Le même parent qu’il y a 10 ans?

Le même parent qu’il y a 10 ans?
Par Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
4 mai 2018
Mon ami me décrit le parent qu’il veut être. Je reconnais la mère en devenir que j’étais il y a 10 ans.

Nous avons un ami en visite à la maison. Beau garçon, mi-trentaine, intelligent, en couple. Il aimerait avoir des enfants et en parle ouvertement. Il décrit le parent qu’il veut être, celui qu’il sera, assurément. Je me contente de lui sourire avec tendresse. Parce que je me reconnais à travers lui. Je revois la mère en devenir que j’étais il y a 10 ans.

Je me revois au premier anniversaire de mon aînée alors que j’ai servi un pain aux bananes comme gâteau d’anniversaire. Un dessert santé recouvert d’un glaçage maison au yogourt. Les grands-parents auraient bien aimé que je laisse ma fille se servir à pleines mains dans un gâteau triple chocolat à deux étages. Mais « moi, mes enfants ne mangeront pas de camelote ».

Il y a 1 an, j’ai photographié Léonard alors qu’il découvrait le goût sucré de son premier gâteau d’anniversaire et le plaisir d’y plonger ses mains entières.

Je me revois, il y a 8 ans, alors que j’annonçais à nos proches qu’ils n’avaient pas le droit d’offrir plus qu’un cadeau pour Noël à ma fille. On ne voulait pas sombrer dans la surconsommation. « Un jeu éducatif de préférence. Pas question que Barbie, la reine des complexes féminins, fasse son entrée dans notre maison. »

Je repense toujours à ça quand je fais le ménage de la salle de jeux et que le bac de poupées de mes trois filles déborde.

Je me revois il y a 6 ans, au parc, en train de jouer activement avec mes enfants. À juger en silence les parents assis en retrait, le nez rivé à leur cellulaire.

Il m’arrive de le faire à présent.

Quand je souris à notre ami, il ne le sait pas, mais je pense à ma sacro-sainte règle des portions de légumes à mettre au menu. « La moitié de notre alimentation devrait être composée de fruits et légumes, et j’ai bien l’intention d’en mettre dans l’assiette de mes enfants. »

Puis, je revois ces soupers gastronomiques (lire ici un bon bol de céréales) que mes enfants ont parfois mangés parce que j’avais brûlé le souper, j’avais oublié de décongeler ce qui était au menu ou parce que j’avais simplement manqué d’inspiration (ou d’énergie) pour préparer un repas décent.

Je rêvais d’être une mère à la hauteur des « beaux principes » que j’avais. J’ai lamentablement échoué. ;-) Tant mieux pour mes enfants d’ailleurs.

Et vous? Quels « beaux principes » avez-vous laissés tomber en cours de route? Lesquels sont encore importants pour vous?

 

Photo : Josée Bournival

Josée Bournival, Auteure, animatrice et blogueuse
Je suis la maman de 3 petites filles et d’un bébé garçon. Je souhaite échanger avec vous sur une foule de sujets reliés à la vie de famille.
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (20)

