La vie de groupe

La vie de groupe
La vie de groupe comporte des contraintes, mais permet surtout de faire plusieurs apprentissages!


Dans les services de garde éducatifs à l’enfance, les choses ne se passent pas toujours comme à la maison. La routine, le rythme et l’horaire sont différents. L’enfant doit s’adapter à la vie de groupe à la garderie, et cela lui permet de faire plusieurs apprentissages.

La routine de groupe

Dans un milieu de garde, l’organisation est pensée en fonction des besoins d’un groupe. Il y a une heure précise à laquelle les enfants prennent leurs collations et leur repas, des moments réservés aux jeux libres et aux jeux plus structurés, un horaire pour faire la sieste et pour aller jouer dehors, etc. Cette routine est bonne pour les tout-petits. Elle les rassure et leur permet de savoir comment va se dérouler leur journée à la garderie.

Chaque milieu de garde met en place des règles et des routines qui respectent les besoins des enfants selon leur âge. Par exemple, les enfants de 1 an ou de 2 ans dînent souvent plus tôt, car ils ont besoin de faire une plus longue sieste en après-midi.

Les bienfaits de la vie de groupe

Dans son milieu de garde, contrairement à la maison, votre enfant n’a pas l’attention exclusive d’un seul adulte. Il doit apprendre à se débrouiller dans certaines situations. Il acquiert donc une plus grande autonomie, par exemple au repas, pour s’habiller et au moment des déplacements.

Entouré d’autres enfants, votre tout-petit apprend par imitation.

Passer sa journée dans un groupe lui permet aussi de développer les habiletés sociales nécessaires pour bien s’entendre avec les autres. Par exemple, votre enfant apprend peu à peu à suivre des consignes, à partager et à attendre son tour avant de faire un jeu ou de parler à son éducatrice. Il apprend également à exprimer ses émotions avec des mots quand il est fâché au lieu de pousser ou de frapper un autre enfant.

La vie de groupe a aussi des effets positifs sur le développement langagier et affectif de votre tout-petit. Le simple fait d’avoir à interagir et à parler avec différentes personnes (enfants et adultes) stimule son langage. De plus, en jouant avec d’autres enfants, votre tout-petit développe des habiletés pour se faire comprendre des autres et pour collaborer avec eux. Il apprend aussi à régler de petites chicanes et à tolérer des frustrations.

Pour en savoir plus, consultez notre fiche Les effets des services de garde sur le développement des enfants.

Quelques inconvénients…
Bien sûr, la vie de groupe apporte aussi quelques contraintes. Le bruit, les nombreuses stimulations et l’obligation de suivre un horaire sont des aspects exigeants et stressants pour un tout-petit. Il peut arriver qu’un enfant se montre irritable, s’isole ou repousse les autres parce qu’il est fatigué d’être en groupe. Si cela est possible, donnez à l’occasion de petites pauses de la garderie à votre enfant.

Gérer les demandes particulières de parents

Tout en misant sur les routines de groupe, les milieux de garde essaient autant que possible de s’adapter aux besoins des enfants. Par exemple, si un tout-petit mange plus lentement que les autres, son éducatrice pourra le laisser finir son repas à son rythme. Elle ne peut toutefois pas accepter toutes les demandes des parents sur la façon de prendre soin de leur enfant.

Si vous avez une exigence particulière, discutez-en avec l’éducatrice de votre enfant. Votre demande peut être acceptée si elle s’intègre bien à la vie de groupe et ne change pas l’horaire du milieu de garde. Par exemple, si vous préférez que votre enfant ne consomme pas de produits laitiers, elle pourra lui offrir la boisson de soya que vous avez apportée. Si vous refusez que votre enfant participe à une activité de la garderie, expliquez votre décision à votre tout-petit pour qu’il ne se sente pas exclu du groupe sans raison.

Les demandes au sujet de la sieste

Selon les pédiatres, une sieste d’une ou deux heures en début d’après-midi est habituellement nécessaire jusqu’à l’âge de 4 ou 5 ans.

La sieste fait souvent l’objet de demandes de la part des parents. Plusieurs souhaitent que leur enfant n’en fasse pas ou qu’il soit réveillé après une certaine heure pour mieux s’endormir le soir. Les milieux de garde sont plus réticents à accepter ce genre de demande pour ne pas nuire aux besoins de sommeil des enfants. Par contre, si votre tout-petit ne s’endort pas au moment de la sieste, voyez avec son éducatrice si elle peut lui proposer de faire des jeux plus calmes pendant que les autres dorment.

L’enfant aux besoins particuliers
Le milieu de garde peut faire des exceptions et répondre aux demandes des parents en ce qui concerne les enfants qui ont des besoins particuliers : par exemple un enfant diabétique qui doit manger à des heures particulières ou un enfant asthmatique qui ne peut pas sortir trop longtemps dehors quand il fait très froid. Les milieux de garde subventionnés peuvent aussi recevoir de l’argent pour adapter leurs services et leurs installations afin d’intégrer un enfant avec un handicap physique, qui se déplace par exemple en fauteuil roulant.

 

Il existe au Québec plusieurs types de services de garde (CPE, garderies privées subventionnées ou non, service de garde en milieu familial et halte-garderie). Dans le but d’alléger le texte, nous avons choisi de privilégier les termes « garderie » et « milieu de garde » pour représenter les différents milieux de garde québécois.

À retenir

  • Dans un service de garde éducatif, votre enfant doit s’adapter à une routine de groupe.
  • Vivre en groupe lui permet de devenir plus autonome et de développer des habiletés sociales comme partager, attendre son tour et exprimer ses émotions avec des mots.
  • Les milieux de garde peuvent accepter une demande particulière d’un parent si la mesure demandée s’intègre bien à la vie de groupe.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Julie Raymond, M. Ps., psychologue clinicienne, spécialiste du développement de l’enfant
Recherche et rédaction : Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Mai 2020

 

Photo : iStock.com/FatCamera

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents

  • LA PLACE 0-5 ANS. Guichet unique d’accès aux places en services de garde reconnus du Québec. www.laplace0-5.com
  • MARTIN, Jocelyne, Céline POULIN et Isabelle FALARDEAU. Le bébé en services éducatifs. Québec, Presses de l’Université du Québec (PUQ), 2008, 498 p.
  • MINISTÈRE DE LA FAMILLE DU QUÉBEC. Un parent bien informé, pour un choix éclairé. www.mfa.gouv.qc.ca
  • OBSERVATOIRE DES TOUT-PETITS. Petite enfance : la qualité des services éducatifs au Québec. 2018, 60 p. www.tout-petits.org

Pour les enfants

  • DEXTELET, François. À la garderie. Boomerang jeunesse, coll. « Cajoline », 2010, 24 p.
  • L’HEUREUX, Christine et Gisèle LÉGARÉ. Caillou va à la garderie. Éditions Chouette, 2019, 24 p.
  • ROUSSEAU, Lina. Que fait Galette à la garderie? Dominique et compagnie, coll. « Galette », 2009, 24 p.
  • TCHOU, Françoise et Catherine GINGRAS. Une journée à la garderie. Pratiko, 2016, 95 p.

 

Partager

À lire aussi