La justice selon les tout-petits

La justice selon les tout-petits

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Plus les enfants sont jeunes, plus ils seraient favorables aux punitions collectives, révèle une étude américaine.

7 mars 2016 | Plus les enfants sont jeunes, plus ils seraient favorables aux punitions collectives, révèle une étude américaine réalisée auprès de 123 enfants de 4 à 10 ans.

Des chercheurs ont interrogé des enfants pour savoir quelle était, selon eux, la façon la plus juste de donner une récompense ou une punition dans un groupe. Les enfants de 4 à 5 ans ont suggéré de traiter tout le monde de la même manière, peu importe les actions de chacun. Au contraire, les enfants du primaire croyaient qu’il était préférable de donner à chaque personne la récompense ou la punition qu’elle mérite.

Un enseignant ou un éducateur qui punit ou récompense tout le groupe pour le comportement particulier d’un élève serait donc considéré juste par les enfants du préscolaire et injuste par les élèves du primaire. En effet, selon les résultats de l’étude, 40 % des enfants de 4 à 5 ans étaient d’accord avec l’idée d’une punition collective contre seulement 4 % des enfants de 8 à 10 ans. La récompense collective était toutefois mieux reçue dans les deux groupes : 80 % des tout-petits et 40 % des enfants plus vieux l’approuvaient.

Selon les auteurs de cette étude, il ne faut pas croire que les tout-petits sont plus favorables aux punitions collectives parce qu’ils sont plus cruels que les enfants plus âgés. Leur vision de la justice s’expliquerait plutôt par leur empathie. En effet, les tout-petits n’aimeraient pas qu’un enfant reçoive un traitement qui l’exclut du groupe. En grandissant, leur conception de ce qui est juste se modifierait et se rapprocherait alors de celle partagée par la majorité des adultes.


Sources : Medical News Today, University of Michigan et Developmental Psychology

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/oksix

Partager

À lire aussi