  1. Soso 4 mai 2018 à 19 h 38 min
    Bonjour ! Je trouve ton texte tellement vrai! Moi aussi avant d'avoir des enfants je pensais que j'allais être une mère qui n'encourage pas les stéréotypes tant au niveau de leur habillement que de leurs jouets. .. surtout à ma première. La réalité est que maintenant elle a beaucoup de vêtements roses, des paillettes et des poupées " Monster High. 😂 Je pense que sans enfants nous ne connaissons juste pas cette partie de nous même encore. Et cela fait partie de la magie de la parentalité. 😊
  2. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 20 min
    Allo Soso. C'est ce que je trouve le plus merveilleux du rôle de parent: tout ce que l'on découvre sur soi et sur son partenaire. Des aspects qu'on ne soupçonnait même pas. Quel merveilleux voyage, n'est-ce pas? Josée XX
  3. PigJoy 4 mai 2018 à 20 h 19 min
    J'ai plusieurs principes qui ont pris le bord: Me marier avant d'avoir des enfants, allaiter jusqu'à minimum 6 mois, utiliser du lait «maternisé» jusqu'à au moins 9 mois, jouer dehors avec les enfants tous les jours, servir deux légumes différent à chaque repas, bannir les chips, avoir une maison impeccable en tout temps, mettre mes enfants dehors à leurs 18 ans (s'il ne sont pas au études)... Par contre, des valeurs auxquelles je n'ai pas dérogé: Pas de cellulaires à table. Chacun fait son lavage (à partir de 11 ans), chacun essuie sa douche. Chacun ramasse sa vaisselle et fait son lit. Pas de manteau qui traîne dans l'entrée.
  4. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 22 min
    Allo Pigjoy. Votre bilan est plutôt bon. Vous avez gardé le cap sur ce qui représente le plus vos valeurs personnelles et avez changé votre fusil d'épaule sur ce qui a perdu de l'importance. Quand on y pense, c'est bien de s'adapter ainsi et d'ancrer encore plus ce qu'on est dans notre rôle parental. Bonne journée! Josée XX
  5. JESSICA 4 mai 2018 à 20 h 43 min
    Pour mon premier, j'allaitais dans sa chambre chaque fois qu'il se réveillait la nuit, je m'installais dans la chaise berçante frigorifiée à 18 degrés en plein hiver (température recommandée)..Aujourd'hui, mon troisième à 2 mois et depuis sa naissance on fait du cododo dans mon lit ! Et oui mes enfants mangent de la scrappe...tout se retrouve dans l'équilibre. Ils nous arrive même de manger devant la tv (sans avoir fait un set up de camping dans le salon !!).
  6. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 24 min
    Ha ha ha!! J'adore le ton de votre réponse. On sent tout le bonheur de mordre dans la vie sans trop s'en faire. Quant au cododo, malgré les recommandations inverses de la part de mon pédiatre, moi aussi je l'ai pratiqué et je le pratique encore. (et j'adore ça. ;-)) Josée XX
  7. Genevieve 5 mai 2018 à 07 h 21 min
    Merci pour ce texte! Comme on dit: " Avant, j'avais des principes ... maintenant, j'ai des enfants" ;-)
  8. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 25 min
    Ha ha ha!!! Geneviève, vous m'enlevez les mots de la bouche. Au fond, j'aurais pu écrire cette simple phrase au lieu de mon texte entier. ;-) Merci pour ce sourire matinal! Josée XX
  9. Alee 5 mai 2018 à 09 h 23 min
    Avant même d'être enceinte, je savais que je voulais une péridurale. Il s'est avéré qu'une fois enceinte, j'ai lu beaucoup sur les naissances et après deux enfants je n'ai jamais eu de péridurale, j'ai même accouché chez moi (ce qui, je trouvait avant totalement dangereuse comme idée..) Je pensais allaiter jusqu'à 6 mois, finalement je me suis laissée aller a l'idée que mes enfants pourraient téter aussi longtemps qu'ils le voudraient sans contrainte. J'avais une idée préconçue du cododo et finalement le doute ne s'est même pas posé a la naissance de ma première, j'allais en faire évidemment! Donc pour ma part, mon entourage me conseillait des choses totalement a l'inverse de ce que je lisais et c'est au fil de mes lectures que j'ai découvert réellement quel style parental je voulais adopter et non suivre la pensée globale de la société.
  10. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 27 min
    Bonjour Alee. J'adore lire des témoignages comme le vôtre. J'aime sentir toute l'intelligence féminine et maternelle qui s'incarne chez une nouvelle maman. On ne le dira jamais assez: il faut se faire confiance et croire en soi. Quand on prend nos décisions avec le coeur, on se trompe rarement. Josée XX
