Lego: plus d'armes qu'avant

Lego: plus d'armes qu'avant

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les Legos comporteraient plus d’éléments violents aujourd’hui qu’il y a 40 ans, concluent des chercheurs de Nouvelle-Zélande.

8 juin 2016 | Les Legos comporteraient plus d’éléments violents aujourd’hui qu’il y a 40 ans, concluent des chercheurs de Nouvelle-Zélande.

D’après les résultats de leur étude, près de 30 % des ensembles Lego contenaient des armes en 2014 alors que cette proportion était seulement de 1 % en 1978. Ainsi, à la fin des années 1970, le thème « Château » a introduit l’épée, la hallebarde et la lance. En 1989, le pistolet et le canon ont fait leur apparition pour le thème « Pirates ». Les harpons et les couteaux ont suivi en 1995. C’est finalement le thème « Star Wars » qui a fait entrer le sabre laser dans le monde Lego en 1999.

Les chercheurs ont également demandé à 161 personnes d’évaluer la présence de violence dans les catalogues Lego à travers les années. Les mises en scène qui s’y retrouvent donnent en effet une bonne idée de la façon dont les concepteurs s’attendent à ce que leurs jouets soient utilisés. Alors que la violence était présente sur seulement 20 % des pages en 1980, environ 40 % d’entre elles comportent des éléments violents aujourd’hui.

Les auteurs de l’étude tiennent toutefois à rappeler que les Legos ne sont pas les seuls jouets à comporter plus d’éléments violents aujourd’hui. Selon une autre étude, ce serait aussi le cas des produits Playmobil. En fait, les Legos sont relativement inoffensifs si on les compare aux nombreux autres jouets violents sur le marché, croient les chercheurs.

Cependant, à la lumière de leurs résultats, les auteurs de l’étude s’interrogent sur les raisons expliquant cette augmentation d’éléments violents dans le monde Lego. Selon eux, les concepteurs de jouets tentent de se distinguer les uns des autres et croient peut-être intéresser davantage les enfants avec des armes. Les chercheurs soulignent d’ailleurs que les fabricants de jouets doivent aussi compétitionner avec des émissions de télévision et des jeux vidéo toujours plus violents.


Sources : University of Canterbury, The San Diego Union Tribune et PLoS ONE

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/cjmacer

Partager

À lire aussi