Moins de sommeil pour les mères… mais pas pour les pères

Moins de sommeil pour les mères… mais pas pour les pères

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Une étude américaine confirme qu’avoir des enfants à la maison aurait des conséquences négatives sur le sommeil des mères.

1er mars 2017 | Une étude américaine confirme ce que toutes les mères savaient déjà : avoir des enfants à la maison aurait des conséquences négatives sur leur sommeil. Les pères ne seraient toutefois pas touchés par ce phénomène, notent les chercheurs.

Selon les résultats de l’étude, le manque de sommeil est 14 % plus fréquent chez les femmes avec enfant que chez les femmes sans enfant. En fait, chaque enfant augmenterait de 50 % le risque de ne pas dormir suffisamment. Les chercheurs ont observé que seulement 48 % des mères dormaient au moins 7 heures par nuit, contre 62 % des femmes sans enfant. Les experts considèrent qu’une nuit de moins de 6 heures est insuffisante.

Les auteurs de l’étude ont d’ailleurs constaté que les mères étaient plus nombreuses à se sentir fatiguées pendant la journée. En effet, celles-ci rapportaient se sentir épuisées en moyenne 14 jours par mois alors que les femmes sans enfant l’étaient 11 jours par mois.

Parmi tous les facteurs analysés par les chercheurs, seule la présence d’enfants à la maison influençait le sommeil des femmes. Cela n’avait toutefois pas de conséquences sur le sommeil des hommes.

Un sommeil de qualité est important pour maintenir une bonne santé physique et mentale, rappellent les auteurs. Ne pas dormir assez a en effet été associé à l’obésité, aux maladies cardiovasculaires et à la dépression. Il est donc important de connaître les facteurs pouvant empêcher de bien dormir, concluent les chercheurs.

Pour réaliser cette étude, 5 805 personnes ont été interrogées dans le cadre d’une entrevue téléphonique. L’échantillon contenait 2 908 femmes de 45 ans ou moins.

Sources : Eurekalert et Medical News Today


Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : GettyImages/alexxx1981

Partager

À lire aussi