Moments magiques

Moments magiques
Quand un tout-petit réussit une action pour la première fois ou franchit une nouvelle étape, c’est comme si c’était un spectacle : ses parents l’applaudissent. Des encouragements qui font grandir l’enfant.

Quand un tout-petit réussit une action pour la première fois ou franchit une nouvelle étape, c’est comme si c’était un spectacle : ses parents l’applaudissent. Des encouragements qui font grandir l’enfant.

« C’est bien normal que les parents s’émerveillent devant les premières fois de leur enfant. C’est une réaction pleine d’amour, mais aussi de fierté, note la psychologue Marie-Ève Brabant. Les parents accompagnent leur enfant dans ses apprentissages. Ils se sentent fiers quand ils voient les résultats. » Et c’est bon pour l’enfant de voir ses parents réagir si positivement, ajoute-t-elle. « Cela lui donne un sentiment de fierté et de compétence en plus de favoriser son estime personnelle. » Ce qui l’encourage à explorer davantage et à essayer plein de nouvelles choses.

Les premières fois sont aussi sécurisantes pour les parents, poursuit la psychologue. « Comme ils sont bombardés d’information sur le développement de l’enfant, ils sont rassurés de voir leur enfant faire ses premiers pas ou ses premières dents. » Pour eux, c’est signe que tout va bien.

Chacun son rythme

Pas besoin toutefois de stresser si votre enfant ne parle pas beaucoup comparé à sa cousine du même âge qui dit plusieurs mots. « Chaque enfant est unique et se développe à son rythme, rappelle Marie-Ève Brabant. Cela dépend notamment de son tempérament et des stimulations offertes dans son entourage. Il y a, par exemple, des enfants qui vont marcher vite et parler plus tard sans que ce soit un problème. » Si vous l’aimez et lui offrez un milieu de vie chaleureux et sécuritaire, votre enfant a, en général, tout ce qu’il faut pour se développer normalement. En cas de doute, il ne faut toutefois pas hésiter à parler à un professionnel.

 

Naitre et grandir.com

Source : magazine Naître et grandir, janvier-février 2018
Recherche et rédaction : Julie Leduc
Révision scientifique : Solène Bourque, psychoéducatrice

 

Photo : Maxim Morin

Partager