«Elle est où mon éducatrice?»

«Elle est où mon éducatrice?»
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
8 février 2021
Avec la pandémie, il arrive plus souvent que des éducatrices s’absentent. Comment limiter l’impact pour vos tout-petits?

Avez-vous déjà vécu une situation semblable?

Mathias, 3 ans, arrive au CPE et c’est Julie, une toute nouvelle éducatrice qui l’accueille. Déjà, avec masque et visière, le contact est limité. Il fait un mouvement de recul, s’accroche à la jambe de son papa et dit « non! », lorsqu’il lui demande d’entrer dans le groupe. Mathias cherche des yeux Maria, son éducatrice habituelle. Mais elle n’est pas là.

Avec la pandémie, le personnel des services de garde à la petite enfance est à bout de souffle et il arrive de plus en plus souvent que des éducatrices s’absentent pour des congés de maladie ou quittent leur emploi.

Comment limiter l’impact de cette situation pour vos tout-petits?

Les tout-petits ont besoin de repères

Les très jeunes enfants se sentent en sécurité grâce à la routine, à la répétition de moments de vie qu’ils peuvent prévoir et à la régularité des personnes qui prennent soin d’eux aussi. Alors, oui, il est déstabilisant pour eux d’arriver au CPE en imaginant « Maria » et que ce ne soit pas elle qui soit présente dans le groupe.

Souvent, nous avons peu ou pas d’informations sur les raisons ou la durée de l’absence. Il est donc difficile de rassurer son enfant ou de répondre à ses questions au sujet de son éducatrice. On peut donc tout simplement dire qu’elle n’est pas là, mais que c’est la même garderie, les mêmes amis.

Car oui, il faut se rappeler que malgré le changement, son milieu de garde reste tout de même connu et sécurisant pour lui. Vous pouvez donc miser sur d’autres repères qu’il connaît bien afin d’apaiser ses craintes et l’aider à amorcer sa journée à la garderie avec le sourire.

Informez-vous sur les mesures mises en place par le milieu de garde de votre enfant pour l’aider à s’adapter aux changements. Par exemple, certaines garderies permettent d’apporter un petit album photo de la maison ou un toutou. Pour en savoir plus : Garderie: une nouvelle éducatrice.

Voici quelques exemples qui peuvent être adaptés selon ce qui est permis à la garderie de votre enfant en temps de pandémie :

  • Mettez le focus sur les enfants qui sont présents : « Oh, regarde! Naomi et Bryan sont là, comme d’habitude! Tu veux aller jouer avec eux? ».
  • Demandez à l’éducatrice d’aller chercher un jeu que votre enfant aime bien afin d’initier le contact entre elle et lui.
  • Si ce n’est pas possible parce qu’elle doit superviser les autres enfants, demandez à votre enfant d’aller chercher un jouet qu’il aime bien et de vous le montrer. Vous pouvez le questionner sur ce qu’il fait avec ce jeu, ce qu’il aime.
  • Montrez-lui les dessins ou bricolages qu’il a faits et qui sont affichés dans le local.

L’important, c’est de trouver un moyen de lui faire apprivoiser L’INCONNU avec le soutien du CONNU. Afin qu’il se sente en confiance d’entrer dans son local au CPE.

Quoi faire au retour de la garderie et les jours suivants

À la fin de la journée, lorsque vous allez chercher votre enfant, vous pouvez aussi démontrer de l’enthousiasme pour ce que votre enfant a fait durant sa journée, remercier chaleureusement l’éducatrice et lui dire « à demain ». Cela aidera votre enfant à comprendre que vous appréciez sa nouvelle éducatrice, et il saisira aussi qu’elle sera là le lendemain.

Pendant la routine du lendemain matin, vous pourriez répéter à votre enfant que c’est avec « Julie » et ses copains qu’il passera la journée. Demandez-lui à quoi il aimerait jouer et s’il s’accroche à vous à nouveau lors de votre départ du milieu de garde, vous pouvez réutiliser une des quatre stratégies mentionnées plus haut.

Même si cette situation n’est pas facile, il est important de se rappeler que les enfants absorbent vos émotions, les positives comme les négatives. Si votre enfant vous sent en confiance, à petits pas, il apprivoisera cette nouvelle éducatrice et elle fera partie peu à peu de son univers!

Avez-vous vécu des changements d’éducatrice dans le milieu de garde de votre enfant? Votre enfant y a réagi comment? J’ai envie de vous entendre sur le sujet!

 

Photo : GettyImages/FatCamera

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (3)

  1. Maman2017 11 février 2021 à 21 h 45 min
    Un probleme de la pandemie est que le parent ne peut même plus entrer dans le CPE! On doit laisser notre enfant à la porte! Difficile de faire un lien et encore plus quand on doit le laisser a la porte d'une salle multi avec les educatrices du matin et que l'educatrice de l'enfant arrive plus tard.
  2. Solène Bourque 11 février 2021 à 22 h 00 min
    Bonjour Maman2017. Merci der votre commentaire. Pour la possibilité d'entrer dans les milieux de garde, les mesures sanitaires gouvernementales le permette maintenant depuis novembre, mais chaque service ou milieu de garde détermine les mesures les plus sécuritaires pour tous compte-tenu de sa réalité, bien entendu. C'est dommage pour le lien parent-éducatrice qui n'est plus présent, je suis d'accord avec vous. Avez-vous la possibilité de les rencontrer en Zoom occasionnellement? Je sais que certains CPE offrent cette option.
  3. Naiade 17 février 2021 à 11 h 17 min
    Hélas... ma cocotte 2 près de 2 ans et demi a vécu pas moins de 5 changements d'éducatrice depuis le retour à la suite de la première vague. J'ai la chance de pouvoir contacter facilement la direction qui s'arrache les cheveux avec ces départs (démission, maternité, absentéisme, j'en passe). Certaines journées vont bien, mais j'ai bien perçu le stress que cela engendre pour ma fille lorsque le matin ce n'est pas sa personne "habituelle". Elle s'accroche à moi même si elle voit que ses amis sont là. Un truc que j'ai développé avec les éducatrices : Lui proposer que l'éducatrice lui fasse une couette! Elle se ronge également maintenant les ongles, ce qu'elle ne faisait pas avant. D'autres parents de son groupe ont vécu des troubles similaires. Bien que je ne blâme pas du tout la garderie (la situation est difficile pour bien des milieux de garde), j'essaie de demeurer optimiste face à la situation en me disant que cela travaille son adaptabilité!