Prévenir la peur de la COVID-19 chez les tout-petits

Prévenir la peur de la COVID-19 chez les tout-petits
Par Solène Bourque, Psychoéducatrice
17 septembre 2020
Voici quelques pistes de Solène Bourque, psychoéducatrice, pour garder le cap, continuer à rester vigilants et avoir le moins d’impact négatif possible sur les tout-petits.

La pandémie actuelle a des impacts majeurs sur les familles. Comment faire en sorte de garder le cap comme parents, de rester vigilant afin de ne pas créer d’angoisse ou de peurs chez nos tout-petits?

Déjà 6 mois que le coronavirus est entré dans nos vies, comme un ouragan dont on n’avait pas mesuré l’ampleur. Des semaines de confinement, une conciliation famille-travail ardue pour plusieurs, des difficultés financières, des inquiétudes, de l’inconnu aussi. Bref, ce virus, qui fait maintenant partie de notre réalité, a généré beaucoup de stress chez plusieurs parents.

Comme la situation perdure depuis déjà un bon moment, il est normal que vous n’ayez plus la même énergie ou motivation pour aborder le tout positivement en dessinant des arcs-en-ciel. Il est aussi possible que vous viviez des périodes de découragement et d’angoisse.

Dans ces moments, votre enfant pourrait alors vous entendre parler négativement de la situation actuelle. Par exemple, vous dites « Ah! Maudit virus! » lorsque vous êtes à table ou bien votre enfant capte des bouts de votre conversation avec une ou un ami au sujet de vos inquiétudes.

Pour les tout-petits, qui ne comprennent pas bien la situation, cela pourrait avoir comme conséquence qu’ils développent une peur d’être malade ou que vous le soyez. Et affecter par la même occasion leurs journées à la garderie ou à la maison, leur humeur, leur sommeil.

Voici donc quelques pistes afin de continuer de garder le cap et apprivoiser la réalité actuelle tout en ayant le moins d’impact possible sur les tout-petits :

  • Porter une attention aux réactions de votre enfant lorsque vous n’avez pas le choix de parler de choses en lien avec la pandémie, par exemple à l’éducatrice de la garderie. Si vous sentez son regard posé sur vous à ce moment, vous pourriez alors reformuler ou expliquer en mots simples pour le rassurer : « Ton éducatrice me donne de l’information pour que nous soyons bien! »
  • Se concentrer sur ce qui est agréable ou possible de faire en ce moment plutôt que sur les activités qui ne sont plus accessibles ou qui sont différentes. Pour lui qui est tout petit, l’important c’est de passer du temps de qualité avec vous, ses proches, ses amis. Malgré le masque, la visière, il est heureux d’aller à la garderie. Malgré les contraintes de distance entre les adultes, il est content de voir les gens qu’il aime.
  • Aller chercher du soutien, que ce soit en personne ou virtuellement. Si vous vous sentez envahi émotivement par la situation actuelle, il est important d’en parler à vos proches ou encore de contacter une ressource qui pourra vous soutenir. Plusieurs organismes communautaires ont mis en place des services de soutien virtuels ou par téléphone pour les parents, et ont même augmenté leurs services afin de répondre à la très grande demande actuelle. En voici quelques-uns :
     
    La ligne parents :https://www.ligneparents.com/LigneParents
    Priorité Parents (FQOCF) : https://fqocf.org/parents/priorite-parents/
    Première ressource – aide aux parents : https://premiereressource.com/fr

N’hésitez pas à les contacter au besoin! Ils sont là pour vous!

 

Photo : GettyImages/DIMUSE

Solène Bourque, Psychoéducatrice
Psychoéducatrice et auteure, j'œuvre dans le domaine de l'intervention et de l'éducation depuis plus de 20 ans. Je suis aussi la maman de deux grands enfants.
Tous les billets de l'auteur

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation

Partager