Le stress inciterait plusieurs mères à fumer à nouveau

Le stress inciterait plusieurs mères à fumer à nouveau

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les mères stressées et recevant peu de soutien de leur entourage risquent davantage de recommencer à fumer après la naissance de leur bébé.
Agence Science-Presse

23 septembre 2015 | Parmi les femmes qui cessent de fumer pendant la grossesse, 90 %  fumerait à nouveau durant la première année suivant la naissance de leur enfant. Les mères les plus stressées et qui reçoivent peu de soutien de leur entourage seraient les plus à risque de recommencer à fumer, selon des chercheurs britanniques.

L’étude révèle que de nombreuses mères voient la cigarette comme une façon d’évacuer leur stress. Parmi les facteurs augmentant l’envie de fumer, les femmes interrogées ont nommé la solitude, le sentiment de découragement, la fatigue et la difficulté à gérer les pleurs de leur enfant.

Les mères qui avaient choisi d’arrêter de fumer pendant la grossesse uniquement pour la santé de leur bébé recommençaient presque automatiquement à fumer après l’accouchement, mentionnent les chercheurs. Ces femmes croyaient qu’il n’était alors plus nécessaire de protéger le bébé contre les effets du tabagisme. Selon elles, il était acceptable de fumer si elles prenaient soin de limiter l’exposition de leur bébé à la fumée secondaire. Ces femmes oubliaient toutefois de considérer leur propre santé, déplorent les auteurs de l’étude.

Enfin, les femmes qui se sentaient soutenues par leurs partenaires présentaient moins de risques de rechute. Par exemple, les conjoints qui avaient cessé de fumer ou modifier leurs habitudes avaient une influence positive sur les nouvelles mères. De plus, les conjoints qui participaient aux tâches parentales contribuaient à réduire l’anxiété des jeunes femmes. L’attitude des amies serait aussi un facteur de risque. Certaines mères ont en effet rapporté que leurs amies s’attendaient à ce qu’elles fument avec elles une fois la grossesse terminée, ce qui les pousserait à reprendre leur consommation.

Les chercheurs sont arrivés à ces conclusions en analysant les résultats de 16 études réalisées auprès d’un total de 1 031 nouvelles mères.


Sources : ScienceDaily et Addiction

Partager

À lire aussi