Limiter le temps d'écran, un défi pour bien des parents

Limiter le temps d'écran, un défi pour bien des parents

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Environ 25 % des parents ont mentionné que leurs enfants passaient plus de 3 heures par jour devant un écran, révèle un sondage américain.
Agence Science-Presse

5 mai 2014 | Plus de la moitié des parents interdisent l’utilisation d’écrans (télévision, ordinateur, téléphone ou tablette) à table ou dans la chambre, révèle un sondage américain réalisé auprès de 560 parents d’enfants d’âge préscolaire. Toutefois, plusieurs n’en limiteraient pas la durée d’utilisation.

En effet, environ 25 % des parents d’enfants de 2 à 5 ans ont mentionné que leurs tout-petits passaient plus de 3 heures par jour devant un écran, révèle ce sondage national sur la santé des enfants mené par des chercheurs de l’Université du Michigan.

Avec la popularité croissante des téléphones intelligents et des tablettes, encadrer l’utilisation des écrans prend des allures de défi pour les parents, soulignent les chercheurs. Ils remarquent que limiter les endroits où les enfants peuvent utiliser un écran semble être plus facile à faire que de contrôler le temps d’utilisation.

Les recommandations officielles

Les chercheurs rappellent qu’un enfant de 2 à 5 ans ne devrait pas passer plus de 2 heures par jour devant un écran tel que le recommande l’Académie américaine de pédiatrie. Au Québec, la santé publique fixe cette limite à 1 heure par jour. Autant les experts américains que québécois déconseillent toute exposition pour les enfants de moins de 2 ans.

Lorsque qu’un enfant passe trop d’heures devant un écran, le temps pouvant être consacré à d’autres activités bénéfiques pour son développement (ex. : regarder des livres, jouer dehors ou faire des dessins) est trop restreint, soutiennent les chercheurs. Des études précédentes ont aussi démontré que les enfants qui écoutent trop la télévision souffrent davantage de déficit de l’attention, d’obésité ou de troubles du sommeil.


Sources : Eurekalert et National Poll on Children’s Health

Partager

À lire aussi