Maman, c'est quoi après la mort?

Maman, c'est quoi après la mort?
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
28 janvier 2019
Josée Bournival discute avec sa fille de 5 ans et réalise qu’il n’est pas toujours facile de parler de la mort avec les enfants.

Avant d’avoir des enfants, je croyais, à tort, que le sujet le plus délicat à aborder avec un bout de chou concernait la fabrication des bébés. On entend tellement de blagues sur le sujet!

J’ai évidemment eu de drôles de discussions à ce propos (vous auriez dû voir le visage de ma fille quand elle a su que les couples, comme papa et maman, continuent de faire l’amour, même quand ils ne veulent plus avoir de bébés… Ça valait de l’or!). Mais, ce que je trouve le plus pénible comme discussion concerne la mort.

C’est ma Gripette qui s’intéresse au sujet.

- Maman, j’ai juste 5 ans. Il va falloir attendre que j’aie l’infini pour mourir, non?

Elle m’a fixée intensément avec ses grands yeux bleus. Mon coeur s’est serré. J’aurais voulu lui répondre qu’elle aurait « l’infini » au moment de mourir. Mais, je ne voulais pas lui mentir.

- J’espère que tu vas être vieille, vieille, vieille et toute ratatinée quand tu vas mourir, Gripette.

Je l’ai chatouillée en espérant que mon jeu la détourne de ses questionnements. Questions que je trouve toujours très intenses chez une enfant aussi jeune. Mais, dès qu’elle a été délivrée de mes bras, elle est revenue à la charge :

- C’est quoi après la mort? On va où?

- Je ne sais pas, Blanche.

- On peut faire une recherche?

J’ai eu les larmes aux yeux. Quand je n’ai pas de réponse à leurs questions, je propose toujours de fouiller sur Internet pour satisfaire leur curiosité. Quand j’étais petite, ma mère faisait la même chose avec le dictionnaire.

- Ça dépend de nos croyances…

Froncement de sourcils super mignon de sa part.

Je lui ai parlé de mes parents, ses grands-parents. Papi, scientifique et rationnel, croit que la mort du corps est la mort de tout. Mamie, plus spirituelle, croit à l’âme qui poursuit sa route.

Elle a posé mille questions allant de l’inquiète « quand vas-tu mourir, maman? » jusqu’à la rigolote « est-ce que je pourrais apporter mes poupées dans la mort? »

Ça me rend toujours émotive d’aborder ces sujets avec mes enfants, car je sais la vie fragile. J’ai des amies qui se battent contre des cancers. Je vois les accidents bêtes aux nouvelles. La mort s’invite parfois quand on s’y attend le moins. Et je n’aime pas y penser. L’idée de ma propre mort ne m’avait jamais vraiment effleurée avant d’être mère. Maintenant…

- Et toi, Blanche? Qu’est-ce que t’en penses? C’est quoi après la mort?

Sa petite langue est apparue au coin de ses lèvres. Preuve qu’elle réfléchissait intensément.

- Je ne sais pas. Mais c’est plein de notre amour.

J’espère que la vérité sort de la bouche des enfants.

Et vous? Vous préférez parler de la conception des bébés ou de la mort avec vos tout-petits? Vous avez des anecdotes sur le sujet?

Si la mort vous frappe de près, je vous invite à visionner la capsule de bibliothérapie que nous avons faite sur le sujet.

 

Photo : GettyImages/evgenyatamanenko

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 grandes filles et d’un petit garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (32)

