Trop de sucre dans l'assiette des tout-petits?

Trop de sucre dans l'assiette des tout-petits?
Par Stéphanie Côté, Nutritionniste
15 mars 2016
On parle beaucoup du sucre depuis quelque temps. On en parle en mal, comme vous le savez. Et franchement, il ne mérite pas mieux.

On parle beaucoup du sucre depuis quelque temps. Il y a eu plusieurs documentaires et articles ces dernières années sur le sujet. Tout frais sorti de presse, il y a aussi le livre de ma collègue nutritionniste Catherine Lefebvre : Sucre - vérités et conséquences. On en parle en mal, comme vous le savez. Et franchement, il ne mérite pas mieux.

Pendant que vos enfants sont petits, c’est probablement le meilleur moment pour les protéger contre les méfaits du sucre. C’est d’autant plus important que les goûts que les enfants développent durant la petite enfance les marqueront probablement à vie. Voici pourquoi il est préférable de les tenir loin des aliments sucrés.

Plus on mange de sucre, plus on risque de souffrir de maladies chroniques : diabète, maladies cardiovasculaires, obésité, hypertension artérielle, cancer, et plus. Sans oublier la carie dentaire, bien sûr. Je sais, à part la carie, ce sont des maladies qu’on imagine bien loin de nos tout-petits puisqu’elles prennent de nombreuses années à se développer. Les ravages d’une surconsommation de sucre arrivent de façon insidieuse. C’est donc pour la santé à moyen et long terme de nos enfants qu’il faut prendre le sucre au sérieux dès maintenant.

Plus on aime le sucre, plus on en mange. Et plus on en mange, plus cela en prend pour nous satisfaire. Idem pour les enfants : plus on leur en offre, plus ils l’aiment. Plus ils l’aiment, plus ils en demandent. C’est une question d’habitude.

Pour faire en sorte que nos enfants mangent moins de sucre, on coupe où? Est-ce dans le filet de sirop d’érable qu’on ajoute à leur yogourt nature et dans les petits gâteaux qu’on fait avec amour à l’occasion? Non, le principal problème n’est pas là. Catherine Lefebvre écrit dans son livre que « la sale affaire tient à l’omniprésence des sucres libres en quantité démentielle dans quasiment tous les aliments transformés ou boissons sucrées ». Et ces aliments font souvent partie de notre quotidien et de celui de nos enfants. Ils représenteraient 75 % des sucres libres que nous ingérons.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la solution n’est pas de se tourner vers les aliments avec des substituts de sucre. Ces substituts sont un pansement sur le bobo. Ils camouflent le problème sous un déguisement, mais il est toujours là. Avec les substituts de sucre, les papilles gustatives s’habituent aux aliments sucrés et en redemandent toujours plus. De plus, la saveur sucrée amène le corps à se créer de faux espoirs. Il attend le sucre annoncé, et s’il ne vient pas, le cerveau va continuer à demander ce qu’on lui a promis.

Bref, la seule solution efficace est d’habituer nos papilles à des saveurs peu sucrées. La beauté de la chose avec les enfants est que ça peut se faire naturellement au fil des habitudes alimentaires qu’on leur inculque. De petits gestes simples peuvent faire toute la différence. Celui qui fera la plus grande est de leur offrir très peu (ou pas) de jus de fruits, de laits aromatisés ou de boissons végétales aromatisées (chocolat, vanille, fraise, etc.). Selon Statistique Canada, c’est une des principales sources de sucre dans l’alimentation des enfants de 1 an à 8 ans.

Voici d’autres stratégies :

  • Offrir du gruau nature, des céréales peu sucrées, des garnitures non sucrées sur les rôties, etc.
  • Ne pas offrir de dessert à la fin de tous les repas.
  • Offrir du yogourt nature comme premier yogourt à faire découvrir à votre enfant. S’il est déjà habitué au yogourt aux fruits, le mélanger avec du yogourt nature de manière à augmenter toujours un peu plus la proportion de yogourt nature.
  • Diluer les laits ou boissons végétales aromatisés avec la version nature.
  • Cuisiner des collations et desserts maison (muffins et biscuits) en choisissant des recettes peu sucrées.

Et vous, quelle place faites-vous au sucre dans l’alimentation de vos enfants? Est-ce une préoccupation pour vous? Avez-vous des stratégies pour en diminuer la consommation?

