Enfants et COVID-19: quoi de neuf?

Enfants et COVID-19: quoi de neuf?
Trois nouvelles études cherchent à mieux comprendre comment la COVID-19 touche les enfants.

18 septembre 2020 | Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les scientifiques tentent de mieux comprendre comment la maladie touche les enfants et leur rôle dans la transmission du virus. Trois études récentes apportent quelques réponses.

En avril, la Société canadienne de pédiatrie a mis sur pied un programme de surveillance auprès des enfants de moins de 18 ans qui ont reçu un diagnostic de COVID-19. La semaine dernière, les premières données sur le risque d’hospitalisation et de complications ont été rendues publiques.

Les résultats révèlent que seulement 1,3 % des enfants atteints par la COVID-19 ont été hospitalisés. Cette proportion est de 13,5 % chez les patients de tous âges. Par ailleurs, 49 % des enfants admis à l’hôpital l’étaient en fait pour une raison autre que la COVID-19.

De plus, aucun décès n’a été rapporté pendant cette période. Ces résultats semblent aller dans le même sens que plusieurs études qui concluaient que les enfants risquaient moins de souffrir d’une forme sévère de la maladie que les adultes.

Les chercheurs soulignent toutefois que ces données ont été recueillies pendant l’été, c’est-à-dire avant le retour en classe. Les enfants pourraient donc avoir été moins exposés au virus. C’est pourquoi il est important selon eux de poursuivre la surveillance maintenant que les élèves ont repris le chemin des écoles.

Enfants et transmission de la COVID-19

Jusqu’à présent, la recherche a démontré que les enfants de plus de 10 ans pouvaient transmettre le virus à leur entourage. La situation n’était toutefois pas claire pour les jeunes enfants, surtout ceux qui fréquentent des services de garde.

Bien qu’une étude réalisée en Corée du Sud semblait indiquer que les tout-petits sont moins contagieux que les plus vieux, des scientifiques américains ont publié des résultats montrant qu’ils peuvent tout de même transmettre le virus.

Les chercheurs se sont penchés sur des éclosions ayant eu lieu dans 3 services de garde de Salt Lake City. Ce sont alors 12 enfants qui ont été infectés par le virus. Certains l’ont ensuite transmis à 1 personne sur 4 dans leur entourage. Par ailleurs, le fait que 2 de ces enfants ne présentaient pas de symptômes et aient contaminés leurs parents préoccupe les scientifiques.

Heureusement, une étude réalisée en Italie semble indiquer que la proportion d’enfants qui sont porteurs du virus à leur insu est plutôt faible. Parmi les enfants qui se sont rendus à l’hôpital de Milan pour une autre raison qu’une infection (ex. : pour une chirurgie, une blessure, une intoxication, etc.), seulement 1,2 % étaient infectés par le virus de la COVID-19. Cette proportion était beaucoup plus élevée chez les adultes avec 9,2 %.

Bien qu’il s’agisse d’une petite étude, des experts américains jugent que ces résultats sont encourageants. En effet, cela signifierait que les enfants joueraient un rôle moins important dans la transmission de la COVID-19 que dans le cas de la grippe.

 

Sources : Société canadienne de pédiatrie, Programme canadien de surveillance pédiatrique, CDC, JAMA Pediatrics et Medical Xpress

 

Kathleen Couillard – Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photo : GettyImages/monkeybusinessimages

Partager

À lire aussi