Le trouble développemental du langage (dysphasie)

Le trouble développemental du langage (dysphasie)
Découvrez les différentes caractéristiques du trouble développemental du langage.


Le trouble développemental du langage est différent des difficultés de langage, car il ne finit pas par disparaître au fil du temps. Comme il est difficile à reconnaître chez les tout-petits, la proportion d’enfants de 5 ans atteints de ce trouble n’est pas connue avec certitude, mais elle pourrait être d’environ 7 %.

Qu’est-ce que le trouble développemental du langage?

Le trouble développemental du langage (TDL), anciennement appelé dysphasie et trouble primaire du langage, est un problème neurologique. Cela signifie que le cerveau des personnes présentant ce trouble fonctionne différemment pour l’apprentissage du langage. Ce trouble est présent à la naissance et persiste à l’âge adulte. Il ne s’agit donc pas d’un « retard de langage » que l’enfant va rattraper.

Le TDL se caractérise par des difficultés de langage importantes toujours présentes à l’âge scolaire. Ce trouble affecte plusieurs aspects du langage. Il peut toucher à la fois la prononciation, la compréhension du langage, la construction de phrases et l’utilisation du vocabulaire, par exemple.

Le TDL influence aussi les relations de l’enfant, car il a moins de facilité à communiquer. Cela peut également nuire à ses apprentissages scolaires (ex. : lecture et écriture) parce que ces apprentissages passent beaucoup par le langage.

Les signes du trouble développemental du langage

D’une façon générale, le langage de l’enfant avec un trouble développemental du langage (TDL) ressemble surtout à celui d’un enfant plus jeune. Il peut avoir de la difficulté à comprendre le langage, à s’exprimer ou les deux. Il n’y a toutefois pas de signes propres au TDL. Les enfants touchés peuvent avoir des profils bien différents. Par exemple, un enfant avec un TDL peut :

  • avoir du mal à comprendre les consignes et les questions;
  • comprendre assez bien ce qu’on lui dit, mais s’exprimer toujours avec des phrases incomplètes ou incorrectes à l’âge de 4 et 5 ans, en disant par exemple : « Moi manger gâteau », au lieu de : « Je mange un gâteau »;
  • avoir peu de vocabulaire pour s’exprimer, par exemple chercher ses mots et utiliser des mots imprécis;
  • faire des phrases très courtes;
  • prononcer difficilement certains sons.

Bien sûr, tous les enfants qui apprennent à parler doivent relever certains défis. Par exemple, pour les tout-petits qui parlent français, apprendre à conjuguer les verbes et à employer les bons pronoms n’est généralement pas facile. Cependant, pour un enfant présentant un TDL, c’est encore plus difficile.

Quelles sont les causes de ce trouble?

Les causes du trouble développemental du langage (TDL) ne sont pas encore bien connues. Il existe toutefois certains facteurs de risque associés à la présence d’un TDL :

  • avoir un historique familial de trouble du langage ou de dyslexie;
  • être un garçon;
  • être le plus jeune d’une grande famille;
  • avoir des parents peu scolarisés.
Quand un enfant présente d’importantes difficultés de langage à cause d’une condition particulière (ex. : déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme), on parle d’un trouble du langage associé à cette condition, et non d’un TDL.

Ces facteurs de risque sont des éléments plus souvent observés chez les personnes qui ont un TDL, sans que l’on comprenne toujours bien le rôle qu’ils jouent dans ce trouble. Un enfant peut accumuler plusieurs facteurs de risque et ne pas présenter de TDL. À l’inverse, un tout-petit peut n’avoir aucun facteur de risque et présenter un TDL.

Par ailleurs, les difficultés de langage d’un enfant présentant un TDL ne sont pas causées par un autre problème comme une déficience intellectuelle. En effet, mis à part son trouble développemental du langage, l’enfant se développe habituellement comme les autres enfants de son âge. Toutefois, il n’est pas rare qu’un enfant avec un TDL présente d’autres difficultés liées par exemple à l’attention, à la gestion des émotions ou au contrôle de l’impulsivité.

