L'enfant égocentrique

L'enfant égocentrique
Votre enfant ne pense qu’à lui… Comment l’aider à tenir compte des autres?


C’est normal pour un tout-petit d’être égocentrique, c’est-à-dire d’être centré sur lui. Il n’a pas encore la capacité de s’intéresser à ce que vivent les autres. En effet, l’empathie chez l’enfant n’est pas une qualité innée. Il a besoin de l’aide de ses parents pour apprendre à comprendre ce que les autres ressentent. Voyez comment aider un tout-petit à tenir davantage compte des autres.

Pourquoi les enfants sont-ils égocentriques?

À mesure qu’il grandit et qu’il est en contact avec d’autres, l’enfant apprend à être plus sensible aux autres.

Avant 2 ans

L’univers d’un enfant se limite à ce qu’il connaît et à ce qui l’entoure, par exemple sa famille, son milieu de garde, sa maison, sa chambre et ses jouets. Il voit les choses de son point de vue uniquement.

De plus, il est habitué à ce que ses besoins soient satisfaits rapidement, par exemple quand vient le temps de se nourrir, de se faire habiller et changer de couche. Il n’a pas vraiment conscience du fait que les choses peuvent se passer autrement pour une raison ou pour une autre. Il peut donc réagir fortement si ses besoins ne sont pas satisfaits de la même façon et aussi vite que d’habitude.

Vers 2 ans

Un tout-petit commence à devenir un peu plus autonome, mais il peut vivre des frustrations quand il n’a pas ce qu’il veut ou quand il n’arrive pas à faire les choses comme il le souhaite. Sa vision du monde est toujours centrée sur lui puisqu’elle part de ses propres besoins et de ses envies. Il n’a pas encore conscience des besoins des autres.

Jouer avec d’autres enfants aide votre tout-petit à comprendre peu à peu ce que les autres peuvent ressentir.

De plus, à cet âge, un enfant ne joue pas vraiment avec les autres. C’est la période du jeu parallèle; un tout-petit aime jouer à côté des autres enfants. Quand il va vers un autre enfant par exemple, c’est souvent parce qu’il s’intéresse au jouet avec lequel l’autre joue.

Vers 3 ans

Un enfant commence, en général, à comprendre un peu mieux les émotions des personnes de son entourage. Il est toutefois incapable de prévoir leur réaction. Par exemple, il ne réalise pas qu’il va faire pleurer son ami en lui enlevant un jouet des mains.

Entre 4 et 6 ans

Votre enfant développe son empathie. Peu à peu, il arrive à se mettre à la place des autres et à prévoir un peu leurs réactions. S’il remarque que son ami est triste, il peut lui proposer de jouer avec lui à son jeu préféré.

Avec le temps, il comprend aussi que les personnes peuvent réagir différemment. Il découvre, par exemple, qu’un de ses amis aime bien recevoir des câlins, mais que ce n’est pas le cas d’un autre ami. Il adapte donc de plus en plus son comportement en fonction des réactions des autres.

Comment aider un enfant à tenir compte des autres

Pour s’intéresser à ce que les autres ressentent et essayer de comprendre leur vision des choses, votre enfant a besoin de votre aide. Par de petits gestes quotidiens, vous pouvez l’aider à développer son empathie et à devenir ainsi moins égocentrique. Voici comment :

