Les bons parents

Les bons parents

Je me fais souvent demander ce qui fait un bon parent. Je perçois aussi cette préoccupation dans les commentaires que certains d’entre vous font dans mes blogues :

– C’est facile à dire, mais venez donc passer une heure chez nous le matin…
– Comme le jugement est facile chez certaines personnes!
– Votre stratégie me fait bien rire, mais vous saurez que personne n’est parfait!

J’ai parfois l’impression que certains souhaitent avoir une confirmation, ou être rassurés, qu’ils sont de bons parents.  Malheureusement, quand ils perçoivent le contraire, ils réagissent avec force. Comme si on venait de leur crier en pleine tête :

– Vous êtes de mauvais parents!

Eh bien, laissez-moi aujourd’hui vous rassurer une fois pour toutes :

– Vous êtes de bons parents!

Remarquez bien que je n’ai pas dit des parents parfaits, car le parent parfait, comme l’éducation parfaite, n’existe pas. L’éducation parfaite est une construction de notre époque, une époque bien axée sur la performance. L’éducation parfaite n’existe pas simplement parce que toute éducation dépend des forces et des faiblesses de l’environnement de l’enfant (et des parents!). Par exemple, des parents désorganisés peuvent permettre à des enfants de comprendre le besoin de développer un grand sens de l’organisation; et des parents trop organisés peuvent à l’inverse provoquer une aversion envers les règles chez leur enfant.

Tout n’est pas blanc ou noir par contre, il y a aussi du gris. Pendant que je passe du temps à montrer à mon fils comment développer une pensée stratégique grâce à un jeu de société, mon meilleur ami entraîne son fils à mieux garder les filets sur une patinoire. Ultimement, chaque enfant aura développé une force différente. Est-ce qu’on peut juger d’une force par rapport à une autre, de la noblesse de l’une face à l’autre? Le faire ne sera qu’un jugement de valeur sans importance.

Aussi, si je vous confirme avec assurance que vous êtes de bons parents, ce n’est certainement pas pour être gentil. Vous me connaissez mieux que ça quand même! Je crois sincèrement que l’on définit un bon parent à sa capacité de reconnaître ses forces et ses faiblesses, et à faire preuve d’ouverture afin de s’améliorer constamment.

Ce n’est pas tellement ce qu’on a fait hier qui importe, mais surtout ce qu’on fera demain. Être un bon parent, c’est la capacité de se remettre en question, de remettre en question nos interventions. De s’adapter aux nouvelles situations en allant chercher de l’information, en demandant conseil à nos parents, à nos amis, de faire tout ce qu’on peut faire pour être simplement meilleur la prochaine fois. Pas parfait, juste meilleur.

Dr Nicolas Chevrier, psychologue
Mes 3 enfants me permettent de peaufiner mes talents de psychologue tous les jours…
Tous les billets de l'auteur

Billets sur le même sujet

Commentaires (3)

  1. Nathalie 29 juin 2015 à 22 h 12 min
    Merci... Vous faites du bien!
  2. camille 6 juillet 2015 à 17 h 21 min
    Bonjour votre message ma fait du bien. En ce moment je suis dépassée par les émotions. Je me demande si jai bien fait d'envoyer mon fils qui est en gros terreble 2 en garderie. jai recu l'appel qu'il avait finalement une place et ca tombe bien je viens d'avoir un 2e bébé qui a maintenant un mois, mais là il a commencé et déjà les pressions qu'il faut à tout pris qu'il soit propres oui jy travaille en l'occupant sur le pot tout en allaitant.. et il est réticent et apres quelques jours qu'il a commencé la garderie il veut plus y aller.. je suis décourager je veux quil aille à la garderie mais eux veulent qu'il soit propre pour quil reste plus longtemps à la garderie, donc j'ai le goût d'arreter la garderie mais il s'ennuie à la maison et j'ai pas l'énergie pour lui.. et je me dit qu'il va surement etre propre un jour de toute facon.. sauf qu'on va avoir beaucoup de confrontation avec le terreble 2..
  3. Tania 8 juillet 2015 à 20 h 35 min
    Bonjour Camille, Je n'ai pas toutes les réponses aux questions, mais étant moi même éducatrice, je crois qu'il faut absolument que vous discutiez avec la vôtre. Chaque enfant apprends à son rythme, et le vôtre, qui doit déjà apprendre à s'habituer à un nouvel environnement, de nouvelles règles, des gens qui lui sont inconnus, je trouve que de vous mettre la pression pour qu'il soit propre est exagéré. Il faut que les parents et l'éducatrice travaille de concert pour l'apprentissage de la propreté et pour pouvoir faire cela, il faut commencer par permettre à votre fils de développer des liens affectifs avec son éducatrice. L'apprentissage de la propreté est toute une étape dans la vie d'un bambin et si cela devient une frustration, vous allez créer un blocage chez l'enfant... (par exemple, un des parents d'un de mes cocos mettait beaucoup de pression sur son enfant pour les cacas dans le pot. Résultat, il le faisait tout le temps dans sa culotte.... Désagréable pour tout le monde et le parent ne voulait pas comprendre qu'il fallait lâcher prise...) Soyez ferme, vous pouvez exiger de vous faire comprendre de votre éducatrice. Si vous ne mentionnez pas vos attentes et besoins réels, c'est votre fils que vous brimer. La garderie peut être un lieu de pleins apprentissages pratiques pour l'enfant, mais ce ne doit pas être la guerre entre la maison et celle-ci, sinon c'est votre fils qui n'en bénéficiera pas... Bonne chance!