Aider les enfants à comprendre la mort

Aider les enfants à comprendre la mort
Pas facile de parler de la mort avec son enfant. Quelques pistes pour mieux aborder ce sujet délicat.

Le décès d’un grand-parent est souvent le premier contact qu’a un enfant avec la mort. La perte d’un être cher peut être perturbante, dérangeante et même effrayante pour un enfant. Il peut se sentir abandonné. Il peut aussi croire qu’il est responsable du décès parce qu’il a fait quelque chose de méchant ou d’interdit.

Les enfants s’inquiètent également de savoir s’ils peuvent mourir. Ceux qui sont d’âge préscolaire se soucient presque toujours de savoir si vous ou d’autres êtres chers allez mourir. La mort d’un animal peut aussi perturber un enfant. Il peut se demander ce qui arrive à l’animal décédé.



Expliquer la mort

Même s’il est encore un bébé et qu’il ne comprend pas ce qui se passe, votre enfant ressent la peine et le stress vécus par la famille. Il peut réagir en pleurant ou en pleurnichant davantage, en mangeant moins, en dormant mal, etc. Votre enfant a alors besoin d’être rassuré. Prenez-le, câlinez-le et expliquez-lui que vous avez de la peine parce que grand-papa est mort. Même s’il ne comprend pas vos mots, il se sentira réconforté. Lorsque c’est possible, respectez ses routines.

Vers 3 ans à 5 ans, votre enfant a une compréhension limitée de la mort. Même s’il sait que le cœur de la personne décédée ne bat plus et que celle-ci ne peut ni entendre ni parler, il a de la difficulté à comprendre que la mort est définitive. Il pense qu’elle est réversible, que grand-maman viendra le voir demain. Pour l’aider à comprendre, dites-lui simplement que quand une personne meurt, c’est pour toujours et qu’elle ne revient pas. Pour atténuer la tristesse de ne plus revoir l’être aimé, mentionnez à votre tout-petit qu’il pourra toujours penser aux bons moments qu’il a passés avec sa grand-mère.

Aidez votre enfant à comprendre que la mort s’inscrit dans le cycle naturel de la vie. Vous pouvez commencer par des exemples qui ne l’inquiéteront pas (comme les arbres, les papillons, les oiseaux et les poissons), en expliquant qu’ils ont tous une durée de vie qui leur est propre. Dites-lui aussi que, parfois, les êtres vivants tombent si gravement malades ou souffrent tellement qu’ils ne peuvent pas rester en vie. Cependant, insistez bien sur le fait que souvent les personnes et les animaux peuvent guérir de leur maladie et vivre très vieux.

Quand vous parlez de la mort à votre enfant, abordez le sujet avec tact et sensibilité. Soyez aussi ouvert et franc que possible et laissez votre enfant mener la conversation. Encouragez-le à s’exprimer et à poser des questions. Répondez-y de votre mieux, tout simplement. Il est bon de ne pas lui cacher que vous ne savez pas tout et que certaines choses sont difficiles à comprendre pour tous les gens, quel que soit leur âge.

Les mots pour parler de la mort

Évitez d’utiliser des expressions comme « s’endormir », « partir » ou « s’en aller » pour expliquer la mort. Si vous dites à votre enfant que grand-papa s’est « endormi », votre tout-petit risque d’avoir peur d’aller au lit, de crainte de mourir lui aussi. Même chose si vous lui dites que grand-papa « est parti » pour un long voyage. Votre enfant attendra son retour ou sera anxieux quand un être cher partira en voyage.

De même, ne dites pas seulement à votre enfant que sa grand-mère est morte parce qu’elle était très malade, car il pourrait croire qu’elle avait un simple rhume. Il pourrait alors craindre de mourir lui aussi s’il tombe malade ou que ça vous arrive. Dites-lui plutôt la vérité en employant des mots simples : « Grand-maman avait un cancer. C’est une maladie très grave. Parfois, il y a des gens qui guérissent, mais pas toujours. » Rassurez aussi votre enfant en lui expliquant que la mort n’est pas contagieuse.

Rites et croyances

Le choix de faire participer votre enfant aux rites funéraires dépend de vos valeurs familiales. Prendre part aux rites funéraires pourrait toutefois aider votre enfant à mieux comprendre la mort et à faire ses adieux à la personne décédée.

Si vous croyez en la vie après la mort, parlez de vos croyances avec précaution, et sachez que votre enfant ne les comprendra peut-être pas toutes. L’important pour lui est de comprendre qu’il ne verra plus la personne décédée sur Terre.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Liane Comeau, Ph. D., consultante scientifique en petite enfance
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Novembre 2013

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents

  • AKBARALY, Tasnime. La mort dans la vie des enfants. Blogue. naitreetgrandir.com, 1er février 2012.
  • DOLTO, Françoise. Parler de la mort. Paris, Éditions Mercure de France, 1998, 62 pages.
  • GRENIER, Louise. L’Absence de la mère. Retrouver le lien perdu avec soi. Montréal, Les Éditions Québec-Livres, 2011, 288 pages.
  • HUISMAN-PERRIN, Emmanuelle. La mort expliquée à ma fille. Paris, Éditions du Seuil, 2002, 64 pages.
  • LEEUWENBURGH, Erica et Ellen GOLDRING. Aidez votre enfant à vivre un deuil. Saint-Constant, Broquet, 2009, 127 pages.
  • MASSON, Josée. Mort, mais pas dans mon cœur. Guider un jeune en deuil. Montréal, Les Éditions Logiques, 2011, 344 pages.
  • OPPENHEIM, Daniel. Parents : comment parler de la mort avec votre enfant? Bruxelles, De Boeck, 2007, 168 pages.

Pour les enfants

  • DOLTO, Catherine et Colline FAURE-POIRÉE. Si on parlait de la mort. Paris, Gallimard Jeunesse, 2006, 12 pages.
  • FOCH, Claire. Émilie a perdu sa mamie. Une histoire sur… le deuil. Saint-Lambert, Éditions Enfants Québec, 2008, 28 pages.
  • KAPLOW, Julie. Samantha a perdu son papa. Une histoire sur… le deuil. Saint-Lambert, Éditions Enfants Québec, 2009, 32 pages.
  • PION, Lynne. Est-ce que tout le monde meurt? Sainte-Marie-de-Beauce, Éditions du trèfle à quatre feuilles, 2011. (dès 5 ans)

 

À lire aussi