  1. Cbo 30 janvier 2019 à 09 h 32 min
    Pendant un temps (vers l'âge de 5 ans si je me souviens bien), ma plus grande a posé beaucoup de questions sur la mort (à peu près chaque fois qu'on passait à côté d'un cimetière!). Je n'ai personnellement pas de problème à aborder le sujet. Pour ce qui est de ce qu'il y a «après», j'ai répondu selon mes convictions, c'est-à-dire «rien», mais j'ai dit quelque chose comme «les gens continuent de vivre dans nos cœurs et dans nos pensées», ce à quoi ma fille s'est exclamé «mais ils n'auront pas de place!». C'est là que j'ai réalisé les limites de la pensée abstraite des enfants!! Ma plus jeune (7 ans maintenant) est intéressée par le sujet, mais elle n'aime prononcer le mot «mort». Elle a décidé d'inventer une potion qui rend immortel (à base de tomates et de concombres...), qu'elle donnera à sa mamie. Elle veut une photo de ses grands-parents près de son lit, pour se souvenir d'eux quand ils seront partis. Mon père est décédé voilà 3 ans et elle en parle régulièrement. Sa grande sœur, par contre, n'en parle quasiment jamais. En fait, il y a des sujets «chauds», comme les bébés et la mort, qui sont très discutés pendant un temps puis qui semblent tomber dans l'oubli... Dans tous les cas, j'essaie d'être la plus honnête possible et de ne pas leur raconter d'histoires. En ce qui me concerne, je trouve ça passionnant d'aborder ces sujets avec elles.
  2. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 13 h 46 min
    Bonjour Cbo. J'avoue que le mélange mort-bébé est troublant. Ici, après une fausse-couche que j'ai faite il y a 6 ans, ma grande fille (qui avait 4 ans à l'époque) voulait comprendre. Elle ramenait constamment le sujet dans nos discussions. Ça a été un moment difficile à traverser... Josée XX
  3. Caroline 30 janvier 2019 à 14 h 22 min
    J'avoue que parfois les mots me manquent. Mes parents, sont très ''spirituel'' et mon conjoint très peu, preuve scientifique sinon ça vaut rien! Moi, j'essai d'y aller avec le coeur et selon ce que je crois bon d'être dit. J'ai des enfants relativement curieux et qui peuvent eux même se faire une mise en scène de ce qu'est la mort et faire des bébés... Par contre, j'ai ma petite 3 ème dont j'ai surprise à ''discuter'' avec ma grand-mère maternel décédée. Je ne sais trop quoi en penser et je ne cherche pas à revenir avec elle sur ce sujet à moins qu'elle m'en parle. Pour ce qui est de la lecture sur ces sujets je trouve que c'est vraiment sympas, je m'en suis fait offrir un et j'en aie emprunté à la biblio municipale et j'ai bien aimé ainsi que les enfants;-) Sympas comme toujours !!! Bonne journée.
  4. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 13 h 50 min
    Bonjour Caroline. Peut-être que votre toute petite entre dans la période des amis imaginaires. Elle a peut-être simplement choisis un ami auquel elle peut associer une image? Ça peut parfois être un ami inventé de toutes pièces, un personnage apprécié de l'enfant ou autre... Clémentine avait choisis Flash McQueen... C'est arrivé juste une fois ou si c'est récurrent? Je trouve ça fascinant... Josée XX
  5. Caroline 31 janvier 2019 à 19 h 24 min
    Effectivement, c'est fascinant! C'est la première fois qu'un de mes enfants agit de la sorte. Cela ne fut que de passage ( 2 fois dans une même journée) et une autre fois comme ça peu après. J'en aie parler à ma mère! De un parce-que cela me troublait et de deux parce-que c'était sa maman avec qui ma fille venait d'avoir une ''discussion''. J'aime tout de même penser qu'elle à eu cette chance et je ne cherche pas à élucider le mystère.😉
  6. Josée Bournival 1 février 2019 à 14 h 12 min
    Une sage décision de votre part. ;-) Josée XX
  7. Jess 30 janvier 2019 à 21 h 27 min
