L'image corporelle chez les enfants

L'image corporelle chez les enfants
Dès l’âge de 3 ans, certains enfants s’inquiètent de leur apparence. Comment favoriser une image corporelle saine chez un enfant?


Il n’y a pas que les adultes qui se soucient de leur image corporelle. Les enfants aussi peuvent s’inquiéter de leur apparence et se trouver laids ou gros. Comment éviter que cela arrive et faire en sorte que les enfants soient bien dans leur peau?

Qu’est-ce que l’image corporelle?

L’image corporelle, c’est notre façon de percevoir notre corps. Elle est saine et positive quand on est satisfait de notre apparence et qu’on se sent bien dans notre peau. Dans le cas contraire, elle est négative et peut beaucoup nuire à l’estime de soi.

Plusieurs éléments peuvent influencer l’image corporelle d’un enfant et faire en sorte qu’il n’aime pas son corps. Certains tout-petits commencent d’ailleurs à s’inquiéter de leur apparence dès l’âge de 3 à 5 ans. Et à partir de 6 ans, certains enfants n’aiment pas leur corps.

On estime aussi qu’entre 6 et 12 ans, 40 à 50 % des filles souhaitent être plus minces. De nombreux garçons se trouvent également soit trop gros, soit trop petits.

Les causes d’une mauvaise image corporelle

Voici les principaux facteurs qui peuvent influencer l’image corporelle d’un enfant.

Les commentaires des adultes

Les commentaires de l’entourage à propos du corps peuvent envoyer des messages négatifs qui nuisent à l’image corporelle d’un enfant. Si les parents, le personnel de la garderie et de l’école ou encore les entraîneurs ou les entraîneuses émettent des commentaires négatifs sur le corps d’un enfant, le risque qu’il développe une mauvaise image corporelle augmente.

Il faut donc éviter de critiquer l’apparence d’un enfant et ne pas l’encourager à perdre ou à prendre du poids. De plus, n’oubliez pas que votre enfant entend et voit tout. S’il vous entend refuser une part de gâteau parce que vous surveillez votre poids, il peut se mettre à accorder de l’importance à son apparence.

Les médias

Les émissions de télévision, les jeux vidéo et les magazines ont aussi une influence, car les personnages et les mannequins peuvent devenir des modèles à atteindre pour un enfant. Les superhéros ont de longues jambes, une taille fine et de gros muscles. Dans les dessins animés, les personnages féminins sont souvent très minces et leurs vêtements renvoient une image particulièrement sexualisée de la femme.

Ces images donnent l’impression que le succès vient avec un corps semblable. Plus les enfants y sont exposés, plus ils peuvent être portés à croire que ces modèles constituent de vrais standards de beauté. Ils ne réalisent toutefois pas que ces images sont souvent peu réalistes, notamment à cause des retouches faites à l’ordinateur.

Les amis

Entre amis, plusieurs facteurs contribuent à développer des préoccupations au sujet de l’image corporelle. Les enfants peuvent en effet se livrer à des comparaisons ou à des commentaires désobligeants par rapport au poids. Ils partagent aussi parfois entre eux des informations et des méthodes pour contrôler ou modifier leur corps.

La personnalité

Avoir une bonne estime de soi ainsi que des parents présents et aimants favorise une image corporelle positive. À l’inverse, les enfants perfectionnistes, sensibles à la critique, conformistes et inquiets ont tendance à accorder plus d’importance à l’apparence et à être insatisfaits de leur corps.

Les changements physiques

Les enfants n’aiment pas toujours les changements que leur corps subit lorsqu’ils grandissent. Le risque d’insatisfaction par rapport à l’image corporelle augmente d’ailleurs avec l’âge et atteint généralement un sommet au début de l’adolescence.

 

Et les commentaires positifs?

Même les commentaires positifs sur l’apparence de votre enfant, comme : « Que tu es belle! », « C’est toi le plus beau! » ou « Que ta robe est jolie! », peuvent causer du tort. Si les commentaires positifs en lien avec l’apparence sont trop fréquents, votre enfant peut en venir à croire que c’est son apparence qui lui donne de la valeur. Par exemple, il peut croire qu’il doit être beau et bien habillé pour être aimé.

