écran des autres activités sédentaires telles que la lecture et le bricolage.
  • Étant donné que plusieurs parents pensent que les écrans ont une valeur pédagogique, il serait souhaitable de les informer sur les effets néfastes des écrans sur le développement cognitif des tout-petits.
  • Bonifier les Directives canadiennes en matière de comportements sédentaires pour la petite enfance de ressources et d’idées pour les appliquer.
  • Accroître la sensibilisation des pédiatres à l’importance des Directives canadiennes en matière de comportements sédentaires et les encourager à les transmettre aux parents le plus tôt possible.


Par Veille Action pour de saines habitudes de vie

Sources : www.ijbnpa.org et www.csep.ca

Partager

À lire aussi