  11. Katherine Girard 5 mai 2018 à 16 h 29 min
    Texte rempli de vérités! Je me considère comme une mère équilibrée dans le sens où oui, j'ai des principes, mais non, je ne les respecte pas toujours et c'est tant mieux comme ça! 😉 J'ai pour mon dire que l'on doit doser et que l'on doit s'écouter en tant que parents et surtout, lâcher prise. Moi aussi il n'était pas question que mon enfant mange trop sucré, mange trop de cochonneries, mange du gras et qu'il ait les ongles sales quelques fois. Pas question non plus que ses dents ne soient pas brossees au moins 2 fois par jour, que son lit ne soit pas fait à la première heure et que ses vêtements ne soient pas nickels. Je devais être une maman qui joue toujours avec son enfant à la demande, qu'il le stimule aussi souvent que possible et qu'il ne le laisse surtout pas jouer à l'ordinateur ni écouter la télévision trop longtemps... que de belles promesses et illusions qui ne tiennent pas toujours ici! Hihihi!!! Surtout lorsque la journée à été très chargée, lors des congés, lorsque maman est fatiguée ou simplement, pour relâcher le cadre des fois trop serré. Lâcher prise, avoir des laisser aller bénéfiques, des bisous à volonté et beaucoup d'amour, des fous rires c'est ça, l'équilibre pour ma part 💗
  12. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 30 min
    Bonjour Katherine. Ce mot: équilibre. Vous êtes plusieurs mamans a l'avoir utilisé pour me répondre. Il est plein de gros bon sens. Il fait du bien au moral et donne le sourire à nos enfants. Encore. Encore. Encore! ;-) Josée XX
  13. Marie 5 mai 2018 à 20 h 12 min
    Pour ma part, j'ai dû laisser beaucoup de principes aussi car la dépression m'a touchée au 2e enfant. J'essayais de tous appliquer à la fois. Alors je priorise l'équilibre, l'amour, le plaisir et des enfants qui ont une maman en santé.
  14. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 32 min
    Bravo Marie! Comment allez-vous à présent? Est-ce que la dépression est derrière vous ou si elle est encore présente. Je vous souhaite une journée remplie de soleil. Josée XX
  15. Melissa 6 mai 2018 à 22 h 04 min
    Hé la la! Je ne sais pas pour vous, mais je me rends compte qu'en essayant de me mettre des lignes directrices strictes, j'en oubliais les besoins de mes enfants, mais aussi les miens! Deux bras. Une tête. 24h... La seule chose qui ne sra jamais négliger, c'est l'amour et l'attention que je leur donne!
  16. Josée Bournival 7 mai 2018 à 08 h 33 min
    Et c'est le plus important, ma chère Mélissa. Faire fausse route ou prendre des détours est une étape normale, je pense. L'important, c'est simplement de se recentrer sur l'essentiel... à l'occasion. Josée XX
  17. Marilyse 7 mai 2018 à 12 h 23 min
    J'ai décidé d'être une mère imparfaite dès l'idée de devenir mère...aucune pression, pas de "il faut absolument", ni de "jamais il/elle ne ..", du moins, j'essaie! La vie est pleine de surprise...impossible de tout planifier et de tout contrôler.
  18. Josée Bournival 9 mai 2018 à 08 h 46 min
    Je vous lève mon chapeau, chère Marilyse! J'ai mis beaucoup plus de temps que vous à comprendre cette simple vérité. ;-) Josée XX
  19. Julie 11 mai 2018 à 07 h 15 min
    Ici toujours pas de barbies on explique à nos fille pourquoi une barbies ou une monster high c'est une image "grotesque ". Pour la nourriture on mage de tout fruit legume viande bonbon gâteau. ..je n'ai même jamais interdit les boissons gaseuse car je suis convaincu que d'interdire le Pepsi les chips etc. ça les rend plus tentant et vous savez quoi c'est ma fille qui ne veux pas de liqueur et qui rapporte son dessert si elle trouve qu'elle n'à pas bien manger son dîner.
  20. Djourha 25 mai 2018 à 13 h 51 min
    Je suis la mère d'une petite fille de 8 mois. Pendant ma grossesse j'si décide de ne pas faire de plan et de me laisser guider par mon instinct maternelle. Je souris à chaque fois que je lit un article qui préconise que maintenant je devrais avoir des heures de repas fixe. Parce que dans mon cas ça varie tous les jours. J'ai décidé de ne pas lui forcer une horaire à son entrée en garderie à 9 neuf mois elle en aura une. En attendant je la laisse profité d'une liberté a laquelle toute adulte de ce monde aspire.

Laisser un commentaire



En cliquant sur Soumettre, vous acceptez nos modalités d'utilisation