Lettre à mon cher téléphone

Lettre à mon cher téléphone
Par Geneviève Doray, Directrice, Naître et grandir
«Tu es arrivé dans ma vie pour me protéger au cas où j’aurais un problème en conduisant. Peu à peu, tu m’as charmée. Je te traîne maintenant avec moi partout, partout…»

Tu es arrivé dans ma vie, l’air de rien, pour me protéger au cas où j’aurais un problème en conduisant. Peu à peu, tu m’as charmée.

Tes petits jeux rigolos où je lançais des oiseaux sur des cochons et où je faisais exploser des bonbons me divertissaient. Je trouvais pratique de pouvoir répondre à la question d’un collègue ou de lire les dernières manchettes alors que j’attendais en ligne à l’épicerie. J’ai pris goût aux photos instantanées et au fait de ne plus jamais me perdre. Sans que je m’en rende compte, nous sommes très vite devenus inséparables.

Je te traîne maintenant avec moi partout, partout… Mais, même si j’ai un tas de bonnes raisons de t’aimer, je réalise de plus en plus que notre relation ne me fait pas que du bien. Tu nuis à mon sommeil. Tu t’invites à table dans mes soupers d’amis. Je suis angoissée si je t’oublie ou si tu es déchargé. Tu réussis même à capter mon attention alors que ma fille ou mon amoureux me parle…

Je pourrais essayer de me réconforter en me disant que c’est normal, que je ne suis pas la seule. Il semblerait d’ailleurs que la moitié des gens ne peuvent plus s’imaginer vivre sans toi… Des études montrent qu’on consulte notre téléphone en moyenne 47 fois par jour et qu’on passe quatre heures par jour sur nos écrans (sans compter le travail) !

Comment apprendre à ma fille à ne pas consulter un écran à table si je te garde près de moi?

Dernièrement, j’ai commencé à me protéger de toi. J’ai éliminé tes mille et une notifications auxquelles je suis incapable de résister. Je ne t’apporte plus dans ma chambre à coucher. J’ai supprimé certaines de tes applications et j’évite de t’ouvrir par réflexe pour passer le temps. Bref, j’essaie de prendre davantage conscience de comment et pourquoi je t’utilise.

Je me dois d’être attentive à mes propres pratiques si je veux pouvoir guider ma fille dans la formation de ses habitudes avec les écrans. Je sais que je ne t’abandonnerai jamais totalement, mais j’essaie tranquillement de trouver un certain équilibre entre ton côté agréable et pratique, et ton pouvoir maléfique!

 

À ne pas manquer, notre dossier  Il était une fois... des familles et des écrans

 

Photo : GettyImages/tolgart

Chroniques sur le même sujet