Quand consulter?

Avant l’âge de 4 ou 5 ans, il est difficile de reconnaître le trouble développemental du langage (TDL). C’est généralement quand les difficultés de langage persistent au moment de l’entrée à l’école ou un peu avant qu’un tel trouble peut être détecté par une orthophoniste. Toutefois, que votre enfant présente un TDL ou non, une orthophoniste peut l’aider à développer son langage quand il présente des difficultés, peu importe son âge.

Voici quelques signes de difficultés de langage à surveiller selon l’âge :

  • À 18 mois : votre enfant ne cherche pas à communiquer et n’imite pas les sons et les mots.
  • À 2 ans : il a de la difficulté à comprendre les consignes et les questions du quotidien ou n’utilise pas deux mots ensemble (ex. : papa parti).
  • À 3 ans : votre tout-petit ne comprend pas plusieurs mots abstraits (ex. : en dessous, rouge, trois, après) ou ne fait pas de petites phrases.
  • À 4 ans : il a de la difficulté à tenir une conversation ou il fait seulement de courtes phrases contenant des erreurs.
  • À 5 ans : votre enfant n’arrive pas à expliquer et à raconter quelque chose ou il s’exprime comme un enfant plus jeune.

Ces signes indiquent des difficultés de langage, mais pas nécessairement un trouble développemental du langage. Si votre enfant présente ce genre de difficultés ou si vous avez des inquiétudes à propos de son langage, parlez-en à son médecin. Vous pouvez aussi communiquer avec votre CLSC ou avec l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec pour être dirigé vers des ressources en orthophonie.

Comment intervenir?

L’orthophoniste qui observe des difficultés de langage chez un enfant propose un plan d’intervention. Celui-ci est composé d’objectifs comme « dire ses premiers mots » ou « faire des phrases complètes ». Il inclut des idées de stratégies à appliquer à la maison et dans le milieu de garde pour atteindre ces objectifs. L’orthophoniste surveille l’évolution de l’enfant par rapport aux objectifs fixés. Ainsi, un enfant qui ne parle pas encore à 2 ans pourrait en venir à dire quelques mots à 2 ans et demi avec l’aide de ses parents, de son éducatrice et de son orthophoniste.

Plus tard, à l’école, l’enfant qui présente un trouble développemental du langage a généralement besoin d’aide pour bien progresser dans ses apprentissages (ex. : interventions d’une orthophoniste et d’un orthopédagogue). Les services d’aide proposés à l’école varient selon les besoins de l’enfant et les services disponibles.

À retenir

  • Le trouble développemental du langage (TDL) est un problème neurologique présent à la naissance dont les causes ne sont pas bien connues.
  • Ce trouble persiste à l’âge adulte et peut nuire aux relations de l’enfant de même qu’à ses apprentissages scolaires.
  • Le langage d’un enfant avec un TDL ressemble surtout à celui d’un tout-petit plus jeune, mais les enfants touchés peuvent avoir des difficultés de langage très différentes.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Marie-Ève Bergeron-Gaudin, M. Sc., orthophoniste
Recherche et rédaction :
Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Décembre 2019

 

Photo : iStock.com/kali9

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

  • ARSENAULT, Annick, et autres. Au-delà des mots. 2e éd., Montréal, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2019, 280 p.
  • BISHOP, D.V.M., et autres. « CATALISE: A multinational and multidisciplinary Delphi consensus study : Identifying language impairments in children », PLOS ONE, juillet 2016.
  • BISHOP, D.V.M., et autres. « Phase 2 of CATALISE: A multinational and multidisciplinary Delphi consensus study of problems with language development: Terminology », The Journal of Child Psychology and Psychiatry, vol. 58, no 10, octobre 2017.
  • ORDRE DES ORTHOPHONISTES ET AUDIOLOGISTES DU QUÉBEC. Le trouble développemental du langage, 2018. ooaq.qc.ca

 

Partager

À lire aussi