Comprendre ce que les autres pensent prendrait du temps

Comprendre ce que les autres pensent prendrait du temps

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Ce n’est que vers 4 ans qu’un enfant commencerait à comprendre ce que les autres pensent et que leur vision du monde peut être différente de la sienne, indique une petite étude allemande.

5 avril 2017 | Ce n’est que vers 4 ans qu’un enfant commencerait à comprendre ce que les autres pensent et que leur vision du monde peut être différente de la sienne. Une petite étude réalisée en Allemagne aurait récemment identifié la structure du cerveau qui expliquerait l’acquisition de cette habileté chez le tout-petit.

Pour arriver à cette conclusion, les auteurs de l’étude ont présenté une marionnette ainsi qu’un sac contenant un bonbon et une boîte vide à 43 enfants âgés de 3 à 4 ans. Puis, la marionnette a quitté la pièce. Pendant son absence, les chercheurs ont retiré le bonbon du sac pour le placer dans la boîte. Au retour de la marionnette, ils ont ensuite demandé aux enfants où la marionnette allait chercher le bonbon, si elle savait où il était et où elle croyait qu’il serait.

Les résultats obtenus montrent que les tout-petits de 3 ans n’ont pas compris pourquoi la marionnette était surprise de ne pas retrouver le bonbon dans le sac. Par contre, les enfants de 4 ans ont été capables de dire que la marionnette chercherait le bonbon dans le sac, et non dans la boîte.

Afin de comprendre ce qui se passe dans le cerveau de ces tout-petits, les chercheurs les ont soumis à un test d’imagerie par résonnance magnétique. C’est ainsi que les auteurs de l’étude ont découvert que l’acquisition de cette capacité à se mettre à la place de l’autre serait due à la maturation des fibres d’une structure du cerveau appelée le faisceau arqué. La maturation de ces fibres se produirait entre l’âge de 3 et 4 ans.

Des connexions dans le cerveau

Le faisceau arqué met en relation deux zones importantes du cerveau : une région à l’arrière du lobe temporal qui abrite les pensées de l’enfant concernant les autres, et une autre, située dans une partie du lobe frontal, qui permet de comprendre ce qu’est la réalité et quelles sont les pensées des autres.

Ainsi, ce n’est que lorsque ces deux régions du cerveau sont connectées par le faisceau arqué que les enfants peuvent commencer à comprendre ce que les autres pensent. Ils peuvent alors se mettre à la place de ceux qui les entourent et comprendre le monde différemment. Il s’agit d’une étape très importante de leur développement. Avant cet âge, les pensées que les tout-petits attribuent aux autres sont calquées sur leurs propres perceptions et connaissances du monde.

Les auteurs précisent que cette nouvelle connexion du cerveau ne serait toutefois pas liée à d’autres capacités comme l’intelligence, le langage ou le contrôle des impulsions.

Les auteurs ont fait la même observation en donnant aux enfants étudiés une boîte de chocolat qu’ils avaient remplie de crayons. Les résultats montrent que ce ne serait que vers 4 ans que les enfants seraient capables de comprendre qu’une autre personne qui voit cette boîte pour la première fois s’attende à y trouver des chocolats, et non des crayons.

Sources : Nature Communications et Science Daily


Rabéa Kabbaj - Agence Science-Presse

 

Photo : Gettyimages/FatCamera

Partager

À lire aussi