    Il y a environ 3 ans, nous sommes rentrés à la maison et Monsieur poisson était mort... ma fille qui avait presque 4 ans à l'époque a réalisé que la mort existait!.. Nous n'étions TELLEMENT pas prêts! 😅... Mon conjoint a décidé de faire avec elle une petite cérémonie, dans la cour, où nous avons enterré le poisson et dit de beaux petits mots à son egard. Le soir, venu l'heure du dodo, s'en ai suivi un roman de question... Dont je n'étais TELLEMENT pas prête... Je me rend compte qu'en essayant de la "préserver" je lui ai fait encore plus peur, je me rend compte qu'en essayant "d"embellir" la chose , je l'ai rendu encore plus incompréhensible... elle me dit : Maman, est-ce qu'on va me planter moi aussi quand je vais mourir?... puisque nous avions enterré le poisson, elle a vu cela comme si nous plantions une fleur hihi... Bref, dernièrement, la grand maman de mon conjoint est décédée, arrière grand maman dont ma fille était proche.. J'ai été acheter un livre sur la mort (pour enfant) et j'y suis allée pour l'honnêteté cette fois... evidemment en douceur mais je n'ai pas essayé de répondre à des questions auxquelles je n'avais pas de réponses... Je n'ai pas essayé de cacher mes propres emotions face à la mort, je n'ai pas essayé de lui lancer un roman à l'eau de rose et je crois qu'elle a "mieux compris" l'imcomprehensible disons. C'est ok d'avoir de la peine, c'est ok d'avoir peur, y'a des questions qui sont sans reponses puisque nous ne pouvons pas savoir, mais si elle le veut, sa mémé et son Monsieur Poisson peuvent être dans son coeur et dans ses souvenirs!
  8. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 13 h 53 min
    Allo Jess. Quel beau témoignage. Désolée pour votre perte et celle de votre famille. La réflexion de votre petite était sublime! Quelle belle image: planter des humains. ;-) Josée XX
  9. Jess 31 janvier 2019 à 14 h 02 min
    Oui.. Nous l'avions tellement trouvé mignonne hihi Il n'y a qu'un enfant pour voir les choses de cette façon! 😍🌻
  10. Valerie 30 janvier 2019 à 23 h 00 min
    La mort est un sujet qui a dû être abordé rapidement avec mes enfants puisque mon père est décédé d'un cancer il y a quelques années. Quand je m'ennuie de lui et que les larmes montent, je préfère dire la vérité aux enfants que de me cacher. C'est souvent là que les questions arrivent. Le plus difficile avec le sujet de la mort, c'est que pour la première fois, je dois leur répondre qu'il n'y a pas de réponse, pas de certitude. Mais surtout, je ne dois pas leur montrer à quel point ça me fait peur de penser que ça peut être mon tour ou le leur à n'importe quel moment. Je préfère de loin leur expliquer comment ils sont nés.
  11. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 13 h 55 min
    On est dans le même bateau, ma chère Valerie. Cette peur, on peut difficilement la faire disparaître quand elle nous empoigne le coeur. Le mieux à faire, c'est de profiter de chaque instant. C'est ce que je vous souhaite. Josée XX
  12. Anaïs 31 janvier 2019 à 01 h 20 min
    Merci Josée d'aborder ce sujet délicat et merci aussi pour les témoignages. J'aime beaucoup celui de Jess et je pense que je vais m'en inspirer... J'ai perdu ma mère quelques jours avant la naissance de mon fils. Aujourd'hui, il a 2ans et demi et je sais que son explication en voyant des photos : "mamie partie. La vois plus. C'est dommage!", ne lui suffira bientôt plus... Et j'appréhende énormément ce moment. Peut-être aussi parce qu'il faudra que j'assume totalement cette perte et ma peine si je veux être honnête avec lui tout en trouvant les bons mots...Merci beaucoup pour les pistes, j'ai de quoi me préparer! Au plaisir de vous lire!
  13. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 13 h 58 min
    Ma chère Anaïs, je vous envoie un immense câlin virtuel. Perdre sa maman... Ce doit être cruellement difficile. Tant mieux si la communauté du blogue peut vous aider à mieux vivre ce qui s'en vient avec votre fils. Merci de votre commentaire. Josée XX
  14. Mélissa 31 janvier 2019 à 13 h 21 min
    Le père de mon conjoint est décédé avant notre rencontre. Ma mère est décédé en 2017. Ma grande avait 9 ans. Quand elle m'a posé des questions sur ce qui ce passe après la mort, je lui ai dit qu'il y avait plusieurs façon de voir selon les religions ou les façon de pensées. Je lui ai parlé du paradis ( et effleurer le sujet de l’enfer pour qu'elle n'ai pas peur de se retrouvé là pour un verre cassé), de la réincarnation et que certaine personne croient qu'il y a rien. Puis je lui ai demandé ce qu'elle en pensait, ce qu'elle préférait. Elle préfère croire en un genre de paradis ou son papi est voisin de sa mamie et qu'ensemble ils prennent soins des animaux qui été dans notre entourage et qui sont décédé eux aussi. Elle m'a dit croire à ça parce que croire qu'il y a rien après la mort est trop triste. Ma plus jeune ne m'a pas posé de question encore. Elle était trop jeune (3 ans) mais elle sait que parfois il m'arrive de pleurer parce que je ne peux plus voir ma mère et que je m'ennuie.
  15. Josée Bournival 31 janvier 2019 à 14 h 02 min
    Bonjour Mélissa. Je pense aussi que plusieurs adultes croient qu'il y a quelque chose après la mort parce qu'une fin définitive enlève du sens à notre existence. Ma grande de 9 ans m'a servi les mêmes arguments que votre fille: "je préfère imaginer quelque chose sinon la mort me fait peur." De votre commentaire, je retiens aussi vos larmes, qui coulent encore lorsque vous vous ennuyez de votre maman. Je vous serre virtuellement dans mes bras et je vais, de ce pas, contacter ma mère pour lui dire que je l'aime. Josée XX
  16. Joannie 1 février 2019 à 13 h 59 min
    Mon père est décédé plusieurs années avant la naissance de mes enfants. Quand mon grand (4 ans à l’époque) m’a demandé où était mon papa, je lui ai répondu simplement qu’il était parti au ciel. Quelques jours plus tard, il pensait encore à son papi qu’il n’a pas eu la chance de connaître, c’est alors qu’il m’a dit: Papi est dans le ciel avec le Père-Noël! J’ai trouvé ça très mignon! Puis, en 2017, son chat qu’il aimait beaucoup est mort et c’est là qu’on a parlé de la mort plus sérieusement, car ça l’a vraiment boulversé. Presque 2 ans plus tard, la mort de son chat l’affecte encore, nous l’avons toujours supporté dans cette épreuve sans amoindrir ses sentiments face à ça. Il est plus conscient de la mort, il nous dit qu’il ne veux pas nous perdre, nous, ses parents et son petit frère. Mais voilà qu’il me dit hier, (il a 6 ans maintenant) qu’il avait hâte de mourir pour aller rejoindre son chat. J’avoue que ça m’a prise au dépourvue et ça m’a un peu choquée, mais mon chum lui le voit plus comme un enfant qui ne comprend pas encore bien le concept de la mort. Je ne sais plus trop quoi penser.
  17. Josée Bournival 1 février 2019 à 14 h 21 min
    Bonjour Joannie. Je vous invite à visionner la capsule de bibliothérapie que nous avons faite sur le sujet. Certains livres pourraient vous aider. Même deux ans plus tard. Vous y entendrez effectivement qu'on essaye de ne pas "imager" la mort avec l'idée des gens sur les nuages ou volant avec les oiseaux. Si ma mémoire m'est fidèle, c'était justement pour que l'enfant saisisse l'aspect définitif et irréversible de la mort, et non pas le côté poétique. C'est peut-être ce que votre fiston aurait besoin d'entendre... Ou peut-être qu'il cherche juste à communiquer que son chat lui manque encore. Vous pourriez mettre une photo de fiston avec son chat sur sa table de chevet? Faire un album de scrapbooking où garder les bons souvenirs de son ami félin? Célébrer la date anniversaire de sa mort avec un souper spécial? Un rituel fait parfois du bien... Laissez-moi savoir. Josée XX
  18. Gabrielle 13 février 2019 à 18 h 53 min
    J'avais aussi dit à ma fille de 3 ans que mon père, son grand-père, était dans le ciel. Un matin, en regardant dans le ciel avec sérieux, elle m'avait lancé : 'Maman, il n'est même pas là, grand-papa!!!' C'était mignon, mais il a fallu expliquer qu'il n'était effectivement pas 'dans le ciel', que c'est une expression. Je vous épargne la LONGUE conversation qui a suivi! :)
  19. Marie 2 février 2019 à 08 h 37 min
    Bonjour et merci de parler de cette réalité . Pour ma part j'ai trouvée le livre illustré intitulé "L'arbre sans fin" qui explique les étapes d'un deuil à la suite du décès d'une grand-mère. Pour préparer ma fille de 6 ans. Je l'ai laisser le regarder pour ensuite lui lire. Car, ma mère passe des examens pour savoir si elle a un cancer. Ma fille est au courant qu'elle voit des docteurs parce qu'elle a très mal au ventre.
  20. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 18 min
