COVID-19: quand un enfant malade peut-il retourner à la garderie?

COVID-19: quand un enfant malade peut-il retourner à la garderie?
Quand un enfant doit-il être exclu de la garderie et quand peut-il y retourner?

12 juin 2020 | Les services de garde éducatifs sont maintenant ouverts partout au Québec. Pour éviter que cette nouvelle étape de déconfinement entraîne une nouvelle propagation du virus, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a produit un guide sur les symptômes à surveiller chez les tout-petits et la marche à suivre lorsqu’un enfant est malade.

Dans son document, l’INSPQ précise quels symptômes observés chez les tout-petits pourraient entraîner une exclusion temporaire de la garderie. « Ces mesures peuvent sembler contraignantes, remarque la Dre Caroline Laberge, médecin à l’INSPQ. Toutefois, elles permettent de garder les services de garde ouverts et, donc, de retourner à une vie à peu près normale. »

En effet, pendant cette période de déconfinement, il faut être particulièrement vigilant pour éviter une deuxième vague. « Si un enfant est atteint de la COVID-19 et transmet la maladie à d’autres tout-petits, le virus pourrait s’infiltrer dans d’autres familles, explique la Dre Louise Valiquette, également médecin à l’INSPQ. On vise à limiter la transmission. »

Quels symptômes faut-il surveiller chez les enfants ?

Il existe trois grandes catégories de symptômes.

  • Les symptômes classiques de la COVID-19 : fièvre, toux, difficultés respiratoires, perte d’odorat ou de goût.
  • Les symptômes parfois associés à la COVID-19 chez les enfants : diarrhée, vomissements, mal de gorge.
  • Les symptômes indiquant généralement une infection : douleurs musculaires, grande fatigue, perte d’appétit importante.

Un enfant qui présente un ou plusieurs de ces symptômes ne devrait pas se présenter dans son milieu de garde.

« La liste a l’air longue, mais il s’agit de symptômes généralement associés à des maladies infectieuses qui peuvent se transmettre, explique la Dre Valiquette. Nous sommes un peu plus stricts actuellement, car nous voulons éviter qu’une personne avec des symptômes associés à la COVID se présente au service de garde. » Il est possible qu’un enfant qui présente des vomissements n’ait pas la COVID, ajoute-t-elle. Toutefois, en cas de gastroentérite, un enfant devrait rester à la maison tant qu’il a des symptômes.

Selon la Dre Laberge, aussitôt que les parents ont un doute et croient que leur enfant présente un ou des symptômes de COVID, ils devraient s’informer auprès de leur service de garde. « Les services de garde sont en contact avec la direction de santé publique de leur région qui a la responsabilité d’évaluer les situations particulières », souligne-t-elle.

À partir de quand un enfant peut-il réintégrer la garderie?

Si un enfant présente un des symptômes mentionnés, il doit donc rester à la maison et ses parents devraient contacter le 811, expliquent les deux expertes. « Le 811 pourra leur donner des conseils sur quoi faire par la suite », précise la Dre Valiquette.

Plusieurs scénarios sont possibles.

L’enfant présente un des symptômes classiques de la COVID-19 (fièvre, toux, difficultés respiratoires, perte d’odorat ou de goût) :

On recommandait avant d’attendre 2 jours après l’apparition des symptômes pour passer un test de dépistage pour éviter d’obtenir des résultats faussement négatifs. Cette directive a toutefois été révisée récemment. On ne recommande maintenant plus d’attendre 48 heures pour passer le test.
  • Si l’enfant est évalué par un médecin et que ce dernier diagnostique une maladie qui explique les symptômes (ex. : il fait de la fièvre en raison d’une otite), l’enfant pourra revenir dans son milieu de garde selon les recommandations du médecin.
  • Si l’enfant a des symptômes très typiques de la COVID-19 (ex. : fièvre et toux), il sera référé pour passer un test diagnostique. Si le test est négatif, l’enfant pourra revenir dans son milieu de garde 24 heures après la fin des symptômes. Si le test est positif, l’enfant devra rester isolé à la maison selon les recommandations de la santé publique.
  • Si l’enfant ne reçoit aucune évaluation médicale et ne passe pas de test de dépistage, il sera considéré comme un cas de COVID-19, jusqu’à preuve du contraire. Il ne pourra donc pas revenir dans son milieu de garde avant au moins 14 jours.

L’enfant présente l’un des autres symptômes non classiques (mal de gorge, fatigue intense, perte d’appétit, douleurs musculaires, vomissements, diarrhée) :

  • Si l’enfant ne développe pas d’autres symptômes, il pourra revenir au service de garde 24 heures après la fin des symptômes.
Isolement obligatoire
Même en l’absence de symptômes, certains enfants ne devraient pas se présenter dans leur milieu de garde :
  • Un enfant qui a reçu un diagnostic de COVID-19 et qui doit toujours demeurer en isolement selon la santé publique.
  • Un enfant qui a eu des symptômes et qui est en attente du résultat d’un test.
  • Un enfant qui a été identifié comme un contact à risque modéré ou élevé et qui a reçu la consigne d’être en isolement.
  • Un enfant qui revient d’un voyage à l’étranger.

À consulter aussi : COVID-19 chez l’enfant: symptômes, soins et prévention.

 

Source : INSPQ

 

Kathleen Couillard – Naître et grandir

Naître et grandir

 

Photo : GettyImages/ArtistGNDphotography

Partager

À lire aussi