Naissances: hausse du nombre de jumeaux

Naissances: hausse du nombre de jumeaux

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Le nombre de naissances de jumeaux aurait doublé dans les pays développés pendant les 40 dernières années.

15 février 2016 | Le nombre de naissances de jumeaux a doublé dans les pays développés pendant les 40 dernières années, révèlent des chercheurs des Pays-Bas. Au Canada, les jumeaux représentaient 1,8 % des naissances en 1981 et 2,9 % en 2005, selon Statistique Canada. Au Québec, en 2010, ce taux s’établissait à 3,1 %.

Cette hausse concerne seulement les faux jumeaux. En effet, le taux de jumeaux identiques est lui demeuré stable. L’augmentation des naissances multiples s’expliquerait entre autres par le fait que les mères retardent maintenant plus le moment de la maternité, proposent les scientifiques. Avec l’âge, les femmes risquent davantage de produire plusieurs ovules par cycle menstruel, ce qui augmente les chances de concevoir de faux jumeaux. Au Canada, l’âge lors de la première grossesse est passé de 24 ans en 1965 à 28 ans en 2008.

Cependant, selon les chercheurs, l’utilisation plus fréquente de la procréation assistée aurait un effet encore plus important que l’âge de la mère sur les naissances de jumeaux. Par exemple, la stimulation ovarienne peut provoquer une ovulation multiple. De plus, lors de la fécondation in vitro, plusieurs embryons peuvent être implantés à la fois. D’ailleurs, dans certains pays le taux de jumeaux s’est stabilisé parce que les médecins qui y travaillent ne transfèrent maintenant probablement qu’un seul embryon.

La hausse des naissances de jumeaux constitue une préoccupation importante en santé publique, insistent les chercheurs. En effet, les grossesses multiples comportent certains risques. Par exemple, les jumeaux naissent souvent de façon prématurée et demeurent ensuite plus fragiles. Les mères ont également plus de risques de développer du diabète de grossesse ou une dépression post-partum. Les scientifiques rappellent donc la nécessité de mieux encadrer les procédures de procréation assistée.

Les chercheurs sont arrivés à cette conclusion en analysant les statistiques de l’état civil de 32 pays, dont le Canada, entre 1970 et 2014.


Sources : Le Devoir, The Atlantic, Population and Development Review, Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec

Kathleen Couillard – Agence Science-Presse

 

Photo : iStock.com/SchulteProductions

Partager

À lire aussi