 

Photo: iStock.com/PeopleImages

Stéphanie Côté, Nutritionniste
Nutritionniste et maman de 2 enfants, j'ai un intérêt particulier pour l'alimentation des petits. Conseils enrichissants et anecdotes savoureuses sont ici au menu chaque mois!
Tous les billets de l'auteur

Commentaires (12)

  1. catherine 15 mars 2016 à 14 h 54 min
    Le meilleur moyen, ça reste de ne pas trop consommer de sucre nous-mêmes, en tant que parents. Pour moi, les biscuits, la crème glacée, les gâteaux, il faut que ça reste une occasion spéciale. S'il n'y en a pas souvent à la maison, on n'en mange pas, ça ne fait pas partie des options et l'enfant n'apprend pas que c'est un des choix qui s'offre à lui quotidiennement. Un gros gâteau au chocolat pour un anniversaire, ou se rendre à l'occasion à la crèmerie du coin pour manger un cornet lors d'une chaude journée d'été, je ne pense pas que ce soit un problème. Ça devient une fête! Et ça crée de bons souvenirs. Mais c'est lorsqu'on prend l'habitude de manger un dessert sucré tous les jours (ou de boire du jus, ou de manger des céréales hyper sucrées, des toasts au Nutella,...) et que ça devient un réflexe que c'est problématique. En cuisinant les repas et les collations, et en choisissant les produits les plus "nature" possibles (quitte à y ajouter un peu de miel ou de sirop d'érable), je pense qu'on développe des habitudes saines - ce qui n'empêche pas de se régaler d'une sucrerie spéciale à l'occasion!
  2. Nancy 15 mars 2016 à 21 h 50 min
    Tout à fait d'accord avec Catherine... C'est en premier lieu à nous de donner l'exemple. Personnellement, j'ai été élevée dans une famille qui ne buvait que des boissons gazeuses. Quand je suis arrivée au cégep, maudit que je trouvais ça lourd traîner mon 12 canettes de liqueur en plus de mon épicerie à pied, mais je ne me demandais même pas si c'était nécessaire, je croyais que ça faisait partie d'une consommation normale, comme acheter du pain ou des oeufs. Mon conjoint (que j'ai connu à l'époque) ne buvait que de l'eau chez lui lors des repas. Après quelques journées de concubinage sans liqueur, mon besoin a diminué et a fini par s'éteindre rapidement, en moins d'une semaine. Je ne désire pas transmettre de mauvaises habitudes comme celles que j'avais à mes enfants, car avec du recul c'est totalement inutile, coûteux et nuisible.
  3. Stéphanie Côté 17 mars 2016 à 08 h 54 min
    Je partage votre opinion Nancy et Catherine. C'est une question d'habitude et de modèles. Merci pour vos commentaires. Au plaisir.
  4. Mylène 22 mars 2016 à 15 h 52 min
    Moi, je trouve de plus en plus difficile de trouver de bons aliments, avec une famille nombreuse à nourrir et le travail à temps plein ! Les fruits en canne et les yogourts, il faut toujours surveiller les étiquettes ! Les fruits en canne "dans de l'eau" sont bourrées de sucralose. J'achète donc ceux dans du jus fait de concentré. J'achète du yogourt nature que je mélange avec de la compote de fruits non sucrée. Mais j'ai acheté par erreur du yogourt nature.... avec sucralose (écrit en petit caractère en bas) !!! J'étais tellement insultée ! Bref, je me suis mise à écrire des lettres aux compagnies de yogourt et de fruits en canne. Si la demande ne vient pas du consommateur, ils vont continuer de nous mettre des produits sucrés sur les tablettes. Je veux écrire aussi aux compagnies de céréales. Que l'on nous propose de vrais choix santé ! Que l'on arrête de nous camoufler du sucre (ou des substituts pour entretenir le goût du sucre) partout ! Que les géants de l'alimentation s'adaptent à leur clientèle ! Pour ça, la clientèle doit clairement demander davantage de produits sans sucre ajouté ! Et quand on s'y habitue, c'est délicieux !! :-)
  5. Stéphanie Côté 29 mars 2016 à 13 h 11 min
    Vous avez une belle attitude! Vous avez raison de penser que les compagnies seront à l'écoute des demandes des consommateurs.
  6. Evelyne 23 mars 2016 à 14 h 04 min
