Le stress financier durant la grossesse pourrait nuire à la santé du bébé

Le stress financier durant la grossesse pourrait nuire à la santé du bébé

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les femmes enceintes stressées par des difficultés financières auraient plus de risques de donner naissance à un bébé de faible poids et à l’état de santé plus fragile, révèle une étude réalisée aux États-Unis.

5 mai 2017 | Les femmes enceintes stressées par des difficultés financières auraient plus de risques de donner naissance à un bébé de faible poids et à l’état de santé plus fragile, révèle une étude réalisée aux États-Unis.

La crainte de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de leur bébé stressait d’ailleurs les femmes étudiées. Leurs autres inquiétudes concernaient la santé du bébé à la naissance, l’accouchement, l’impact de l’arrivée du bébé sur leur vie sociale, leur retour au travail et le paiement des soins médicaux.

D’après les chercheurs, des mesures peuvent être mises en place pour réduire le stress des futures mamans dont les ressources financières sont limitées. À long terme, il est essentiel de déployer davantage d’efforts pour offrir à ces femmes un meilleur accès au logement, à l’emploi et à du soutien, soulignent-ils.

Les auteurs de l’étude invitent les futures mères qui sont stressées par rapport à leur grossesse à chercher de l’aide pour gérer leur stress. Ils croient aussi que les gynécologues et les autres professionnels de la santé qui interviennent auprès des femmes enceintes devraient aborder la question du stress avec les futures mères.

De leur côté, les femmes enceintes peuvent pratiquer des techniques de réduction du stress, comme la méditation et des exercices de respiration. Peu couteuses, ces techniques pourraient les aider à réduire le risque que leur bébé ait un faible poids de naissance.

La question du stress est importante puisque les bébés de faible poids à la naissance souffrent fréquemment de problèmes de santé. Ils passent d’ailleurs souvent leurs premières semaines ou leurs premiers mois aux soins intensifs. Les risques de complications et de décès sont également plus élevés chez ces bébés, rappellent les auteurs. Un bébé est considéré comme ayant un faible poids de naissance s’il pèse moins de 2,5 kg. Aux États-Unis, cela touche 8 % des bébés à la naissance et au Canada, 6 % des nouveau-nés.

Pour parvenir à ces conclusions, les auteurs ont évalué la situation financière de 138 femmes dont la grossesse se situait entre la 5e et la 31e semaine. Ils les ont aussi interrogées sur leur sentiment général de stress et ont évalué si elles étaient à risque de dépression. Par la suite, les chercheurs ont mis en relation les poids des bébés à la naissance et les réponses des mères aux questionnaires remplis pendant la grossesse.

Sources : Archives of Women’s Meantal Health, Eurekalert et Statistique Canada


Rabéa Kabbaj — Agence Science-Presse

 

Photo : Gettyimages/nd3000

Partager

À lire aussi