Gérer des enfants d'âges différents

Gérer des enfants d'âges différents
Comment bien répondre aux besoins de chacun, quand les enfants ont des âges différents?


S’ajuster aux besoins de chaque enfant

Votre plus jeune veut tout faire comme son frère? Votre plus vieux se plaint de toujours passer après sa sœur? Lorsqu’il y a plus d’un enfant dans une famille, il se peut que les besoins des enfants ne soient pas les mêmes. Le plus vieux peut vouloir plus d’autonomie alors que le petit souhaite avoir les mêmes avantages que l’aîné. La routine du dodo peut aussi être un casse-tête.

L’important est de s’ajuster aux besoins des enfants selon leur âge et d’avoir des attentes réalistes envers chacun. Par exemple, votre aîné peut vous aider dans certaines tâches, ranger ses jouets seul ou couper ses aliments dans son assiette.

Il est normal de ne pas attendre la même chose d’un tout-petit qui a besoin de plus d’aide et de supervision. Vous devez aussi le coucher plus tôt, puisqu’il a besoin de plus de sommeil. L’attention que demande un jeune enfant est donc plus grande que celle exigée par un enfant de 5 ans ou 6 ans.

Égal ou équitable?

Comme leurs besoins sont différents, il est normal que les règles ne soient pas les mêmes pour chacun de vos enfants. Vous devez leur faire comprendre que ce n’est pas parce que vos exigences ne sont pas les mêmes envers eux qu’elles ne sont pas équitables ou justes. Elles sont tout simplement adaptées aux besoins et aux capacités de chacun.

Expliquer les différences aux enfants

  • Votre tout-petit refuse d’aller au lit le soir ou de faire une sieste? Expliquez-lui que son grand frère a lui aussi été tout-petit et qu’il se couchait plus tôt à ce moment-là. En mettant en place un petit rituel du dodo (histoire, massage, chansons…), vous l’aiderez aussi à réaliser les côtés positifs de cette différence.
  • Votre aîné se plaint d’avoir une conséquence plus sévère que sa petite sœur pour un même geste? Par exemple, il doit vous aider plus longuement pour ramasser un dégât qu’ils ont fait tous les deux? Dites-lui que s’il a plus de responsabilités, il a également plus de privilèges à certains moments (ex. : il a le droit d’aller sur la grande glissade au parc, il a le droit de se coucher plus tard).
  • Votre aîné vous dit que vous passez moins de temps avec lui qu’avec son petit frère? Expliquez-lui qu’il est normal qu’un tout-petit demande plus de soins et que quand il avait le même âge que son frère, vous lui donniez la même attention. Par ailleurs, aidez-le à se sentir important en lui donnant de petites responsabilités (ex. : aller chercher un vêtement du plus jeune pour vous aider) ou donnez-lui un petit privilège à l’occasion (ex. : jouer à un jeu spécial quand vous donnez le bain au plus petit).

 

Doit-on demander à l’aîné d’être un modèle pour le plus jeune?
Il est préférable de ne pas demander au plus vieux d’être un modèle pour son petit frère. Ne lui dites pas non plus d’être raisonnable parce qu’il est plus grand. Votre aîné pourrait en effet ressentir une certaine pression face à vos exigences. Il pourrait même régresser (ex. : se remettre à demander la suce, faire pipi dans sa culotte, demander de l’aide pour s’habiller) afin de retrouver ce qu’il considère comme étant des privilèges d’être «petit». Valorisez plutôt les forces de chacun, en fonction de leur personnalité et de leur âge.

 

À retenir

  • Ajustez vos attentes et vos exigences envers chacun de vos enfants en fonction de leur âge.
  • Il est normal que les règles ne soient pas les mêmes pour des enfants d’âges différents.
  • Expliquez à votre enfant pourquoi vous n’agissez pas de la même façon avec lui et avec ses frères et sœurs.

 

Naitre et grandir.com

Recherche et rédaction : Solène Bourque, psychoéducatrice
Novembre 2016

 

Photo : iStock.com/maximkabb

 

Ressources et références

Pour les parents

  • RACINE, Brigitte. Le respect – Une valeur pour la vie. Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2016, 236 p.

Pour les enfants

  • GAY, Marie-Louise. Bonjour, Sacha. Montréal, Dominique et compagnie, 2003, 32 p.

À lire aussi