Les mères dévouées, souvent plus stressées et insatisfaites

Les mères dévouées, souvent plus stressées et insatisfaites

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les mères qui se voyaient comme le parent le plus important étaient plus sujettes à des problèmes de santé mentale.

16 juillet 2012 - Pas facile d’être une maman! Si la vie est remplie de bons moments, pique-nique en famille, premières réussites du petit ou concert de la plus grande, de nombreuses mamans ne parviennent pas à les apprécier, trop stressées par leur performance de mère.

Les mères trop centrées sur leurs enfants ou qui idéalisent la maternité auraient d’ailleurs une santé mentale plus fragile que les autres, avance une récente étude

Des chercheurs américains ont interrogé 181 mamans d’enfants de moins de 5 ans sur leur perception de leur rôle de mère. En général, les mères étaient satisfaites de leur vie mais 23 % des femmes interrogées montraient des signes de dépression.

Selon les observations des chercheurs, celles qui pensaient que la mère était plus importante que le père étaient plus insatisfaites de leur vie que les autres. Et celles qui voyaient la maternité comme une vocation, pensant que cela faisait d’elles de meilleures mères, étaient plus stressées et déprimées.

Apprendre à se détendre

Les parents stressés font des enfants stressés, s’accordent à dire les experts. Par conséquent, une des tâches importantes des parents devrait être d’apprendre à se relaxer plus souvent! De nombreux parents se sentent dépassés par les tâches à faire et envahis par des sentiments négatifs – anxiété, frustration, dépression, etc.

Ellen Galinsky, cofondatrice et présidente de l’Institut Familles et Travail, a compilé dans un ouvrage les résultats de recherches sur l’apprentissage des enfants. Elle y révèle que l’une des 7 habiletés essentielles à cultiver chez les enfants, en plus du développement de la communication ou de l’esprit critique, serait la capacité à affronter les défis et à se montrer résilient face au stress.

Il importe, selon elle, pour les parents d’être attentifs à la façon dont ils communiquent leur stress à leurs enfants, de mettre un frein à leur tendance à être alarmistes, d’apprendre à supporter les enfants lors des difficultés et d’encourager leurs efforts de manière positive.

D’autres conseils pour diminuer le stress :

  • Être attentifs aux moments où le stress augmente;
  • Arrêter d’anticiper les problèmes et de faire des remarques aux enfants sur ce qu’il pourrait arriver si...
  • Ne pas répondre à toutes les demandes des enfants;
  • Diminuer les attentes envers les enfants.

 

Isabelle Burgun – Agence Science-Presse

Partager

À lire aussi