En manchettes: Halloween, hormone de l'amour et humidificateur

En manchettes: Halloween, hormone de l'amour et humidificateur
Sécurité à l’Halloween, ocytocine et comportement de la mère, et humidificateurs


PRÉVENTION

Passer l’Halloween… en toute sécurité

Dans quelques jours, petits et grands parcourront les rues pour ramasser des bonbons. Même si l’Halloween est une fête, il faut rester vigilant et suivre certaines règles de sécurité, rappelle la Croix-Rouge canadienne.

Des chercheurs américains ont passé en revue les statistiques de sécurité routière des 42 dernières Halloweens. Ils ont remarqué qu’il y avait plus d’accidents d’auto mortels impliquant des enfants âgés de 4 à 8 ans le soir de l’Halloween. La Croix-Rouge vous suggère donc de discuter des règles de sécurité avec vos enfants avant de partir faire la tournée du voisinage pour aller chercher des bonbons. En voici quelques-unes :

  • Demandez à vos enfants de marcher sur le trottoir, quand il y en a.
  • Visitez les maisons un côté de la rue à la fois et traversez toujours aux intersections.
  • Apportez une lampe de poche pour mieux voir et être mieux vus.
  • Restez toujours à proximité de vos tout-petits.
  • Privilégiez le maquillage par rapport aux masques, car ils bloquent souvent la vue.
  • Évitez les costumes trop longs, car ils pourraient faire trébucher vos enfants.
  • Ajoutez des bandes réfléchissantes aux costumes ou faites porter des colliers et des bracelets fluorescents à vos enfants.
  • Les enfants ne devraient pas manger de bonbons avant que vous ne les ayez vérifiés.

Pour d’autres conseils, visitez le site de la Croix-Rouge.

COMPORTEMENT

« L’hormone de l’amour » influencée par le comportement de la mère

Le comportement de la mère pourrait avoir un impact sur le gène qui joue un rôle dans la production de l’ocytocine chez son bébé, révèle une étude américaine et allemande. L’ocytocine, aussi appelée hormone de l’amour, favoriserait entre autres le lien d’attachement entre un parent et son enfant.

Les chercheurs ont montré que les mamans fortement impliquées auprès de leur bébé de 5 mois favorisaient un meilleur développement du système de production de l’ocytocine chez leur enfant. Inversement, les bébés qui ont eu une maman moins impliquée auraient des niveaux plus bas d’ocytocine à l’âge 18 mois. Les chercheurs ont aussi observé que ces bébés avaient des comportements plus difficiles.

Cette étude prouve, une fois de plus, que l’être humain n’est pas seulement influencé par ses gènes, mais aussi par ses expériences de vie. Les chercheurs affirment d’ailleurs que les interactions que les pères ont avec leur bébé dès la naissance auraient aussi une influence sur le développement biologique et psychologique de leur enfant.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont recueilli des échantillons de salive auprès de 101 mères et leur enfant à la suite d’une période de jeux libres, ainsi qu’une année plus tard, afin de quantifier leurs niveaux d’ocytocine.

Sources : ScienceAdvances et ScienceDaily

SANTÉ

Humidificateurs : à éviter

Même si les humidificateurs ont longtemps été recommandés pour soulager les difficultés respiratoires des enfants enrhumés par exemple, ces appareils sont déconseillés par plusieurs experts de la santé.

Lorsqu’ils ne sont pas bien nettoyés, ces appareils constituent des milieux propices au développement des bactéries et des moisissures, mentionne la Société canadienne de pédiatrie. Cela s’explique par le fait que l’eau qui s’y trouve demeure à la température ambiante pendant de longues périodes. Très peu de gens respecteraient la routine d’entretien recommandée par les fabricants.

Par ailleurs, peu d’études démontrent que l’utilisation de ces appareils soulage réellement les problèmes respiratoires chez les enfants. En fait, les quelques études qui existent ont plutôt révélé l’inefficacité des humidificateurs.

Pour soulager les difficultés respiratoires de leur enfant malade sans humidificateur, les parents peuvent plutôt suivre les mesures suivantes :

  • S’assurer que l’enfant est dans une position confortable pour dégager ses voies respiratoires. Par exemple, le prendre et le redresser pour éviter qu’il soit couché sur le dos.
  • Aller dehors pendant 10 à 15 minutes afin que l’enfant puisse respirer de l’air froid.
  • Nettoyer les voies respiratoires de l’enfant avec de l’eau saline ou, au besoin, avec un mouche-bébé ou une poire nasale.
  • Faire boire l’enfant suffisamment.

Pour en savoir plus, consultez notre texte Le point sur les humidificateurs.

Sources : www.inspq.qc.ca et www.soinsdenosenfants.cps.ca

À lire aussi :

 

24 octobre 2019

Par l’équipe de Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Photos : GettyImages/manonallard, monkeybusinessimages et yocamon

Partager

À lire aussi