L'aider à parler aux adultes

L'aider à parler aux adultes
Votre enfant n’ose pas parler aux personnes qu’il connaît peu? Comment l’aider à s’exprimer?

 



Votre tout-petit sait parler, mais il devient muet devant une personne qu’il connaît peu ou pas du tout? Même si c’est normal, vous pouvez l’aider à s’exprimer.

Respecter le rythme de l’enfant

Comme les adultes, les enfants sont plus à l’aise de parler à des gens qu’ils connaissent bien. Toutefois, ils n’ont pas encore beaucoup d’expériences d’interactions. Il est donc normal qu’ils figent quand un inconnu s’adresse à eux.

Le fait qu’un enfant ne parle pas devant quelqu’un qu’il ne connaît pas bien ne veut pas toujours dire qu’il est gêné. La plupart des enfants ont besoin d’un temps plus ou moins long pour s’habituer à de nouvelles personnes. Dans tous les cas, il est bon de respecter le rythme de l’enfant. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter tant que l’enfant n’est pas totalement muet dans une situation précise pendant plus d’un mois (ex. : il ne parle jamais au milieu de garde).

Comment l’aider à s’exprimer?

Dès que votre enfant est capable de vous faire des demandes avec des gestes ou des mots, n’hésitez pas à le placer dans des situations où il doit exprimer ses besoins à d’autres adultes. Par exemple, laissez-le demander quelque chose à un oncle ou à une tante. À force de le faire, il va prendre confiance en ses capacités et cela deviendra plus facile pour lui. Votre enfant gardera aussi le souvenir d’un échange positif avec un autre adulte que vous. Cela l’encouragera à recommencer.

Lorsque vous encouragez votre enfant à parler à un adulte, il comprend que vous êtes là pour l’aider au besoin.

Voici ce que vous pouvez faire lorsque votre enfant reste muet après un commentaire ou une question :

  • proposez-lui un choix de réponses (ex. : «Ton toutou préféré, c’est un chien ou un chat?») ;
  • commencez une phrase pour lui (ex. : «Ce matin, on est allés…») ;
  • commencez un mot pour lui (ex. : «Elle se demande tu as quel âge! Tu as d-d-d-d…», pour deux ans).

Votre enfant sent ainsi que vous l’accompagnez et qu’il peut s’exprimer sans crainte. Il n’a pas non plus à parler beaucoup, ce qui est plus facile. Si c’est encore difficile pour lui, proposez-lui une phrase adaptée à son niveau pour répondre. Par exemple : « Tu peux dire "non" » ou « Tu peux dire : "J’ai 3 ans." »

Il ne parle pas malgré votre aide

Lorsque vous aidez votre enfant, mais qu’il reste muet malgré tout, il est important de respecter son choix de ne pas parler. Il gardera ainsi un souvenir positif de cet échange, même s’il n’a pas été capable de parler. N’excusez pas non plus son attitude en disant qu’il est « gêné », car votre enfant pourrait garder cette étiquette en tête et finir par le penser lui aussi. Encouragez plutôt ses efforts, même s’il fait seulement un sourire (ex. : « Tu te demandes qui c’est, hein? », « On dirait que tu aimerais lui parler! »).

Lorsque votre enfant commence à parler de lui-même à quelqu’un (ex. : nouvelle éducatrice, médecin, ami de la famille), restez proche de lui pour l’encourager à continuer. Vous pouvez, par exemple, montrer et parler des choses qui intéressent votre enfant à cette personne (ex. : son toutou, ses petites autos…). Cela pourrait donner envie à votre tout-petit de faire la même chose.

Faciliter les échanges
Si vous êtes devant un enfant qui a du mal à s’exprimer, vous pouvez utiliser le self-talk ou le parallel talk. Le self-talk consiste à parler de ses propres gestes et pensées tout haut en présence de l’enfant (ex. : « Je veux donner le biberon à la poupée, je me demande où elle est… »). Le parallel talk consiste à décrire les gestes de l’enfant (ex. : « Tu places le bloc jaune sur le bloc bleu »). Ces deux méthodes simples peuvent encourager un enfant à parler.

 

À retenir

  • Il est normal qu’un enfant ait besoin d’un peu de temps pour être à l’aise et parler avec une personne qu’il connaît peu ou pas.
  • Invitez votre enfant à parler avec des gens qu’il connaît moins.
  • Si votre enfant refuse de parler, ne l’obligez pas à le faire.

 

Naitre et grandir.com

Recherche et rédaction : Marie-Ève Bergeron-Gaudin, orthophoniste
Février 2017

 

Photo : GettyImages/YazolinoGirl

À lire aussi