 

Comment aider votre enfant à développer une image corporelle saine

Voici quelques moyens pour favoriser une image corporelle positive chez votre enfant :

  • Faites-lui prendre conscience de tout ce que son corps lui permet d’accomplir (ex. : se balancer, faire du vélo, sauter dans l’eau, faire des câlins);
  • Valorisez votre enfant pour ses qualités personnelles, comme sa générosité, son sens de l’humour, sa créativité, etc.;
Les commentaires liés à l’apparence physique sont plus souvent faits aux filles, mais ils peuvent aussi affecter les garçons. Il est important que tous les enfants développent une confiance basée sur des forces et des qualités qui n’ont rien à voir avec leur apparence.
  • Parlez de vous et des autres en mettant l’accent sur les qualités, les talents et les forces;
  • Amenez votre enfant à prendre conscience que chaque personne est unique, et que la diversité est normale et agréable. Favorisez l’acceptation de cette différence chez lui et chez les autres;
  • Rassurez-le s’il est préoccupé par son apparence, et invitez-le à se confier à vous;
  • Limitez son utilisation des écrans et expliquez-lui que les personnages à la télévision et dans les jeux vidéo sont des créations. Précisez-lui aussi que les photos dans les magazines sont transformées par des retouches. Demandez-lui s’il connaît une vraie femme ou un vrai homme qui a un corps semblable;
  • Discutez avec lui de ce qu’il vit, de ses amis et de ses sentiments. Par exemple, demandez-lui : « Qu’est-ce que tu aimes de cet ami? », « Qu’est-ce que tu aimes le plus de ton enseignante? » ou « De quoi es-tu fier aujourd’hui? ».
  • Aidez votre enfant à trouver des activités physiques qu’il aime et bougez aussi avec lui. Faites-lui prendre conscience qu’il faut bien manger et bouger pour le plaisir et pour être en santé, plutôt que pour un objectif de poids.
  • Amenez-le à développer son sens critique quant aux moyens de contrôle du poids qui sont inefficaces et dangereux;
  • Soyez un modèle positif pour votre enfant.

Des paroles et des gestes à éviter

Même si vous ne le faites pas exprès, certaines de vos paroles et de vos actions peuvent laisser croire à votre enfant qu’il faut être mince pour être respecté et valorisé. Ainsi, voici ce qu’il vaut mieux éviter :

  • Évitez de faire des commentaires négatifs sur l’apparence de votre enfant ou d’une autre personne, ou de le comparer à d’autres. Par exemple, évitez de commenter négativement les gens en surplus de poids.
  • Évitez de dire du mal de votre apparence quand vous vous mettez en maillot de bain, par exemple, et de faire d’autres commentaires négatifs sur votre corps devant votre enfant.
  • Évitez d’exprimer une préférence pour les corps minces ou de dire que vous êtes content d’avoir perdu du poids.
  • Évitez d’associer les aliments au poids. Si vous ne voulez pas manger de crème glacée, inutile de dire la raison à votre enfant.

Image corporelle et troubles alimentaires

À force de se préoccuper de leur poids, plusieurs enfants finissent par se soucier également de ce qu’ils mangent. Dès l’âge de 8 ou 9 ans, certains adoptent des comportements pour maigrir ou gagner des muscles. Par exemple, ils commencent à suivre un régime amaigrissant, à éviter certains aliments, à sauter des repas et à faire plus de sport.

Ces gestes peuvent avoir des conséquences graves sur la santé. Ils peuvent notamment dégénérer en troubles de comportements alimentaires et retarder ainsi la croissance et la puberté en plus de causer des carences nutritionnelles et des maladies.

Quand consulter?

Parfois, les problèmes d’image corporelle sont évidents, mais parfois ils sont plus subtils. Si vous remarquez que votre enfant dénigre son apparence, se pèse souvent, se compare négativement aux autres, devient nerveux ou irritable au moment des repas ou connaît la teneur en calories des aliments, il est important de consulter un professionnel de la santé.

À retenir

  • Votre enfant a besoin de modèles variés et positifs pour développer une image corporelle saine.
  • Les commentaires liés au poids et à l’apparence peuvent nuire à l’image corporelle d’un enfant.
  • Valoriser les qualités personnelles et la diversité des corps est essentiel, car le poids ne détermine pas la valeur d’une personne.

 

Naître et grandir

Recherche et rédaction : Stéphanie Côté, M. Sc., nutritionniste
Adaptation web :Équipe Naître et grandir
Mise à jour : Juillet 2022

 

Photo : GettyImages/bamby-bhamby

 

Ressources et références

Note : Les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est donc possible qu’un lien devienne introuvable. Dans un tel cas, utilisez les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Pour les parents

Pour enfants

  • DELAUNOIS, Angèle et Philippe BÉHA. Je suis belle! Montréal, Éditions de l’Isatis, 2018, 24 p.
  • GRAVEL, Élise. Tout le monde!, Éditions Scholastic, 2021, 40 p.
  • KROUSE ROSENTHAL, Amy, Paris ROESENTHAL et Holly HATAM. Chère fille,. Markham, Éditions Scholastic, 2019, 40 p.
  • MCANULTY, Stacy et Joanne LEW-VRIETHOFF. Les jolies filles. Markham, Éditions Scholastic, 2017, 32 p.
  • TESTA, Nicole et Annie BOULANGER. Lili Macaroni : je suis comme je suis! Saint-Lambert, Dominique et compagnie, 2017, 24 p.

 

À lire aussi