Allaiter pendant la grossesse

Allaiter pendant la grossesse
Il est possible d’allaiter pendant une nouvelle grossesse. Voici quelques informations sur le sujet.

Lorsqu’une mère allaite son enfant pendant plusieurs mois ou plusieurs années, il est possible qu’elle devienne de nouveau enceinte pendant cette période. Elle peut alors choisir de poursuivre l’allaitement de son enfant. Parmi les raisons invoquées pour continuer, certaines mères mentionnent le fait que leur enfant avait encore besoin de ces moments de proximité et qu’il n’était pas prêt à être sevré.

Bien que certaines personnes soulèvent des questions sur la sécurité de l’allaitement pendant la grossesse, cette pratique ne pose aucun risque pour la santé de la mère, du foetus ou de l’enfant allaité.



Des effets sur la grossesse?

Les effets de l’allaitement pendant la grossesse ne sont pas très bien étudiés. Les quelques données existantes semblent toutefois indiquer qu’il y a peu de risques associés à l’allaitement pendant la grossesse si la mère est en santé, si sa grossesse se déroule normalement et si elle n’a pas vécu une grossesse à risque dans le passé.

Voici quelques préoccupations courantes liées à l’allaitement pendant la grossesse.

  • Les fausses couches et l’accouchement prématuré
    Au moment de l’allaitement, une hormone appelée ocytocine est libérée. Puisque cette hormone est responsable des contractions pendant l’accouchement, certaines mères pourraient craindre que l’allaitement pendant la grossesse déclenche une fausse couche ou un accouchement prématuré. Toutefois, l’ocytocine n’est pas produite en quantité suffisante au cours des tétées pour déclencher le travail. De plus, les hormones de la grossesse bloquent l’effet de l’ocytocine. L’utérus y est donc moins sensible jusqu’au moment de l’accouchement. Enfin, ces contractions surviennent également pendant les relations sexuelles et ne représentent donc pas un danger pendant une grossesse normale.
    Quelques petites études ont d’ailleurs conclu que les femmes qui allaitent ne risquent pas davantage de vivre une fausse couche ou d’accoucher prématurément. Ces études ont toutefois été réalisées auprès de femmes dont la grossesse se déroulait normalement. Celles qui sont à risque d’accoucher avant la date prévue devraient donc discuter avec leur médecin de leur situation avant de prendre la décision de poursuivre l’allaitement.
  • Le développement du foetus
    Produire du lait demande beaucoup d’énergie. En théorie, le fait d’allaiter pendant la grossesse pourrait donc limiter les ressources disponibles pour le foetus. Toutefois, si la mère s’alimente bien, la plupart des experts s’entendent pour dire qu’il est peu probable que la croissance du bébé soit compromise. Les études réalisées sur le sujet concluent d’ailleurs que l’allaitement a peu ou pas d’effet sur le poids de naissance du nouveau bébé.
  • La santé de la mère
    Allaiter et être enceinte est exigeant pour le corps de la mère. Une étude a d’ailleurs noté que certaines femmes qui allaitent pendant la grossesse ont un niveau plus bas d’hémoglobine, ce qui les rend à risque de souffrir d’anémie.
    Cependant, les risques nutritionnels pour la mère sont faibles si cette dernière est bien nourrie. Il est donc important pour les femmes qui allaitent pendant la grossesse d’avoir une alimentation riche en fer, en vitamines et en minéraux et de bien s’hydrater.
Devenir enceinte en allaitant?
L’allaitement diminue grandement les chances de concevoir un nouveau bébé, surtout si les 3 conditions suivantes sont réunies :
  • Les menstruations ne sont pas revenues;
  • Le bébé tète au moins 6 fois toutes les 24 heures, ne passe pas plus de 6 heures sans téter, même la nuit, et est allaité exclusivement;
  • Le bébé a moins de 6 mois.
Aussitôt que l’une de ces conditions n’est pas respectée, l’allaitement ne peut toutefois plus être considéré comme un moyen efficace de contraception.

Comment la grossesse influence-t-elle l’allaitement?

Pendant la grossesse, la présence de certaines hormones entre en conflit avec la production de lait. Plusieurs mères peuvent ainsi remarquer une baisse de leur production dès la première moitié de la grossesse, en particulier pendant le deuxième trimestre, lorsque la production de colostrum pour le nouveau bébé s’installe.

Si l’enfant allaité a commencé l’alimentation solide, cette diminution est moins problématique puisque le lait maternel n’est plus son unique aliment. Cependant, s’il a moins de 6 mois et est encore allaité exclusivement, la quantité de lait produite pourrait devenir insuffisante. Il est alors conseillé de rencontrer une consultante en lactation pour déterminer s’il est possible de faire augmenter la production de lait. Sinon, l’enfant devra recevoir des suppléments de préparations commerciales pour nourrissons.

