Changer le timbre de sa voix pour parler à bébé

Changer le timbre de sa voix pour parler à bébé
Peu importe la langue qu’elles parlent, les mères modifieraient leur timbre de voix lorsqu’elles s’adressent à leur bébé, indique une étude américaine.

31 octobre 2017 | La façon dont les mères parlent à leur bébé serait universelle. En effet, peu importe la langue parlée, les mères modifieraient leur timbre de voix lorsqu’elles s’adressent à leur bébé, indique une petite étude américaine.

De précédentes études avaient d’ailleurs déjà démontré que les parents se mettent instinctivement à « parler bébé » lorsqu’ils s’adressent à leur bébé. En effet, ils parlent lentement, avec une voix plus aiguë et beaucoup d’intonations et en faisant des phrases courtes et répétitives.

Selon la présente recherche, les mères modifieraient en plus leur timbre vocal lorsqu’elles parlent à leur bébé. Le timbre de la voix, c’est ce qui donne à celle-ci son caractère unique. C’est ce qui nous fait dire qu’une personne a une voix veloutée, rauque ou nasillarde.

Changer son timbre de voix permettrait d’attirer l’attention du bébé, ce qui contribuerait à l’apprentissage du langage, avancent les auteurs de l’étude. Ces derniers soulignent aussi que les pères font probablement de même, bien que ce phénomène n’ait pas encore été étudié chez eux.

Le changement de timbre a été observé en analysant des enregistrements de 12 mères anglophones alors qu’elles jouaient avec leur bébé, âgé entre 7 et 12 mois, et lui faisaient la lecture. Ces mêmes femmes ont aussi été enregistrées pendant qu’elles conversaient avec un adulte. La différence de timbre est telle qu’un ordinateur peut reconnaître si la mère parle à un bébé ou à un adulte seulement en analysant un échantillon d’une seconde de conversation.

Les chercheurs ont obtenu les mêmes résultats en refaisant l’expérience avec 12 mères qui parlaient russe, français, mandarin, cantonais, espagnol, polonais, hongrois, allemand ou hébreu avec leur bébé. Ce changement de timbre pourrait donc être universel.


Marie-Claude Ouellet — Agence Science-Presse

Sources : EurekAlert, Current Biology et PBS

 

Photo : GettyImages/PeopleImages

À lire aussi