Retard de langage: pourquoi les prématurés sont-ils plus à risque?

Retard de langage: pourquoi les prématurés sont-ils plus à risque?
Les prématurés pourraient présenter un retard de langage en raison d’un cortex auditif moins développé, selon une étude américaine.

8 février 2018 | Chez les bébés prématurés, la région du cerveau essentielle pour entendre et comprendre les sons serait moins développée, ce qui serait associé à un retard de langage plus tard, rapporte une étude américaine.

En effet, les chercheurs ont observé que cette partie du cerveau, appelée cortex auditif, accuserait un retard de développement chez les bébés prématurés nés au début du troisième trimestre de grossesse par rapport aux nourrissons nés à terme. De précédentes études ont toutefois démontré que les bébés qui naissent à terme sont capables, au cours du troisième trimestre de grossesse, d’écouter les sons, de les analyser et de les mémoriser.

Une naissance précoce perturberait donc la maturation du cortex auditif. Selon les chercheurs, cette perturbation serait associée à un retard de langage à l’âge de 2 ans chez les enfants nés avant terme. Il arrive en effet que les tout-petits nés prématurément éprouvent des difficultés de langage expressif pouvant se manifester, entre autres, par un vocabulaire peu étendu ou des difficultés à communiquer avec des gestes (ex. : montrer un objet du doigt ou saluer de la main).

Pour parvenir à ces conclusions, les auteurs de l’étude ont soumis des nouveau-nés à des tests d’imagerie par résonance magnétique (IRM) afin d’observer leur cerveau. Parmi eux, 90 bébés étaient nés avant 30 semaines de grossesse et 15 étaient nés à terme. Les chercheurs ont aussi évalué le langage de ces enfants lorsqu’ils étaient âgés de 2 ans.

Sources : Eurekalert et Society for Neuroscience


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/jaqy

À lire aussi