Allaitement: quels effets sur l'intelligence et le comportement?

Allaitement: quels effets sur l'intelligence et le comportement?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’allaitement n’aurait pas d’effet sur l’intelligence et le vocabulaire des enfants, mais pourrait diminuer légèrement les comportements hyperactifs.

31 mars 2017 | Les bébés allaités n’auraient pas de meilleurs résultats que les autres dans les tests d’intelligence et de vocabulaire, révèle une étude réalisée en Irlande et à laquelle a collaboré un chercheur de l’Université de Montréal. L’allaitement pourrait toutefois diminuer légèrement les comportements hyperactifs chez les tout-petits.

L’impact de l’allaitement sur le développement de l’intelligence et sur le comportement n’est pas très bien compris, soulignent les chercheurs. En effet, certaines études ont noté que les enfants qui avaient été allaités avaient de meilleurs résultats lors de tests d’intelligence. Cependant, selon les statistiques, les mères qui allaitent sont souvent plus éduquées et issues de milieux plus aisés financièrement. Il est donc difficile de savoir si le lait maternel a réellement un impact sur le développement du cerveau ou si les enfants allaités grandissent tout simplement dans des milieux plus stimulants.

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont utilisé des méthodes statistiques leur permettant de tenir compte de différents facteurs tels que l’âge de la mère, son niveau d’éducation ou son statut d’emploi. Avec cette approche, ils n’ont noté aucune différence pour les habiletés cognitives et le vocabulaire entre les enfants qui avaient été allaités et ceux qui avaient été nourris avec des préparations commerciales.

Par contre, les auteurs ont remarqué que les bébés allaités exclusivement pendant au moins 6 mois avaient un peu moins de comportements hyperactifs à 3 ans que les enfants qui n’avaient jamais été allaités. Cette différence disparaissait toutefois à l’âge de 5 ans. De plus, cet effet n’était pas présent chez les enfants qui avaient été allaités moins de 6 mois ou chez ceux qui n’avaient pas été allaités exclusivement.

Selon les chercheurs, ce résultat soutient la position de l’Organisation mondiale de la Santé qui croit qu’un allaitement exclusif d’au moins 6 mois est nécessaire pour voir des effets sur le développement des tout-petits. Cependant, ces nouvelles données sont rassurantes pour les mères qui n’ont pas pu allaiter puisque les effets semblent être modestes et ne pas persister à long terme.

Les chercheurs soulignent toutefois que l’effet bénéfique de l’allaitement pour prévenir les infections est bien démontré. De plus, les enfants qui ont été allaités risquent moins d’être touchés par l’obésité, le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Ces nouveaux résultats ne modifient donc pas les recommandations officielles concernant l’allaitement des bébés.

L’étude a été réalisée auprès de 8 000 familles. Les mères ont dû répondre à des questions sur l’allaitement de leur bébé lorsque celui-ci avait 9 mois. Par la suite, les chercheurs ont évalué le vocabulaire et les habiletés cognitives des tout-petits à l’âge de 3 ans et de 5 ans. Les parents ont aussi répondu à un questionnaire au sujet du comportement de leur enfant lorsqu’il avait 3 ans et 5 ans. Lorsque les enfants étudiés avaient 5 ans, leur enseignant de maternelle a aussi rempli un questionnaire sur leur comportement.

 

Sources : NHS Choices et Pediatrics


Kathleen Couillard – Équipe Naître et grandir

Naitre et grandir.com

 

Mise à jour : 4 avril 2017

 

Photo : Gettyimages/nojman

Partager

À lire aussi