Ces changements peuvent aussi modifier la composition du lait. Par exemple, dans les 2 premiers mois de la grossesse, la concentration en protéines, en sodium et en chlore augmente alors que la quantité de potassium, de lactose et de glucose diminue. Le lait peut alors prendre un goût salé. Même si certains enfants peuvent alors refuser le sein, ces modifications à la composition du lait n’influenceront pas son développement.

Certains enfants peuvent également être contrariés par ces changements et se désintéresser de l’allaitement. Un sondage réalisé auprès de femmes qui allaitaient pendant leur grossesse révélait d’ailleurs que dans 69 % des cas, le sevrage aurait lieu pendant le 2e trimestre.

Gérer les petits désagréments

Environ 75 % des femmes qui allaitent pendant leur grossesse rapportent avoir les mamelons plus sensibles. Cet inconfort serait attribuable aux changements hormonaux en cours. Malheureusement, la plupart des traitements recommandés pour les mamelons douloureux sont habituellement peu efficaces pendant la grossesse. Pour diminuer les sensations désagréables, certaines mères ont recours à des techniques de respiration. Il est aussi préférable de s’assurer que l’enfant prend le sein correctement. Une évaluation par une consultante en lactation pourrait alors être nécessaire.

Par ailleurs, certaines mères disent ressentir un malaise émotionnel au moment des tétées pendant la grossesse. Certaines femmes décrivent cette émotion comme un sentiment d’agacement ou d’irritabilité. Pour gérer ce malaise, il est suggéré de se distraire pendant la tétée en lisant, en écoutant de la musique ou en regardant la télévision. Les techniques de respiration constituent aussi une bonne option.

Enfin, vers la fin de la grossesse, le ventre de la mère qui prend de l’ampleur rend parfois les tétées plus difficiles. Allaiter couchée peut alors être une solution. Si l’enfant est assez vieux, la mère peut aussi demander sa coopération pour trouver une position confortable.

Le sevrage?
Si une mère ne parvient pas à trouver une solution pour être à l’aise d’allaiter pendant la grossesse, elle peut choisir de sevrer son enfant. Certaines stratégies comme « ne pas offrir, ne pas refuser » ou comme proposer une distraction sont efficaces pour sevrer graduellement un enfant plus vieux. En offrant des câlins et beaucoup d’attention à l’enfant, il est tout à fait possible de répondre à ses besoins sans l’allaiter.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Valérie de Beaumont, infirmière bachelière et IBCLC
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Juillet 2016

 

Photo : iStock.com/cbarnesphotography

Références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • CETIN, Irene et autres. « Breastfeeding during Pregnancy : Position Paper of the Italian Society of Perinatal Medicine and the Task Force on Breastfeeding, Ministry of Health, Italy », Journal of Human Lactation, vol. 30, no 1, 2014, p. 20-27.
  • DORÉ, Nicole et Danielle LE HÉNAFF. Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans : guide pratique pour les mères et les pères. Institut national de santé publique du Québec, Québec. www.inspq.qc.ca
  • ISHII, Hiroshige. « Does breastfeeding induce spontaneous abortion? », Journal of Obstetrics and Gynaecology Research, vol. 35, no 5, 2009, p. 864868.
  • LA LECHE LEAGUE France. Co-allaitement, allaitement pendant la grossesse. www.lllfrance.org
  • MADARSHAHIAN, Farah et Mohsen HASSANABADI. « A Comparative Study of Breastfeeding During Pregnancy : Impact on Maternal and Newborn Outcomes », Journal of Nursing Research, vol. 20, no 1, 2012, p. 74-80.
  • MONASTA, Lorenzo et autres. « Breastfeeding During Pregnancy : Safety and Socioeconomic Status », Breastfeeding Medicine, vol. 9, no 6, p. 322.
  • MOHRBACHER, Nancy. Breastfeeding Answers Made Simple. Hale Publishing, 2010, 905 p.
  • NEWTON, N. et M. THEOTOKATOS. Breast-feeding during pregnancy in 503 women : Does a psychological weaning mechanism exist in humans? Dans Carenza L., Zichella L., Emotion and reproduction. New York, Academic Press, 1979, p. 845-849.
  • PAREJA, Rossina G. et autres. « A case-control study to examine the association between breastfeeding during late pregnancy and risk of a small-for-gestational-age birth in Lima, Peru », Maternal and Child Nutrition, 2012.
  • Séréna. Fertilité après l’accouchement et pendant l’allaitement. fr.serena.ca
  • WEST, Diana et Lisa MARASCO. The Breastfeeding Mother’s Guide to Making More Milk. McGraw-Hill Education, 2008.

À lire aussi