Pas de sucre ajouté dans l'assiette de bébé: est-ce réaliste?

Pas de sucre ajouté dans l'assiette de bébé: est-ce réaliste?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
Aux États-Unis, selon de nouvelles recommandations, les bébés ne devraient consommer aucun sucre ajouté. Stéphanie Côté, nutritionniste, fait le point sur la situation.

Dès la naissance, les bébés apprécient la saveur sucrée. Est-ce une raison pour leur offrir plus d’aliments avec du sucre ajouté? Non, au contraire. D’ailleurs, aux États-Unis, selon de nouvelles recommandations, les bébés ne devraient consommer aucun sucre ajouté.

Des chercheurs américains ont enquêté sur la quantité de sucre que les bébés consomment. Ça donne ceci : 60 % des bébés de moins de 1 an mangent en moyenne 1 c. à thé de sucre par jour. 98 % des tout-petits de 12 à 18 mois en consomment en moyenne 5,5 c. à thé. Plus ils grandissent, plus la consommation augmente. Les petits Américains ont la dent sucrée parfois avant même d’avoir des dents!

Nouvelles recommandations américaines

Devant cette situation préoccupante et en espérant renverser la tendance, le gouvernement américain a donc formulé des recommandations alimentaires spécifiques aux bébés, une première. Quelle place fait-il au sucre? Aucune! Précisons : aucune place au sucre ajouté dans les aliments (ex. : le sucre ajouté aux céréales, sauces, confitures…) et au sucre libre. Un sucre est dit « libre » lorsqu’il n’est pas naturellement associé à des fibres, à des protéines ou à des matières grasses. Par exemple, le sucre dans un jus de fruits est libre parce qu’il ne reste plus de fibres dans le jus. Ces recommandations ne visent pas le sucre qui est naturellement présent dans les aliments, comme dans les fruits, les légumes, les produits laitiers, le riz et les pâtes.

Les experts américains justifient cette recommandation par le fait que les bébés et jeunes enfants ont des besoins si importants pour grandir que chaque bouchée doit être nourrissante. Ils soulignent aussi la nécessité d’influencer favorablement leurs préférences alimentaires, car leur offrir tôt des aliments sucrés favoriserait leur envie d’en manger toute leur vie.

Que disent les autres experts?

Santé Canada invite à « limiter ou éviter l’ajout de sucre lors de la préparation de nourriture pour les jeunes enfants ». Toutefois, d’autres organisations comme la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, l’American Heart Association (AHA) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont établi des recommandations plus précises pour les enfants. Les recommandations varient de 15 à 40 g de sucres ajoutés et libres par jour. À noter également qu’en 2016, l’AHA recommandait déjà 0 g de sucre pour les moins de 2 ans.

Pour ma part, je suis aussi en faveur de limiter le sucre donné aux bébés. Je trouve que le « aucun-zéro-pantoute » américain est strict, mais j’imagine que c’est pour souligner à gros traits la nécessité de changer les choses. C’est aussi pour dire d’être vigilants face aux aliments du commerce, car 70 % des aliments destinés aux bébés (selon des données de 2015) contiennent des sucres ajoutés.

Comment appliquer les recommandations

Faites découvrir à votre enfant des aliments nourrissants et variés dès son plus jeune âge. En effet, les bébés et les enfants apprécient naturellement les aliments sucrés, mais ils peuvent apprendre à tout aimer. Ils développent leurs goûts et leurs préférences en fonction de ce qu’on leur offre. Ils sont comme une page blanche où on peut tout écrire et dessiner. Ce qui s’y trouve y restera marqué toute leur vie.

Vous êtes aussi encouragés à cuisiner, ce qui vous permet de contrôler la quantité de sucre ajouté. Si vous partagez vos repas avec bébé comme dans le cas de l’alimentation autonome, il faut veiller à modifier vos recettes, ou à le servir avant d’ajouter certaines sauces ou sucres.

Une journée sans sucre ajouté (ou presque) dans la vie de bébé ça peut ressembler à ceci :
Déjeuner : Céréales pour bébé sans sucre ajouté + lait maternel
Collation : fruits
Dîner : légumes + légumineuses ou viande + pâtes alimentaires
Collation : yogourt nature
Souper : légumes + œuf + muffin maison

Les desserts sucrés et les friandises auront éventuellement leur place dans l’alimentation de l’enfant, mais ce sera une petite place saine. Par « petite place saine », je veux dire que je prône l’équilibre et non des interdictions. Quand l’enfant grandit, interdire tout aliment sucré ou tenter de contrôler peut engendrer une préoccupation exagérée envers ces aliments et ainsi causer du tort. Cependant, on ne doit pas offrir des friandises en récompense, car ça augmente encore plus l’attrait pour le sucre.

Rappelez-vous qu’un enfant apprécie le sucre, mais il ne naît pas « bibitte à sucre ». Il le devient… ou pas, selon ce à quoi il est habitué en grandissant.

 

Photo : GettyImages/Drazen_

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur