Mon gars, faut qu’on se parle

Mon gars, faut qu’on se parle
20 juillet 2018
C’est un soir, après une partie de soccer, que ça s’est produit pour vrai. Mon premier « là mon gars, faut qu’on se parle ».

Je ne savais pas vraiment quand ça allait arriver. Je me le suis souvent imaginé, à la limite même idéalisé en modelant mon appréhension de ce que j’avais majoritairement vu à la télé. Mais c’est un soir, après une partie de soccer, que ça s’est produit pour vrai. Mon premier « là mon gars, faut qu’on se parle ».

Le problème n’était pas immense ni dramatique : il dérangeait et n’écoutait pas les arbitres ni les coaches. Il s’amusait ferme, mais pas de la bonne façon. Alors, pas mort d’homme ici, mais à 6 ans, il y a des principes de base qui doivent être solidifiés. Je devais donc jongler avec le paradoxe suivant : c’est pas grave, mais c’est important.

On s’est donc assis dans l’auto, je me suis retourné vers lui, et j’ai enclenché mon petit discours. Je voulais une discussion, pas une réprimande. Plus on discutait, plus je comprenais qu’on n’en est plus au stade où je dois lui expliquer que « si tu ne brosses pas tes dents, tu vas avoir des caries, pis tu vas puer de la bouche, pouah! »

J’étais au niveau supérieur, et c’était une première pour moi.

Je sais bien que mon garçon n’est pas le plus sportif, et je ne voulais pas qu’il croie que j’espérais de lui qu’il soit le meilleur, mais juste qu’il fasse de son mieux et qu’il suive les règles.

On avait pas mal fait le tour. Il a soufflé dans ses joues.

- Qu’est-ce qu’il y a mon homme? Dis-moi à quoi tu penses.

- Il y a des choses que je comprends pas.

- C’est compliqué un peu ce que je te dis, hein?

- Ouin.

- Regarde, au fond, ce que j’espère, c’est que tu écoutes bien et que tu fasses de ton mieux. On essaye de bien faire ça et, après l’été, on verra si on se réinscrit l’an prochain, deal?

- Papa?

- Quoi?

- Est-ce que ça existe des cours de scientifique? Moi j’aime vraiment ça le scientifique.

- On va regarder ça!

J’pense que je connais déjà la réponse pour l’été prochain. D’après moi, la seule façon de l’intéresser au soccer, ce sera de lui faire analyser des matchs. ;)

 

Vous pouvez aussi suivre Keven Beauregard sur sa page Facebook  Fier Père.

 

Photo : GettyImages/gradyreese

Fier Père
Je suis Keven Beauregard, fier père de 2 garçons qui tente, tant bien que mal, de transformer l'ordinaire en extraordinaire! Des fois, ça fonctionne.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (5)

  1. Edorh 26 juillet 2018 à 17 h 10 min
    Beien
  2. Valérie 2 août 2018 à 03 h 39 min
    Autant mon fils aîné adore le soccer (et le basket, et le hockey, bref les sports d'équipe), autant son cadet déteste ça. Après une saison de soccer à voir mon petit homme se tenir à l'écart et avoir hâte que ça finisse, on a cherché autre chose. C'est finalement le karaté qui a suscité son intérêt, sport qui avait été un gros flop avec son grand frère. Au final, l'important est de respecter le tempérament et les goûts de chacun.
  3. Fier Père 3 août 2018 à 08 h 37 min
    Bonjour Valérie! Je pense aussi qu'il y a une bonne différence entre les sports d'équipe où la compétition est avec les autres joueurs contrairement aux sports individuels où l'on doit concentrer ses efforts sur le dépassement de soi! Et en effet, mon plus vieux préfère de loin la course à pied que le soccer! (Bon, la médaille à la fin aide pas mal mettons, haha! ) Bonne journée!
  4. Jonathan Coulombe 2 août 2018 à 20 h 38 min
    Merci pour l’expérience de vie. Merci pour le coeur ouvert. Par contre, comme bcp de log sur ce site, cest une belle histoire mais ca n'apporte rien; aucun truc, aucun fait scientifique, juste une belle histoire et une perte de temps en lecture.
  5. Fier Père 3 août 2018 à 08 h 34 min
    Bonjour Jonathan!

     Vrai qu’il n’y a pas de statistiques, de faits, de trucs, ou autres informations tangibles dans ce texte. La raison est bien simple, ce n’est pas le but ni le mandat. Ceci dit, ce blogue n’est pas inutile pour autant car il permet aux papas (et mamans aussi) de s’identifier un peu, de voir qu’ils ne sont pas seuls dans certaines situations et même simplement de se divertir pendant un boire ou entre deux brassées de foncé. ;)

    Par contre, votre soif de savoir et votre désir d’apprendre peuvent être facilement rassasiés ailleurs sur le site de Naître et grandir qui regorge d’informations et trucs pertinents provenants de profesionnel(le)s compétent(e)s. Vous voulez en connaître plus sur un sujet en particulier concernant la vie de famille, faites une petite recherche sur ce site et vous aurez certainement réponse à vos question. Par exemple, savez-vous que selon une récente étude espagnole, « Les garçons seraient en moins bonne forme physique qu’il y a 20 ans? Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont comparé les évaluations, réalisées en 2016, de la condition physique de garçons de 11 ans (213 de poids normal et 139 obèses) à des évaluations similaires réalisées en 1996 (132 garçons de 11 ans de poids normal et 72 obèses). Ces enfants étaient munis d’un moniteur cardiaque afin d’enregistrer leurs battements de coeur au cours d’une épreuve de course navette. Par la suite, la vitesse à laquelle ils récupéraient après cet effort physique était calculée. »

     Cette information provient d’un récent article publié dans la section « Actualité » (https://naitreetgrandir.com/fr/nouvelles/2018/07/24/20180724-condition-physique-garcons-moins-bonne/). Et voilà, ciao bye la perte de temps! ;)

     Pour ma part, je ne suis qu’un simple auteur qui partage un peu sa vie pour montrer qu’au final, on est tous dans le même bateau, chacun à sa façon!

     Bonne journée! :)