  • Invitez votre enfant à observer les réactions et les sentiments des autres. Par exemple, au parc, observez avec lui les enfants qui jouent et faites-lui remarquer leurs réactions dans différentes situations (ex. : quand un enfant se fait pousser, se fait prendre sa place, se fait prêter un jouet, etc.).
  • Utilisez les histoires que vous lisez à votre enfant pour parler ensemble de ce que ressentent les personnages.
Avec vos encouragements, l’égocentrisme de votre enfant devrait diminuer grandement avant son entrée à l’école.
  • Aidez votre enfant à prendre conscience des conséquences de ses actes. S’il lance du sable dans les yeux de son ami, faites-lui remarquer que l’autre enfant pleure. Au contraire, s’il a accepté de laisser sa place sur la balançoire à son ami, dites-lui : « Regarde, ton ami est content, il sourit! »
  • Offrez à votre tout-petit de nombreuses occasions de jouer avec d’autres enfants, surtout s’il ne fréquente pas une garderie. Être en contact avec d’autres enfants va l’aider à être moins égocentrique.
  • Servez de modèle en vous souciant des autres vous aussi et félicitez votre enfant lorsqu’il vous imite.
  • Encouragez-le à être attentif aux autres. Par exemple, invitez-le à consoler son petit frère ou à prêter ses jouets à un ami.
  • Parlez-lui de la joie que l’on ressent à faire plaisir aux autres et à être généreux. Proposez-lui, par exemple, de faire un dessin pour sa grand-maman ou de donner un jouet qu’il n’utilise plus à un enfant plus jeune.
  • Inventez des jeux de rôles. Ceux-ci peuvent contribuer à faire comprendre à votre enfant le point de vue de l’autre. Par exemple, jouez à le soigner pendant qu’il fait semblant d’être malade et inversez ensuite les rôles.

Si vous sentez que ces stratégies ne sont pas efficaces pour votre enfant, vous pourriez en parler avec son éducatrice. Comme elle le voit dans un contexte de groupe, elle pourrait vous conseiller d’autres stratégies adaptées aux besoins de votre enfant.

 

Moi, mon frère, ma soeur…
Les relations de l’enfant avec ses frères et soeurs l’aident à être moins centré sur lui-même. Il constate ainsi que les autres ne partagent pas toujours son point de vue. Peu à peu, il apprend à tenir compte des autres. Des chercheurs ont montré que la capacité d’un enfant à coopérer et à partager au sein de sa famille s’observe ensuite avec ses amis.
Mais cela ne veut pas dire que l’enfant unique est nécessairement égoïste et centré sur lui-même. Grâce aux limites qui lui sont imposées à la maison, un enfant qui n’a pas de frère ni de soeur comprend que les besoins des autres doivent être pris en considération. De même, avoir des contacts fréquents avec d’autres enfants, par exemple dans un milieu de garde, lui permet de développer son empathie.

 

À retenir

  • Avant 3 ans, il est normal qu’un enfant soit égocentrique, car il voit les choses uniquement de son point de vue.
  • Votre enfant a besoin de votre aide pour apprendre à s’intéresser aux autres et à comprendre ce qu’ils ressentent.
  • Être en contact avec d’autres enfants aide les tout-petits à développer leur empathie, ce qui leur permet d’être moins égocentriques.

 

Naitre et grandir.com

Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice
Recherche et rédaction : Équipe de Naître et grandir
Mise à jour : Décembre 2018

 

Photo : iStock.com/Dmytro Lastovych

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents

  • COLLECTIF. La cognition sociale : aider votre enfant à comprendre les pensées et les émotions des autres. Montréal, Centre d’excellence pour le développement des jeunes enfants, 2011. enfant-encyclopedie.com
  • LEBLANC, Joël. « Pas si égoïste! », Québec Sciences, août – septembre 2010. velo.qc.ca

Pour les enfants

  • GREENING, Rosie. Amal apprend à aider. Toronto, Éditions Scholastic, 2018, 24 p.
  • GREENING, Rosie. Patrick apprend à partager. Toronto, Éditions Scholastic, 2018, 24 p.
  • LALLEMAND, Orianne. P’tit Loup ne veut pas partager. Paris, Éditions Auzou, 2014, 24 p.
  • LEROY, Jean. Le petit roi. Moi, moi, moi! Éditions Bayard jeunesse, 2018, 24 p.
  • TYM, Kate. Les bonnes manières : être généreux. Toronto, Éditions Scholastic, 2015, 24 p.
  • TYM, Kate. Les bonnes manières : être gentil. Toronto, Éditions Scholastic, 2015, 24 p.

 

À lire aussi