Faut-il privilégier le lait 3,25% après 2 ans?

Faut-il privilégier le lait 3,25% après 2 ans?

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les chercheurs avancent l’hypothèse que le lait 3,25 % couperait plus efficacement l’appétit, ce qui diminuerait le risque de surpoids.

21 novembre 2016 | Le lait 3,25 % serait préférable au lait à faible teneur en gras pour les enfants, même après 2 ans, concluent des chercheurs de Toronto. Cela diminuerait les risques de surpoids et augmenterait les niveaux de vitamine D.

Selon cette nouvelle étude, les enfants qui consommaient du lait à 3,25 % de matières grasses avaient en effet un indice de masse corporelle inférieur à celui des tout-petits qui buvaient plutôt du lait 2 % ou 1 %. Les résultats de l’étude ne permettent pas d’expliquer précisément pourquoi.

Cependant, les chercheurs pensent que le lait 3,25 % couperait peut-être plus efficacement l’appétit. Ils ajoutent que si les enfants ont encore faim après avoir bu leur lait, il est plus probable qu’ils mangeront des aliments moins santé et plus caloriques.

Par ailleurs, les auteurs ont aussi observé que les enfants qui buvaient du lait à faible teneur en matière grasse devaient en consommer 3 fois plus que ceux qui prenaient du lait 3,25 % pour présenter les mêmes niveaux sanguins de vitamine D. Une des explications proposées par les chercheurs est que la vitamine D est soluble dans les matières grasses. Comme le lait 3,25 % est plus gras, il contiendrait ainsi plus de vitamine D.

Santé Canada recommande de passer au lait 2 % à partir 2 ans. Les auteurs de l’étude suggèrent toutefois de réévaluer cette recommandation, car elle pourrait avoir des effets indésirables sur la santé des tout-petits. Par ailleurs, les nutritionnistes sont en général d’avis qu’un enfant peut boire du lait 3,25 % après 2 ans.

Cette étude a été réalisée auprès de 2 745 enfants âgés de 2 à 6 ans. Parmi eux, 49 % consommaient du lait 3,25 %, 35 % du lait 2 %, 12 % du lait 1 % et 4 % du lait écrémé.


Sources : Eurekalert et The American Journal of Clinical Nutrition

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/FatCamera

Partager

À lire aussi