    Plus mes enfants grandissent plus je trouve difficile de "gérer" la consommation de sucre. Mon fils a commencé la maternelle et au debut, je lui mettais de l'eau dans son lunch. Très rapidement, il a bien vu que les autres avaient des jus et il a protesté. Je lui achète du lait de soya aromatisé. Mais est-ce vraiment mieux que les jus? De plus, le sucre est très associé à la récompense. En effet, les grands-parents me rendent parfois la vie complexe! Un bonbon par ici pour récompenser un bon comportement. Un suçon par-là pour le beau bulletin. Bref, j'ai parfois l'impression de ramer à contre-courant!
  7. Stéphanie Côté 29 mars 2016 à 13 h 21 min
    C'est bien vrai que les petites boîtes de jus sont populaires à l'école et que l'influence des amis est grand. Les boissons de soya aromatisées sont très similaires au jus en ce qui a trait à la teneur en sucre. Vous pourriez en mettre dans une bouteille réutilisable en la diluant avec au moins la moitié de boisson de soya ordinaire. Même l'eau peut tenter davantage votre enfant si vous la mettez dans une gourde qu'il aime, que vous y ajouter des petits fruits ou des feuilles de menthe, par exemple. En ce qui concerne les récompenses, le mieux est d'en parler avec les grands-parents en leur expliquant que cette habitude entretien le goût pour les sucreries et crée l'habitude de se récompenser avec des aliments. Il vaudrait mieux choisir des récompenses non alimentaires comme des autocollants, des privilèges, une activité spéciale, etc. Je comprends votre situation et je sais que c'est possible de collaborer avec les grands-parents, même si parfois, il y a des choses qui se font "seulement chez grand-maman"!
  8. Marie-Ève 29 mars 2016 à 10 h 22 min
    J'aimerais savoir si vous avez des conseils pour ne pas offrir de dessert à chaque repas. Chez nous, il y a toujours un dessert (fruits, yogourt, fromage le plus souvent). C'est une habitude que je ne saurais couper à ma grande de 4 ans...
  9. Stéphanie Côté 29 mars 2016 à 13 h 24 min
    Lorsque le dessert est nourrissant, il n'y a pas de mal à l'offrir (une portion) à tous les repas ou du moins, tous les jours. Vous pouvez aussi défaire cette habitude progressivement en sautant un dessert de temps en temps. Dites-le en avance à votre enfant afin qu'il mange à sa faim au repas, car il se peut qu'il soit habituer à se garder une petite place pour le dessert. Les desserts sucrés ont leur place à l'occasion, mais il faut éviter de créer une habitude pour eux.
  10. Catherine G 29 mars 2016 à 12 h 38 min
    Moi j'ai tout fait le lieux pour mon garçon.. Mais quand il est arrivé à la garderie à 1an 2 mois, c'est là que ça s'est gâté! Des gâteaux (quoi qu'ils sont faits maison..)pour dessert au dîner et des Nutrigrains à la collation de l'après-midi... C'est difficile de conserver une alimentation moins sucrée à la maison ensuite. Et même en 2016, avec toute l'information dont on dispose, on se fait encore regarder de travers lorsqu'on ose s'opposer aux menus trop sucrés des garderies, et surtout lorsqu'on ne veut pas que nos enfants boive de jus! Je ne sais plus quoi dire à la famille pour défendre mes valeurs tout en étant diplomate! Des trucs? Merci!
  11. Stéphanie Côté 29 mars 2016 à 13 h 28 min
    Je vous comprends. C'est souhaitable que le milieu familial et les autres environnements de vie de l'enfant aient des principes en harmonie. Pour expliquer vos valeurs et passer les informations que vous souhaitez, je vous suggère de faire lire des articles écrits par des spécialistes aux personnes concernées. Il y en a de nombreux sur Naître et grandir, mais aussi sur www.nospetitsmangeurs.com, un site conçu en grande partie pour les services de garde à la petite enfance. Il y a également plusieurs recettes et idées qui pourront aider votre milieu de garde à améliorer son offre alimentaire en certains points.
  12. France 31 mars 2016 à 11 h 19 min
    Je comprends donc Catherine! Je vis un peu la même chose car mes enfants sont en garde partagée 50/50. L'alimentation chez leur père est très différente de la mienne. Les petits gâteaux, barres-tendres et biscuits commerciaux sont au menu tous les jours chez lui. Vous comprendrez que le yogourt nature fait maison par maman est peu attrayant pour mes enfants.