Manque de sommeil: les enfants davantage tentés par la nourriture

Manque de sommeil: les enfants davantage tentés par la nourriture

Cette nouvelle fait partie de nos archives. Il se peut que son contenu ne soit pas à jour.


Les enfants de 5 ans qui dorment moins de 11 heures par nuit seraient plus facilement tentés par la nourriture, révèle une étude britannique.
Agence Science-Presse

16 septembre 2015 | Les enfants de 5 ans qui dorment moins de 11 heures par nuit seraient plus facilement tentés par la nourriture, révèle une étude britannique.

Ces enfants réclameraient souvent de la nourriture à l’extérieur des heures de repas ou mangeraient sans hésiter leur aliment préféré même s’ils n’ont plus faim, selon les propos rapportés par les parents.

L’indice de masse corporelle (IMC) des enfants qui ne dormaient pas suffisamment était aussi plus élevé que celui de ceux qui dormaient plus longtemps, ont noté les chercheurs. Cette étude confirme donc les résultats d’autres études associant un sommeil insuffisant à la consommation d’aliments réconfortants et à l’obésité

Il n’y aurait toutefois pas de lien entre le nombre d’heures de sommeil et la capacité des tout-petits à reconnaître leurs signaux de faim. Des études réalisées chez l’adulte indiquent plutôt que le manque de sommeil augmenterait l’activité de certaines zones du cerveau qui produisent un sentiment de bien-être lors de la consommation d’aliments au goût agréable. Les chercheurs soulignent toutefois qu’il est aussi possible que les enfants très réceptifs à la nourriture aient plus de difficulté à bien dormir.

Pour prévenir l’obésité chez les tout-petits qui manquent de sommeil, leurs parents pourraient s’assurer de ranger les aliments appétissants et caloriques hors de leur portée et de leur vue, recommandent les chercheurs. Ils devraient également tenter de transmettre à leurs enfants de bonnes habitudes de sommeil. Les chercheurs rappellent que les enfants d’âge préscolaire devraient dormir entre 11 et 12 heures par nuit.

L’étude a été réalisée auprès de 1 008 enfants au Royaume-Uni.


Sources : Reuters et International Journal of Obesity

Partager

À lire aussi