Portrait: choisir de devenir une famille d'accueil

Portrait: choisir de devenir une famille d'accueil
Ses trois enfants devenus adultes, Nicole a eu envie de poursuivre l’aventure familiale. Elle et son mari ont donc accueilli 11 enfants et adopté l’un d’eux.

29 septembre 2016 | Ses trois enfants devenus adultes, Nicole (nom fictif) a eu envie de poursuivre l’aventure familiale. Depuis 2008, elle et son mari ont donc accueilli 11 enfants et adopté l’un d’eux. Rencontre avec une « mère d’accueil » au cœur grand comme un autobus.

Un projet de longue date

Devenir famille d’accueil est un projet qui remonte à l’enfance de Nicole : « Aller chercher un enfant à la crèche, comme on disait dans le temps, est un projet que mes parents chérissaient, mais ils ne l’ont pas fait de peur d’avoir le cœur brisé quand les enfants leur seraient retirés. »

L’idée lui est restée, mais a mis du temps à germer : « Quand les enfants étaient jeunes, j’étais trop occupée, raconte-t-elle. Maintenant, mes enfants sont grands. Quand on a emménagé sur notre fermette, il y a neuf ans, j’étais tellement bien! J’ai eu envie de partager ce bonheur avec des enfants. »

Actuellement, ce sont 5 enfants de 4 à 11 ans qui remplissent la maison de leurs jeux. Plus un bambin de 3 ans que Nicole et son mari ont adopté.

« On a six places d’accueil; on est en attente pour combler la sixième. On a de l’amour pour tout un autobus! Les enfants, c’est mon occupation et ma préoccupation premières », affirme-t-elle.

Les enfants d’abord

Pendant les premières années de leur vie, plusieurs enfants confiés à des familles d’accueil sont suivis en clinique pédiatrique de développement. Les rendez-vous sont nombreux, sans parler des exercices à réaliser à la maison.

C’est le cas du garçon de 4 ans qui réside chez Nicole. « Il est hyperlaxe, alors il est suivi en physiothérapie, en ergothérapie et en orthophonie, dit Nicole. Maintenant, il fréquente la prématernelle et on a pu l’inscrire dans son groupe d’âge. Il fonctionne très bien. »

L’horaire de la maisonnée s’ajuste aux besoins des enfants. « L’école, les vacances, les rencontres avec leur famille... On s’adapte. On ne pourrait pas être famille d’accueil et imposer nos demandes. »

Ce rôle requiert aussi beaucoup d’indulgence : « Il faut prendre en compte ce qu’ils ont vécu. Si l’enfant ne s’attache pas facilement, ce n’est pas notre faute. Il faut mettre de côté nos émotions et penser d’abord aux leurs. »

Le lien d’attachement est plus facile à développer chez les tout-petits, note Nicole : « Ils ont besoin de nous pour tout. Ils créent un lien affectif basé sur le besoin de survie. Les plus grands connaissaient davantage leur famille, alors ils sont déchirés entre elle et nous. »

Les enfants l’appellent « maman » et s’adressent à son mari en disant « papa », mais Nicole insiste : « Ça vient d’eux, pas de moi. Je parle de moi au « je » et je désigne mon mari par son prénom. Mais ils ont choisi de m’appeler maman et les nouveaux prennent aussi cette habitude. Ils pourraient m’appeler Gérard s’ils voulaient, ça ne me dérangerait pas! Mais pas mamie; ça, c’est réservé à mes quatre petites-filles. »

Stabilité et responsabilité, sans oublier de s’amuser

Tout en se montrant flexible, Nicole garde en tête son devoir de fournir à ces enfants un cadre de vie aussi stable que possible. « Ils ont besoin d’une routine. D’une saine discipline, aussi. Les bonnes manières à table, par exemple. Au restaurant, les serveuses les félicitent! Les enfants sont fiers d’eux. »

Dans la maison et à la ferme, chacun a sa tâche : vider le lave-vaisselle ou préparer les lunchs, recueillir les œufs des poules ou nourrir les animaux.

En plus de superviser les devoirs des enfants, le mari de Nicole veille à ce que tout le monde s’amuse : « Il leur a aménagé un parc. Cet hiver, il a fait une patinoire de 32 sur 56 pieds avec éclairage! Il est toujours en train de construire quelque chose sur la fermette. Il montre aux plus vieux à quoi servent tous les outils. »

Un rôle gratifiant

Les défis sont nombreux, mais Nicole se félicite des progrès accomplis. Et elle reçoit en retour « de l’amour à la tonne ».

D’ailleurs, même dans les situations les plus difficiles, elle dit n’avoir jamais songé à abandonner. « J’adore ce que je fais. À 52 ans, si j’aimais pas ça, je ne le ferais pas! »

Elle déplore d’ailleurs qu’entre les mères au foyer et les mères d’accueil, ce soit deux poids, deux mesures : « Quand j’étais mère au foyer, ce n’était pas valorisé. Maintenant, les gens s’émerveillent de ce que je fais, alors que j’étais la même avec mes enfants! C’est déconcertant. Moi, j’essaie de valoriser toutes les mères au foyer que je rencontre! »

 

Anne-Hélène Dupont - 37e AVENUE

 

La photo et le nom sont fictifs afin de préserver de la vie privée de cette famille d’accueil.

Photo : iStock.com/IvanJekic

À lire aussi