Comportement: l'influence de la présence du père

Comportement: l'influence de la présence du père

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


L’implication du père dans la vie de son enfant jouerait un rôle important pour prévenir les problèmes de comportement, conclut une étude.

28 septembre 2016 | L’implication du père dans la vie de son enfant jouerait un rôle important pour prévenir les problèmes de comportement, confirme une étude britannique. C’est principalement la qualité de l’implication du père qui aurait une influence plutôt que la fréquence à laquelle il s’implique.

L’étude révèle ainsi que les enfants dont le père a une vision positive de son rôle présenteraient moins de risques de développer des problèmes de comportement. Selon les chercheurs, avoir une vision positive signifie que le père croit qu’il doit s’engager dans la vie de son enfant et pense qu’il est important que le bébé ait une routine, qu’il soit stimulé, qu’on lui parle et qu’on le cajole. De plus, un effet similaire a été observé chez les pères qui s’adonnaient à des activités créatives (peindre, dessiner, faire de musique, inventer des histoires) avec leur enfant quand il avait 5 ans.

Les chercheurs n’ont toutefois pas observé de lien entre la fréquence à laquelle un père prend soin de son enfant et le développement de celui-ci. L’égalité dans le partage des tâches associées aux enfants entre la mère et le père ne semblait également pas avoir d’influence.

Par ailleurs, les chercheurs ont remarqué que les pères ne s’engageaient pas de la même façon selon le sexe de leur enfant. Ainsi, les pères jouaient davantage avec leur enfant de 3 ans s’il s’agissait d’un garçon. Lorsque leur enfant avait 5 ans, les pères s’occupaient aussi plus souvent seuls de lui s’il était un garçon. De plus, ils s’adonnaient davantage à des jeux actifs avec leur fils tandis qu’ils faisaient plus d’activités musicales avec leur fille. Ces différences pourraient s’expliquer par des intérêts communs entre le père et le fils, proposent les auteurs de l’étude. Les pères se sentent aussi peut-être plus compétents pour prendre soin d’un garçon, ajoutent-ils.

Jusqu’à présent, très peu d’études se sont intéressées à l’implication du père dans la vie de son enfant. Ces nouveaux résultats démontrent toutefois bien l’importance de soutenir les pères dans leur rôle, en mettant l’accent sur la qualité de leurs interactions avec leur tout-petit, concluent les chercheurs.

Cette étude a été réalisée auprès de plus de 8 000 enfants nés entre 2000 et 2002. Les parents ont dû répondre à des questionnaires quand leur enfant avait 9 mois, 3 ans, 5 ans et 7 ans. Les problèmes de comportement évalués incluaient les troubles émotionnels, les troubles du comportement, l’hyperactivité et les troubles relationnels avec les autres enfants.


Source : PLOS One

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Halfpoint

Partager

À lire aussi