Goûts et dégoûts de femme enceinte

Goûts et dégoûts de femme enceinte
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste

iStock_000016796615SmallCertains disent que les femmes enceintes se créent des envies de nourriture très spécifiques pour profiter de leur statut. D’autres le pensent… mais ne le disent surtout pas à la femme dont il est question! Sachez, chers sceptiques, que les femmes enceintes ne jouent pas les divas. Leur perception des saveurs et des odeurs est toute bousillée en début de grossesse. C’est la faute aux hormones.

Elles ont le dos large, ces hormones! Chaque mois, c’est de leur faute si on a les émotions à fleur de peau. Et pendant la grossesse, c’est de leur faute si on a absolument besoin d’un popsicle à l’orange à 10 h du soir ou si l’odeur de la sauce à spaghetti nous lève soudainement le cœur.

Au début de mes grossesses, je ne reconnaissais rien à mes goûts et à mes préférences. J’avais la chance de ne pas avoir de nausée, mais il y a des aliments qui me répugnaient. Qui aurait cru qu’une mangeuse invétérée de légumes comme moi serait dégoûtée à la vue d’une tomate ou à la simple idée de manger de la bette à carde? D’un autre côté, j’avais une attirance toute nouvelle pour la viande, le fromage et les pâtes alimentaires. J’ai toujours aimé ça, mais je n’avais jamais voulu en manger ABSOLUMENT avant. J’avais aussi envie de chocolat tous les jours, mais ça n’avait rien de nouveau!

De la crème glacée avec des cornichons? C’est une caricature. Les mariages improbables de 2 aliments ne sont pas documentés, mais les préférences et les aversions l’ont quelque fois été. Parmi les aliments qui font envie, on retrouve souvent des aliments sucrés. Puis, parmi les dégoûts les plus fréquents, on entend entre autres la viande et les mets épicés. Cela dit, chaque femme est unique.

Que penser de la théorie qui veut que les goûts particuliers soient un message du corps pour commander certains éléments nutritifs dont il a besoin? Aucune étude ne le démontre. De quoi le corps pourrait-il avoir tant besoin dans du chocolat ou un popsicle à l’orange de toute façon?!

Si vos cravings ne nuisent pas à la qualité de votre alimentation, faites-vous plaisir. Il faut se méfier des envies excessives de sucreries ou de malbouffe, mais avec modération, il n’y a pas de problème. Chez la majorité des femmes enceintes, les changements ne durent que quelques semaines. Un trimestre de goûts bizarres et de dégoûts inhabituels. Chez d’autres, ça peut durer plus longtemps. Jusqu’à 85 % des femmes enceintes expérimentent des goûts étranges. En faites-vous ou en avez-vous fait partie? Racontez-nous!

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Toutes les chroniques de l'auteur

Chroniques sur le même sujet