Apprendre dehors, bon pour la concentration

Apprendre dehors, bon pour la concentration

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Prévoir des activités à l’extérieur aiderait les enfants à mieux se concentrer, selon une étude américaine.

2 mai 2016 | Prévoir des activités à l’extérieur aiderait les enfants à mieux se concentrer, indique une recherche américaine réalisée auprès d’environ 130 enfants de la maternelle.

Le contact avec la nature pourrait aider les tout-petits à se concentrer davantage sur une tâche et à mieux gérer leurs émotions et leurs comportements, croient les chercheurs. En effet, demeurer concentré toute la journée exige beaucoup d’efforts de la part des enfants. Ils deviennent alors fatigués et irritables. Lorsqu’ils sont à l’extérieur, ils peuvent observer l’eau qui coule, le vent qui fait bouger les feuilles des arbres ou les déplacements des animaux. Ces éléments captent leur attention sans les fatiguer et donnent ainsi une pause à leur cerveau, expliquent les auteurs de l’étude.

Pour mieux comprendre comment le contact avec la nature pourrait être bénéfique aux enfants de la maternelle, les chercheurs ont mis en place un programme où les enfants passent au moins 100 minutes par jour à l’extérieur. Les écoles participantes peuvent profiter d’aménagements spéciaux pour faire la classe dehors. Les résultats préliminaires indiquent aussi que ce type d’activités augmenterait la confiance des enfants et les rendraient plus curieux.

Selon les chercheurs, profiter des espaces verts est nécessaire à un mode de vie sain. Ils recommandent d’ailleurs aux parents de prévoir du temps à leur horaire pour que les enfants aient la chance de jouer librement dehors en choisissant eux-mêmes les activités qui leur plaisent. Alors que certains aimeront faire du vélo dans le parc, d’autres préféreront s’amuser dans le sable ou grimper à un arbre.

Ce projet de recherche est en cours dans six classes de maternelle de la région de Toronto. D’autres écoles devraient s’ajouter à l’étude au courant de la prochaine année.


Source : Toronto Star

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/Imgorthand

Partager

À lire aussi