Comment bien choisir un film à écouter en famille

Comment bien choisir un film à écouter en famille
Comment choisir un film ou une émission qui convient à l’âge et à la maturité d’un enfant.

15 décembre 2020 | Dans bien des familles, le temps des fêtes est un moment propice pour regarder des films et des émissions ensemble. Mais quels pièges éviter quand on choisit un film à regarder en famille et comment s’assurer qu’il convient aux enfants?

Zoé, 10 ans, a adoré les tomes de la série de livres Harry Potter. Elle était donc ravie d’apprendre que les films à l’effigie du sorcier étaient diffusés à la télé. « Au quatrième film, c’en était trop pour elle, elle se cachait, elle semblait terrifiée, raconte Marie-Eve, sa mère, une enseignante au primaire. Je ne l’avais pas vu venir du tout! »

Pas de cauchemars, pas de craintes excessives : il n’y a eu aucune conséquence pour Zoé. « On a arrêté le film, tout simplement, souligne la mère. Je me suis promis de faire plus de vérifications la prochaine fois. » Contrairement à Zoé, certains enfants peuvent être bouleversés et réagir plus ou moins fortement lorsqu’ils sont exposés à du contenu inapproprié (violence, sexualité, langage grossier).

Les pièges dans lesquels tombent souvent les parents

« L’idée, c’est de suivre les étapes de développement de l’enfant et de lui proposer du contenu approprié selon son stade », explique Betsy Bozdech, rédactrice en chef chez Common Sense Media, un site (en anglais) voué à évaluer et classer tous les contenus médias destinés aux enfants (films, émissions, applications, jeux vidéo, livres, chaînes YouTube). « Chaque enfant est unique et différent : ce qui convient à un jeune de 7 ans ne conviendra pas à tous les enfants de 7 ans », précise-t-elle.

Selon Betsy Bozdech, le piège le plus fréquent dans lequel tombent les parents est de choisir un film ou une émission de leur jeunesse, en se fiant aux souvenirs qu’ils en ont : « Les temps ont changé!, lance-t-elle. Il est facile d’avoir oublié certains détails, surtout s’ils nous ont moins plu ou qu’à l’époque, on ne les avait pas compris. »

Un deuxième piège fréquent, selon elle : s’arrêter au fait qu’il s’agit d’un film animé. « Il y a un vaste éventail de films animés. Ça ne veut pas dire qu’ils sont tous appropriés pour les enfants! » Même chose pour les cotes : la vigilance est de mise. « Les films Histoire de jouets et L’Histoire de Pi sont tous deux classés pour un public général… Or, il ne serait pas approprié de faire écouter le second à un enfant de 5 ans. »

Elle rappelle aussi que l’écoute de films de superhéros, ceux de la franchise Marvel par exemple, est très personnelle : certains enfants sont prêts à 8 ans, d’autres le sont à 12.

Contenu inapproprié : quel impact sur les enfants?

Selon le site d’HabiloMédias, spécialiste en éducation aux médias et en littéracie numérique à travers le pays, plusieurs études démontrent l’influence de contenu violent sur les enfants. Parmi les réactions possibles chez les enfants, il y a une amplification de la peur, une désensibilisation face à la violence et une augmentation du comportement agressif. Le contenu à teneur sexuelle peut aussi faire naître dans la tête de l’enfant des images qu’il ne comprend pas et qui peuvent créer un traumatisme.

Comment s’assurer que le contenu est approprié?

Pour s’assurer de regarder quelque chose qui convient à l’enfant, Marc Alexandre Ladouceur, spécialiste en éducation aux médias chez HabiloMédias, suggère de prévisionner le contenu, si cela est possible. Et si on manque de temps ou que les circonstances ne permettent pas de le visionner à l’avance, on fait des recherches sur le web sur le titre en question. « On peut regarder la bande-annonce, vérifier le classement, lire des critiques ou des commentaires », souligne Marc Alexandre Ladouceur.

Le site de Common Sense Media est aussi un bon outil, car il recense près de 37 000 titres, dont le tiers est consacré aux films. Pour chaque titre évalué, parents et enfants suggèrent l’âge minimal requis ainsi qu’une note (le nombre de personnes qui fait l’évaluation est aussi indiqué). Le site se prononce également, si bien que le parent a trois références pour se faire une idée du contenu.

Un exemple? Le long métrage qui a fait peur à Zoé (Harry et la Coupe de feu) a été noté par les parents (76 évaluations) et les enfants (344 évaluations) comme étant convenable pour les 10 ans et plus – le site, lui, a tranché que ce film était plutôt pour les 12 ans et plus.

Appuyer sur « pause »

Marc Alexandre Ladouceur propose également de ne pas hésiter à arrêter le film ou l’émission pour poser des questions, surtout si des scènes semblent déranger les enfants. « Idéalement, c’est une activité qu’on fait en famille et dans laquelle les parents s’engagent, dit-il. Dans le cas d’un film, par exemple, on pose des questions pendant le visionnement. L’idée, c’est de garder un oeil critique, comme parent. Il y a ainsi plus de chances qu’on consomme de façon intelligente et critique. » Il souligne l’importance d’alterner les activités « avec écran » et « sans écran » afin de maintenir un certain équilibre.

Pour faire un choix éclairé, l’expert conseille de s’appuyer sur nos valeurs familiales. « Quelles sont nos valeurs? On peut en faire une liste et cela peut nous guider, note-t-il. Évidemment, du matériel inopportun peut se glisser. Ça arrive dans toutes les familles, tôt ou tard! » Il raconte que son propre garçon de 4 ans, installé devant un Tintin, lui a annoncé qu’il voulait arrêter le film, qu’il jugeait trop « effrayant ». « C’est ce que l’on veut : que l’enfant vienne nous voir si quelque chose le dérange, que ça devienne un réflexe, indique Marc Alexandre Ladouceur. Il doit avoir confiance que l’adulte validera ce qu’il ressent. »

 

Maude Goyer – Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Partager

À lire aussi