    Bonjour Marie. Désolée de lire que votre maman passe de durs moments. J'espère que vous et votre fille pourrez traverser cette épreuve avec sérénité. Merci pour la recommandation de livre. Je vais y jeter un oeil, assurément. Josée XX
  21. Odette 4 février 2019 à 11 h 19 min
    Ma fille de 7 ans nous a beaucoup émus, à la suite du décès de mon oncle, quand elle a dit que quand on n’avait plus rien à faire sur terre, Dieu a besoin de nous pour faire autre chose ailleurs. Ce ne sont pas les paroles exactes, c’était encore mieux dit sauf que, c’est comme ça que je l’ai compris. Il faut mentionner que nous sommes très croyants.
  22. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 20 min
    Bonjour Odette. C'est effectivement très touchant. Les enfants m'étonneront toujours avec leur conception si unique du monde qui les entourent. Josée XX
  23. KatMarieChant 4 février 2019 à 14 h 51 min
    Ce ne sont pas des questions faciles, mais je crois qu'il vaut mieux y penser un peu d'avance (quoiqu'avec les enfants, ces questions peuvent arriver au moment où l'on ne s'y attend le moins) pour ne pas trop être pris au dépourvus. Mon père est décédé alors que j'attendais mon plus vieux. Lorsqu'est venu le temps de fêter son 5e anniversaire de décès, il a posé toute sortes de questions très crues sur le décès de son grand-père qu'il n'a pas connu: "L'as-tu vu mourir? A-t-il souffert quand il est mort? Il est encore sous la terre?, etc. C'était très souffrant comme questions car mon père est décédé suite à une opération très difficile et est resté une semaine aux soins intensifs, dans une situation de santé très précaire. Son décès fut traumatique pour sa famille. J'ai essayé de répondre au mieux puis je lui ai dit que je passais le relai des réponses à son père, car cela me faisais trop de peine.
  24. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 33 min
    Allo MarieKatChant. Les questions de votre enfant révèlent bien la limite de compréhension des petits face à ce qui est abstrait. Ils s'attardent à ce qu'ils peuvent imaginer, comprendre, etc. Vous avez bien raison, il faut réfléchir avant d'aborder le sujet avec nos petits. Mais même en s'y préparant, le coeur trouve toujours moyen de se serrer un peu... ;-) Josée XX
  25. KatMarieChant 6 février 2019 à 19 h 38 min
    Oui, effectivement, c'est la réflexion que j'avais eu aussi. C'est si abstrait pour les enfants la mort. Ils sont si plein de vie, ils ne peuvent s'imaginer leur propre mort, ni même le fait de ne pas avoir existé avant leur naissance (en tout cas, pour le mien).
  26. Cadiou A 5 février 2019 à 05 h 54 min
    J’ai deux petits filles 6ans et 3 ans. J’ai perdu maman il y a 17 ans. Du coup ni papa ni les filles n’ont connu leur grand mère maternelle et Ma plus grande très tôt elle devait avoir 2 ans 1/2 m’a posé sa première question mon cœur de maman s’est brisé en mille morceaux me disant ça y est on y est la Grande Question est là le sujet si délicat ... je travaille dans le milieu médical et la mort est très présente et tout ce qui va avec je n’ainpas Vraiment de problème à en parler mais là c’était ma petite fille, mon petit bébé à moi ... j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai renvoyé La question : « -mais qu’est ce que tu veux savoir au juste mon petit cœur ? «  Elle m’a répondu : « -Maman mais pourquoi personne ne connaît ta maman ? Pourquoi elle ne m’a pas attendu ? Et pour quoi le docteur ne l’a pas guérit puisqu’il y a des médicaments ! Et maintenant ou pouvait donc être sa mamie qu’elle cherie à travers tous mes souvenirs malgré tout . Je lui ai répondu que malheureusement Parfois il y a des trop grande maladie que même les docteurs ne peuvent pas guérir, que parfois les gens que l’ont aime très fort s’en vont malgré qu’on les aime trop fort, que personne ni peu rien ! Que maintenant mamie vit dans nos histoire , nos souvenirs nos photos .... qu’elle me manquait parfois et que j’aurais Aimer qu’elle puisse la rencontrer . Elle m’a alors répondu « - je suis très triste pour toi maman c’est injuste ! «  et on a pleurer toutes les deux elle a finit par me dire je ne veux pas que tu meurt .. je lui ai répondu que j’essaier d’être là m’en plis possible et que s’il m’arrivais un jour quelque chose il y aurait toujours quelqu’un pour s’iccuper D’elle elle ne serait jamais seule .
