Astuces de parents : s'occuper des devoirs et du plus jeune en même temps

Astuces de parents : s'occuper des devoirs et du plus jeune en même temps

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Pas facile la période des devoirs quand on est seul à la maison avec en plus un tout-petit à s’occuper. Deux familles nous parlent de leurs stratégies.

21 février 2017 | Pas toujours facile la période des devoirs… Et encore moins quand on doit en plus s’occuper d’un tout-petit pour qui « les devoirs », ça ne veut pas dire grand-chose. Nous avons demandé à deux parents de nous dire comment ils gèrent la situation.

« Je suis souvent seule à la maison avec mes trois garçons, car mon mari est militaire et doit s’absenter », dit Marie-Ève Gauthier. Un de ses défis au quotidien : gérer les devoirs de James et Damien, 10 ans et 7 ans, tout en s’occupant d’Isaak, 4 ans, qui n’en a pas encore.

Yannick Perras est aussi passé par là. Comme il termine de travailler plus tôt que sa conjointe, c’est lui qui s’occupe de ses deux filles au retour à la maison. « L’année dernière, Delphine entrait en maternelle et n’avait pas de devoirs, alors que Jade avait parfois de la difficulté à se concentrer pour faire les siens », se souvient-il.

Comment occuper le plus jeune?

Marie-Ève a été claire avec Isaak dès le début de l’année : « Nous lui avons bien expliqué que, pendant les devoirs, il devait s’installer avec nous à la table de cuisine et faire du dessin, un jeu tranquille ou de « faux » devoirs, ce qu’il aime beaucoup! »

Yannick avait également acheté des cahiers de devoirs préscolaires pour Delphine l’an dernier. Autrement, il lui confiait de petites tâches : « Elle m’aidait à faire le souper », dit-il.

Il aime aussi favoriser l’interaction entre les deux sœurs, qui sont inséparables : « Jade aime aider les autres. Alors, quand elle a fini ses devoirs, elle peut montrer ce qu’elle apprend à Delphine qui, l’année passée, avait très hâte de faire des devoirs comme les grands! »

Dans les deux familles, il arrive aussi que la télévision ou la tablette serve de dépanneur dans ces moments (certaines conditions s’appliquent). « On donne la permission au plus jeune de prendre sa période de télévision à ce moment-là, explique Marie-Ève. Il peut écouter ses émissions sans se faire déranger. C’est en quelque sorte sa récompense pour nous laisser faire les devoirs. » Même privilège chez les Perras : quand Delphine se tourne les pouces, elle a la permission de jouer avec la tablette ou d’écouter une émission.

S’organiser : deux familles, deux plans de match

Quand, comme Marie-Ève et Yannick, on doit s’occuper seul des enfants, il faut aussi être bien organisé pour que la période des devoirs se déroule bien.

Lorsque Marie-Ève sait qu’elle sera seule avec les enfants, elle prépare le souper la veille afin de gagner du temps. « Une fois le repas terminé, on passe aux devoirs et aux leçons. »

Chez Yannick, c’est plutôt l’inverse : les filles font leurs devoirs en arrivant à la maison. Il les supervise pendant qu’il prépare le souper. « Cela nous permet d’avoir plus de temps en famille en soirée », explique-t-il.

Le contexte, lui, varie d’un enfant à l’autre : « Pour notre famille, dit Marie-Ève, tout dépend de l’enfant. Notre plus vieux peut facilement faire ses devoirs et ses leçons au comptoir, avec de la musique et ses frères qui jasent autour, alors que pour notre deuxième garçon, il est préférable de s’isoler avec lui dans le bureau pour qu’il puisse se concentrer. »

Même réalité pour Yannick : « L’année dernière, Jade avait parfois de la difficulté à se concentrer, alors elle s’isolait dans sa chambre. Je passais aussi plus de temps avec elle pour l’aider. »

« Je crois aussi qu’il faut s’adapter à l’enfant en fonction de ses forces et de son comportement », résume Marie-Ève.

D’autres trucs
Selon la psychoéducatrice Solène Bourque, les stratégies mises en place par ces deux familles sont intéressantes et efficaces. D’une part, il y a une bonne dose d’organisation et d’autre part, on prend le temps de trouver une activité stimulante pour le plus jeune tout en le gardant près de nous.

Voici d’autres idées qu’elle propose :
  • Changez d’endroit pour faire les devoirs et leçons. Ainsi, faites apprendre à votre enfant ses tables d’addition ou ses mots de vocabulaire assis par terre au salon pendant que le plus jeune regarde un livre, près de vous.
  • Demandez à votre plus jeune de faire rouler une balle au sol de vous vers son frère ou sa sœur pendant que vous lui demandez le problème à résoudre. Ce dernier peut faire rouler la balle vers le plus jeune lorsqu’il formule sa réponse.
  • Transformez les chiffres en personnages. Par exemple, dites-lui : « M. Rigolo a 4 orteils, il mange du chocolat, et tout à coup, il lui pousse 5 autres orteils; combien a-t-il d’orteils maintenant? » Le plus jeune peut dessiner le personnage pendant ce temps.
  • Ayez à portée de main un bac de jeux que le plus jeune peut faire seul (blocs, livres, petits objets) et qui n’est sorti que durant la période des devoirs. Ces jeux susciteront davantage son intérêt que ceux qui sont à sa portée toute la journée à la maison.

 

Philippe Jean Poirier – 37e AVENUE

 

Photos : GettyImages/Chalabala (en haut), collection personnelle de Marie-Ève Gauthier (au centre) et de Yannick Perras (en bas)

À lire aussi