  27. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 36 min
    Bonjour Cadiou A. Désolée pour la perte de votre maman. J'aime beaucoup l'image de vous et votre fille en train de pleurer doucement ensemble. Il y a des expériences comme ça qui créent des liens encore plus forts entre deux personnes. Je trouve vos réponses très sensibles. Bravo. Josée XX
  28. Geneviève Houde 5 février 2019 à 05 h 54 min
    Comme je suis enceinte de mon 4ieme, j'ai eu l'inspiration hier, après notre lecture de "Emile est mort" de moi, leur poser des questions...pour mieux saisir leurs perceptions, leurs inquiétudes. Je leur ai dit: D'où croyez-vous que Louka arrive? (bébé dans mon ventre) Croyez-vous qu'il est apparu comme ça, comme par magie, en cliquant des doigts? Je n'ai pas peur d'expliquer les processus. Les passages, les étapes. Une graine qu'on plante, qui pousse, a des fruits à son tour, puis meurt en ayant servi. Rien n'est inutile, tout à sa place même si on ne comprend pas tout de suite. C'est important de ne pas avoir peur. Par mon vécu, la réincarnation est pour moi une évidence et beaucoup d'aspects du quotidien me permettent de leur montrer les liens avec cette "réalité". Je respecte les autres croyances et promouvois le respect et la discrétion à ce sujet. Ma grande de 7 ans était inquiète que je partes pour 5 jours de peur que je meurs dans un accident. Je l'ai réconforté avec simplicité en soulignant l'importance de nos pensées sans banaliser son inquiétude. Je lui fait une grosse accolade d'amour comprenant bien que ce que j'ai dit doit faire son chemin, à son rythme. C'est important de vivre nos émotions et les étapes de compréhension. Il faut parfois le vivre pour mieux saisir...c'est la vie et la mort!
  29. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 40 min
    Bonjour Geneviève. Je suis malheureusement d'accord avec vous: parfois, il faut vivre la mort pour mieux l'expliquer ou la comprendre. On s'en passerait volontiers, mais ça fait partie de la vie. C'est inéluctable. J'adore lire comment chaque parent aborde le sujet et ce qu'il transmet à ses enfants. On sent toute votre solidité, votre sérénité face au sujet. J'admire ça. Je vous souhaite une belle fin de grossesse, ma chère Geneviève. Josée XX
  30. Cadiou A 5 février 2019 à 06 h 08 min
    Le livre qui a nous a aider ma fille c’est Tu vivras dans nos cœurs pour toujours ... de chez Larousse Un album tout en délicatesse, pour adorer avec les enfants la disparition d’un être cher
  31. Josée Bournival 5 février 2019 à 06 h 40 min
    Merci Cadiou A pour la recommandation de lecture. Ça aidera sûrement d'autres parents. Josée XX
  32. Lisa 13 février 2019 à 21 h 47 min
    Ça me fait étrange de tomber là dessus ce soir car mon grand de 3 1/2 m'a posé des questions ce soir... Mon propre papi étant décédé peu de temps après les fêtes, je lui dit que mon papi à moi est parti parce qu'il était vieux vieux... Il me demande lui va être bientôt vieux.. bien sûr que non! Alors vient la question car un petit ami a perdu sa maman très jeune et depuis elle est "dans son cœur"... Il me demande donc de voir mon cœur pour vérifier si mon papi est là.. ouff... Ensuite je lui explique que de garder quelqu'un dans son cœur veut dire de penser fort à lui.. il me demande donc s'il est au ciel et quand est ce qu'il va pouvoir redescendre. (Et je repense au moment où j'ai fait face à la mort.. vers son âge peut être.. mais c'était avec un oiseau. J'étais tellement contente pour lui qu'il soit au ciel que j'ai voulu tout envoyer au ciel les insectes que je croisais... Ma mère a trouvé difficile de trouver un moyen de me "ramener" je crois donc je préfère y aller plus directement avec mes enfants.) Non on ne revient pas du ciel et on ne sait pas où on va... Mais on ne sait pas non plus d'où on vient et c'est ce qui fait que c'est vraiment merveilleux la vie. Là dessus mon garçon d'une grande maturité pour son âge m'a dit : tu sais maman je suis content d'être en vie avec toi .. et c'est ça qui est important, n'est-ce pas <3